SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat Jacques Vabre

Jean-Pierre Dick : "J’ai du mal à réaliser que je remporte ma troisième Transat Jacques Vabre"

Jérémie Beyou : "JP en double sait donner les clés à son binôme"

vendredi 18 novembre 2011Redaction SSS [Source RP]

En franchissant la ligne à 9h15 (heure française) ce vendredi après 15j 18h 15min 54 sec [2] de course, Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou remportent la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 à bord de Virbac-Paprec 3 après avoir dominé la flotte pendant onze jours consécutifs.

Cette année 2011 est décidemment un bon cru pour ce duo de choc. Une Solitaire du Figaro Solitaire du Figaro #LaSolitaire et une première Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 pour Jérémie Beyou. Un triplé [3] sur cette épreuve et une deuxième Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace pour Jean-Pierre Dick. Virbac-Paprec 3 bat officiellement le record Record #sailingrecord de l’épreuve détenu par Safran en 2009 en 15j 19h 22 min et améliore ainsi le temps de traversée d’1 heure et 07 minutes. Le skipper azuréen remporte ainsi sa cinquième épreuve [4] majeure sur le circuit IMOCA Imoca #IMOCA en 10 ans.

Le départ

JP : « Le départ a été un moment fort avec une réflexion de l’ensemble des skippers et des organisateurs sur les conditions météo délicates annoncées. Le report du départ a été marquant psychologiquement. Cela a joué sur le mental de tout le monde et sur les décisions prises à bord. Nous avons navigué dans un fort coup de vent dès les premiers jours. Beaucoup de skippers en Imoca Imoca #IMOCA sont ensuite partis sur une route sud moins ventée. »

Le choix de la route Nord

Jérémie : « Au large de l’Irlande, nous avons manqué de clairvoyance, nous avons viré trop tard. Nous nous sommes ressaisis et avons débriefé, cela nous a servi pour la suite. Après les Açores, nous étions raccord sur notre stratégie et les efforts à consentir, nous n’avons pas rechigné à aller dans de fortes conditions, c’était une bonne décision. »

JP : « Nous avons délibérément choisi une route nord dès le début car elle nous semblait plus rapide. Nous avons rencontré des conditions très musclées. Le passage de cette dorsale anticyclonique au large des Açores a été l’un des tournants de la course. Les sudistes ont été englués plus d’une journée alors que nous l’avons passé en conservant une vitesse Vitesse #speedsailing de 10 nœuds. »

« Un duo volontaire décidé et opiniâtre »

JP : « Jérémie a un point commun avec l’ensemble de mes co-skippers victorieux ( Nicolas Abiven, Damian Foxall et Loick Peyron ) : ce sont de gens de haut niveau, bien élevés et polis. C’est quelqu’un d’exceptionnel en terme de sportif de haut niveau, de tenacité, sur ce caractère on se tient bien. Il m’étonne parfois sur sa capacité à faire avancer le bateau tout le temps et sa motivation extrême. J’ai tout fait pour que Jérémie se sente intégré au projet et puisse bien s’exprimer. Nous avons un vrai fonctionnement d’équipe, cela marche très bien. Il se donne à fond pour mener le bateau à 100%. C’est quelqu’un de sympa, d’agréable, c’était un vrai plaisir de passer ces seize jours avec lui. »

Jérémie : « C’était un réel bonheur de naviguer avec JP. C’est un type hyper agréable, attachant, c’est un super camarade. J’ai découvert qu’il était très dur au mal, volontaire, opiniâtre. Il ne lâche jamais rien. Il vaut mieux Jean-Pierre avec toi que contre soi ! »

11 jours de domination

JP : « Nous avons peiné à trouver nos marques les trois premiers jours, ensuite les trois quarts de la course, nous nous sommes montrés en patron car nous avons fait notre stratégie et pris nos décisions et notre destin en main. Nous avons fait du bon travail, nous nous sommes défoncés et cela paye ! »

Jérémie : « C’est toujours sympa d’être en tête d’une course, de prendre les bonnes décisions stratégiques et de réussir à creuser l’écart sur ses poursuivants. Nous avons fait les choses simplement comme nous le souhaitions avec du bon sens .Le duo fonctionnait bien à bord de Virbac-Paprec 3, le bateau allait vite. Cela donne une sensation extra ! »

Victoire !

JP : « C’est fantastique, il y avait un plateau très relevé en Imoca. Avec Jérémie cela a été un beau moment de voile. J’ai du mal à réaliser que je remporte ma troisième Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 . Il y a peu de gens qui l’ont fait. C’est exceptionnel, je ne sais pas comment expliquer ce triplé. J’ai un feeling, une alchimie avec cette course. Cela remet du feu dans la cheminée, ça booste tout le monde, c’est bénéfique. »

Jérémie : « Les deux Jacques Vabre que j’avais réalisées s’étaient soldées par deux quatrième place. Enfin réussir à gagner une grande transatlantique et en plus en double, ce qui n’est pas mon exercice de prédilection, j’en tire une très grande fierté. D’autant que la pression était sur moi parce que normalement tu vas faire une régate en double avec Jean-Pierre et tu gagnes, j’étais tendu au départ. Le test est réussi ! C’est réussi parce que JP en double sait donner les clés à son binôme, partager l’info, c’est l’équipier idéal ! »

- Info presse Virbac-Paprec Sailing team / www.jpdick.com


[1Leur temps de course est de 15j 18h 15mm 54s. Leur vitesse moyenne sur le parcours aura été de 12,51 nœuds. Ils auront parcouru 5167 milles sur l’eau à la vitesse moyenne de 13,66 nœuds. Rappel : la distance théorique du parcours était de 4730 milles.

[2Leur temps de course est de 15j 18h 15mm 54s. Leur vitesse moyenne sur le parcours aura été de 12,51 nœuds. Ils auront parcouru 5167 milles sur l’eau à la vitesse moyenne de 13,66 nœuds. Rappel : la distance théorique du parcours était de 4730 milles.

[3Jean-Pierre Dick a remporté la Transat Jacques Vabre en 2003 avec Nicolas Abiven, actuel directeur technique du Virbac-Paprec Sailing Team et avec Loïck Peyron en 2005

[4Trois victoires dans la Transat Jacques Vabre, deux victoire de la Barcelona World Race 2008 et 2011



A la une