SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Tour d’Espagne

La palme à Guillemot à Palma de Majorque

"C’était une étape bizarre avec des vents très instables"

lundi 28 juin 2010Redaction SSS [Source RP]

En remportant à nouveau l’étape entre Calpe et Palma de Majorque, Marc Guillemot et son équipage ont montré qu’ils étaient bien un cran au dessus de leurs adversaires. Vitesse Vitesse #speedsailing , cohésion de l’équipage, fluidité des manœuvres, il ne leur reste plus qu’à boucler le parcours pour remporter cette première édition de la Vuelta España a Vela. PRB devrait logiquement terminer deuxième de l’épreuve mais la bataille pour la troisième place promet d’être acharnée.

Tout avait pourtant mal commencé pour l’équipage de Safran. Un départ confus les avait relégués en queue de peloton quand leur principal adversaire prenait la poudre d’escampette en tête de course. Mais, Marc Guillemot et son équipe commencent à connaître leur bateau sur le bout des doigts. Ils ont, par ailleurs, fait le plein de confiance depuis le début de la course en démontrant leur capacité à s’extirper de n’importe quelle situation délicate. C’est donc sans s’affoler que les leaders au classement général refaisaient petit à petit leur retard, tout au long d’un grand bord de reaching qui devait les mener dans le sud de l’île de Fromentera. Safran contre PRB, l’opposition classique n’empêchait pas les autres concurrents de vouloir se mêler à la bagarre finale. Ainsi de GAES Centros Auditivos qui, à la faveur d’une route un peu plus sud, prit un moment la tête de la course.

Tout se jouait ensuite sur le timing de déclenchement du virement de bord en direction de palma de Majorque. Trop tôt et le risque était grand de devoir se recadrer à un mauvais moment ; trop tard et c’était l’assurance de devoir faire de la route en plus. PRB décidait le premier de virer de bord quand Safran continuait sa route. Une option judicieuse, même si Marc Guillemot avouait que dans ce genre de moment, on n’est jamais sûr de rien. La tentation est forcément grande de claquer sa route sur celui qui a pris le premier la décision : outre le fait qu’on minimise les risques, c’est psychologiquement réconfortant. Mais il était dit que tout réussirait à l’équipage de Safran qui rapidement prenait l’avantage... Mais en mer, on n’est jamais sûr de rien : une bâche plastique prise dans une des dérives faillit remettre en cause cette stratégie gagnante. Coup de frein, obligation pour l’équipage de stopper le bateau pour remonter la dérive : l’incident n’a pas remis en cause la marche en avant du leader qui en sera quitte pour une réparation du bord de fuite de la dérive.

Derrière la bagarre faisait rage pour le podium. Si PRB parvenait à conserver son avantage sur ses adversaires, W Hotels Nova Bocana, au terme d’une lutte acharnée finissait par emporter la troisième place devant Movistar et Estrella Damm. Il est dit que le fait d’arriver dans leurs terres donne un cran de motivation supplémentaire aux équipages espagnols. Après Pepe Ribes à Calpe, c’est Pachi Rivero qui se devait de l’emporter devant les siens à Palma de Majorque. Qui sait donc, si Estrella Damm ne sera pas capable de faire une grande performance à Barcelone, patrie d’Alex Pella ?

S’il fallait tirer un premier bilan avant la dernière étape de Palma de Majorque à Barcelone, on ne peut que constater que Safran arrive à maturité. Un bateau abouti, optimisé au fil des milles, un équipage constamment aux avant-postes, la recette est classique mais diablement efficace. PRB souffre encore de ses défauts de jeunesse : il faudra encore un peu de temps à Vincent Riou pour bien connaître sa machine et pouvoir l’exploiter au mieux. Les équipages espagnols sont eux aussi en phase d’apprentissage : on ne s’improvise pas du jour au lendemain, skipper d’un IMOCA Imoca #IMOCA 60. Il reste que l’homogénéité du niveau, l’intensité des bagarres fait que l’écart avec les habitués de ces bateaux que peuvent être Vincent Riou ou Marc Guillemot se réduit de jour en jour. La victoire à venir d’un navigateur espagnol dans une épreuve du circuit IMOCA Imoca #IMOCA est peut-être plus proche que l’on imagine.

- Marc Guillemot, skipper de Safran : "C’était une étape bizarre avec des vents très instables. On a pu le voir au moment du départ, où le vent a tourné brusquement sur la ligne. Du coup, on a pris un mauvais départ et à l’issue du parcours côtier, on s’est retrouvé avec PRB en tête quand nous étions en difficulté. On est ensuite revenu sur la flotte grâce à notre vitesse Vitesse #speedsailing et on a réussi à reprendre la tête à PRB. Il est ensuite revenu à notre hauteur sous l’île de Fromentera.

La clé de l’étape fut sûrement de trouver le bon timing pour déclencher le virement de bord. PRB a choisi de virer plus tôt que nous. On avait choisi d’attendre, mais forcément, dans ce genre de cas, tu doutes toujours. Ensuite, on a vu qu’on avait fait le bon choix. Seul incident à déplorer : à un moment, on a pris un gros coup de frein. On a un petit endoscope à bord qui nous permet de voir ce qui se passe sous la carène et on constaté qu’on avait pris un gros sac plastique dans une des dérives. Outre le fait que ça nous a freiné énormément, on a abîmé le bord de fuite de la dérive."

- Pachi Rivero, co-skipper de W Hotels – Nova Bocana : "On est vraiment content. On a bien travaillé pour arriver à cette place à Palma de Majorque. De plus, on a eu un souci avec notre code zéro, qu’il a fallu régler. On était en seconde position quand ça nous est arrivé. Là, j’arrive chez moi avec ma famille, mes amis, c’est important de faire un bon résultat. La fin de course était éprouvante parce qu’il fallait arriver à contrôler Movistar et Estrella Damm en même temps. Le fait que Movistar s’intercale entre nous et Estrella Damm est ce qui pouvait nous arriver de mieux pour le classement général. La dernière étape va être acharnée."

- Info presse FNOB / Vuelta a España a Vela / www.vueltaespanavela.com


Classement général de la Vuelta a España a Vela

- 1. Safran, Marc Guillemot, FRA, 8 pts (1+2+0,5+1+0,5+2+1)
- 2. PRB, Vincent Riou, FRA, 15,5 pts (2+1+1+2+1,5+6+2)
- 3. Estrella Damm, P.Ribes / A.Pella, ESP, 26 pts (5+5+2+4+1+4+5)
- 4. W Hotels-Nova Bocana, P.Rivero/ A.Piris, ESP, 26,5 pts (4+4+1,5+3+3+8+3)
- 5. Movistar, I.Martínez/ X.Fernández, ESP, 27 pts (3+3+2,5+6+2,5+10+4)
- 6. GAES Centros Auditivos, D.Caffari / A.Corbella, GBR/ESP, 34 pts (6+6+3+5+2+12+6)
- 7. Central Lechera Asturiana, J.Merediz / F.Palacio, ESP, 42 pts (7+7+3,5+7+3,5+14+7)
- 8. Pakea Bizkaia, J.Mumbrú / C.Sanmarti, ESP, 48 pts (8+8+4+8+4+16+8)



A la une