SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse

Sodebo Ultim

Thomas Coville : "Avoir un bateau polyvalent pourra s’avérer un atout sur la Route du Rhum"

Présentation de l’ancien Geronimo équipé d’une nouvelle coque centrale et de foils d’Oracle Team USA

mardi 11 mars 2014Redaction SSS [Source RP]

Pour sa 5e participation à la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum et sa 4e sous les couleurs de Sodebo, Thomas Coville mènera Sodebo Ultim Ultim #Ultim #multicoque ’, un maxi-trimaran de 31 mètres, issu de la transformation de l’emblématique Geronimo d’Olivier de Kersauson. Après un an de chantier et avant la mise à l’eau programmée fin avril, le skipper fait le point sur cette nouvelle aventure Aventure  !

“Nous avons écarté la possibilité de fabriquer un bateau neuf, trop long en délai et trop coûteux,” explique le skipper. “Nous nous sommes mis dans l’état d’esprit d’être des ‘assembleurs’ comme on assemble des machines en informatique avec une grande liberté de choix. Le point de départ était la largeur de la plateforme car c’est ce qui détermine la puissance. Plus un voilier est large, plus il est stable et capable de supporter de la toile. Nous avons imaginé plusieurs possibilités et, avec ses 21,20m d’envergure (près de cinq de plus que le Sodebo actuel), le bateau d’Olivier de Kersauson s’est imposé.’’

Premier maxi-trimaran de records océaniques en équipage, Geronimo est un précurseur et a battu le Trophée Jules Verne en 2004.

‘’Dix ans après, grâce à la confiance que m’accorde Sodebo et au travail de mon équipe, ce bateau de légende renaît, transformé pour le solitaire. Une belle histoire de transmission renforcée par le fait que Olivier m’a embarqué à ses côtés dans ma jeunesse et cru en moi. C’est désormais à mon tour de mener son bateau.”

“Dès les premières études, nous savions qu’il y avait beaucoup de poids à gagner sur la coque centrale,” poursuit le marin. “Il y avait deux tables à cartes, deux cuisines et douze couchettes dans le Geronimo de l’époque ! Nous avons donc construit chez Multiplast à Vannes une nouvelle coque de 31 mètres, dessinée par les architectes de VPLP qui avaient conçu le bateau et le connaissait par cœur. Nous avons gardé la bôme qui a été modifiée. Un nouveau mât de 35 mètres est en finition chez Lorima. Il a fallu renforcer les bras de liaison dans l’optique de mettre des foils dans les flotteurs, ce qui sollicite l’ensemble de la structure. Nous avons aussi remplacé neuf mètres de flotteurs à l’avant pour optimiser les entrées d’eau et ajouté des safrans qui n’existaient pas. Ce gigantesque puzzle nous impose d’être visionnaires, astucieux et précis car il faut un bateau le plus léger possible, avec une structure homogène et fiable.”

“Dans ce contre la montre, nous avons gagné du temps en frappant aux bonnes portes, notamment celle d’Oracle Racing (équipe américaine détentrice de l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup ),” détaille celui qui a préparé la ‘Cup’ en 1995 à San Diego. “Les architectes de VPLP avait conçu des foils pour USA17 qui a gagné l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup en 2010. Nous en avons racheté quatre ainsi qu’une dérive, deux safrans de flotteurs, des voiles et des pièces d’accastillage. L’ingénieur Yves Mignard qui était chez eux à San Francisco pour l’édition 2013, nous a ensuite rejoint pour épauler Elie Canivenc, le responsable technique du team Sodebo. »

Malgré les avancées techniques et la brillante victoire de Franck Cammas en 2010, il ne faut surtout pas banaliser l’exercice du solitaire sur des multicoques de cette taille. Moins volages que des unités plus légères, ils génèrent d’autres complexités. Leur taille comme la surface et le poids des voiles rendent les manœuvres démesurées.

“Il y a sept ans, pour définir les proportions du précédent bateau, nous étions partis de la taille maximum de la plus grande voile d’avant (le gennaker) que je pouvais enrouler seul,” rappelle Thomas. “Aujourd’hui, les échelles ont évolué comme la concurrence. Nous partons d’un bateau plus large pour concevoir un jeu de voiles plus grand mais on ne change pas pour autant la taille du skipper ! Sodebo Ultim Ultim #Ultim #multicoque ’ avec un ris, c’est autant de voilure que le maxi-trimaran Sodebo grand voile haute. Mon expérience me sert et j’ai plein d’astuces à bord. Une chose est sûre, je veux pouvoir manœuvrer Sodebo Ultim Ultim #Ultim #multicoque ’ et il a été conçu pour être performant à toutes les allures, même au près. Avoir un bateau polyvalent pourra s’avérer un atout sur la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum et d’autant plus encore sur une future course autour du monde.”

Sodebo Ultim’ sera mis à l’eau fin avril, à Vannes, devant le chantier Multiplast. L’équipe de Thomas Coville devra ensuite mettre au point ce bateau en un temps record Record #sailingrecord , un challenge de taille.


Voir en ligne : Info presse www.sodebo.fr/voile


  • Nom : Sodebo Ultim’
  • Numéro : 73 (En référence à la création de Sodebo par Simone et Joseph Bougro en 1973)
  • Architectes : cabinet VPLP
  • Longueur : 31m
  • Largeur : 21,20m
  • Hauteur mât : 35m
  • Corde mât : 1,20m
  • Tirant d’air : 37m
  • Surface GV : 283m2
  • Surface voiles max au près : 444m2
  • Surface voiles max au portant : 663m2
  • 1 colonne et 6 winchs
  • 400m2 de filets
  • Pilotes automatiques : électrique et hydraulique


A la une