SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Challenge Fondation de la Mer

Clara Dumard repart à l’assaut du record du passage du Nord-Ouest

jeudi 6 juin 2019Redaction SSS [Source RP]

Après une première tentative réalisée durant l’été 2018 mais finalement avortée à cause des glaces qui ont bloqué les principaux chenaux de l’espace maritime compris entre le détroit de Davis et la baie de Baffin à l’est puis la mer de Beaufort à l’ouest - cause immédiate du dérèglement climatique -, Clara Dumard repart à assaut du Grand Nord. A partir du 30 juin prochain, la jeune navigatrice va, en effet, remettre le cap sur l’Arctique, avec toujours cette ambition d’établir le record Record #sailingrecord du passage du Nord-Ouest. Un défi qu’elle relèvera de nouveau sans assistance et uniquement à la voile sur Sun Fast 37, toujours accompagnée par son père, Christian, et évidemment forte des enseignements tirés de sa première expérience.

« L’été 2018 a été un grand tournant dans ma vie sur le plan personnel et professionnel. Plus que jamais je souhaite repartir naviguer en Arctique », relate Clara Dumard. La jeune femme, plus déterminée que jamais, repart donc dans le Grand Nord avec l’ambition d’établir le record Record #sailingrecord du passage du Nord-Ouest à la voile « Si nous réussissons, ça sera le premier temps de référence homologué par le WSSRC sur ce parcours situé entre le Groenland et le Détroit de Béring, en Alaska », précise Clara rappelant que depuis le premier passage de cette zone réalisé en 1906 par l’explorateur norvégien Roald Amundsen, aucun des 260 bateaux à l’avoir franchi ne l’a fait à la voile sans escale et sans assistance. « L’an passé, nous nous sommes retrouvés bloqués par les glaces à cause du dérèglement climatique. Pour la première fois, la vieille banquise située au nord-ouest du Groënland a fondu à deux reprises. Ces plaques, plus dures que la nouvelle banquise, ont bloqué pour la première fois les principaux chenaux du passage du nord-ouest », souligne Clara qui a grandi en écoutant les récits de son père, Christian, consultant météo et routeur sur les plus prestigieuses courses au large, fan de Willy de Roos (premier plaisancier à avoir franchi le passage du Nord-Ouest). « Finalement, de ne pas être parvenus à aller au bout de notre projet la première fois est un mal pour un bien. Aujourd’hui, pour cette nouvelle tentative, nous savons logiquement davantage à quoi nous attendre, chaque jour, en 2018, nous ayant apporté son lot de découvertes. Nous avons notamment tissé des liens forts avec les gens sur place, mais aussi appris à mieux connaître la glace. Nous savons désormais mieux anticiper ses lignes et ses vitesses de déplacements, et c’est indiscutablement un atout. Par ailleurs, la bonne nouvelle c’est qu’a priori, les glaces ont beaucoup fondu cette année et que le passage et plus libre que l’an passé à la même époque. Cela peut évidemment rapidement changer avec l’arrivée d’un gros coup de froid mais c’est encourageant », note Clara Dumard qui sait aussi désormais que, dans le cas où la route serait de nouveau bloquée, d’autres alternatives sont possibles le long de la côte Groenlandaise.

Le réchauffement climatique : des conséquences concrètes

Sa première expérience, forte de plus 9000 milles dont 5000 en Arctique en ne naviguant qu’à la voile au-delà du cercle polaire, lui a toutefois apporté bien d’autres enseignements qui sauront être un avantage lors de cette nouvelle tentative. « L’été dernier, on a souvent hésité à sortir le spi lorsqu’il y avait des glaces. On s’est montré très précautionneux mais on a compris qu’à certains moments, il est envisageable d’aller un peu plus vite et de vraiment se faire plaisir sur la navigation. Cette fois, on va donc faire preuve d’un peu plus d’audace d’autant qu’on connait nettement mieux le bateau, un Sun Fast 37 baptisé « Happy Trip » que l’on sait très manœuvrant et que l’on a particulièrement bichonné ces derniers mois en ajoutant une éolienne puis un panneau solaire. Que du mieux ! », s’enthousiasme la navigatrice qui déplore toutefois les conséquences visibles du dérèglement climatique dont elle a été le témoin. « Cela peut paraître contradictoire pour certains d’entendre que les glaces nous ont bloqué le passage l’an dernier alors que l’on parle de réchauffement climatique », regrette Clara, bien consciente que la fonte des glaces au Groenland a été multipliée par quatre entre 2003 et 2013. Un phénomène, qui entraîne la hausse du niveau des mers, et qui est désormais perceptible. « Lorsque l’on est sur place, on remarque que les vallées glacières sont complètement vides et que très peu de glaciers arrivent jusqu’à la mer », commente l’étudiante qui, après quatre années de pharmacie, reprendra un Mastère 2 Entrepreneuriat à l’ESCP Paris. « Ce que j’ai trouvé inquiétant également, c’est que nous n’avons croisé aucune veilles plaques de banquise lors de notre première tentative », ajoute Clara. Les principales difficultés de son défi ? « Elles restent les mêmes que l’année dernière. Il va falloir faire preuve de patience et de vigilance. Le bateau est en fibre de verre et le lieu, pas encore très bien cartographié. Il faut toujours garder en tête le fait que l’on évolue dans l’un des endroits les plus hostiles de la planète et qu’une petite erreur peut vite devenir une catastrophe », assure Clara Dumard, fin prête pour mener à terme son projet. Un défi entre père et fille unique qui (re)prendra forme le 30 juin au départ de la Trinité-sur-Mer. Clara rejoindra alors directement le Groenland si les conditions le permettent ou effectuera un stop en Islande si le mauvais temps gronde, avant de remonter tranquillement jusqu’à Nuuk, puis de se lancer à l’assaut du record Record #sailingrecord au début du mois d’août.

Le calendrier prévisionnel du Challenge :
- Départ le 30 juin de la Trinité-sur-Mer
- Départ de Nuuk le 3 août
- Milieu de la traversée le 15 août
- Arrivée le 5 septembre


- Communiqué Agence TB Press


A la une