SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Ellen MacArthur Trust

Albeau et Cribb se font la Manche en 6h25’

"Nous n’aurions pas pu boucler cette traversée sans une entraide mutuelle"

mercredi 22 octobre 2008Redaction SSS [Source RP]

Antoine Albeau, champion du monde de windsurf Windsurf #Windsurf en titre et recordman de vitesse Vitesse #speedsailing , et Guy Cribb, 13 fois champion d’Angleterre, ont traversé la Manche en planche lundi matin à la faveur d’un coup de vent. Une expérience "virile", réalisée afin de lever des fonds pour la Fondation Ellen MacArthur, qui vient en aide aux enfants atteints de cancers et autres maladies graves.

Atteignant des vitesses proches de l’ordre de 35 nœuds (le record Record #sailingrecord d’Antoine étant de 49,09 nds), les deux hommes ont dû batailler ferme entre Cherbourg et Poole (70 milles), bravant des conditions hostiles et un traffic maritime intense. Accompagnés par un navire de sécurité, Antoine et Guy ont parfois dû y trouver refuge pour s’y reposer quelques instants avant de repartir, notamment suite à de spectaculaires chutes à haute vitesse Vitesse #speedsailing . Au milieu de la Manche, les vagues étaint si hautes que les planchistes disparaissaient totalement dans les creux.

L’exploit a permis de réunir plus de 7300 Livres Sterling (9300 €), et en Angleterre les chaînes de télévision BBC et ITV ont couvert l’arrivée des deux hommes en direct. Antoine Albeau résumait : "C’était bien plus dur que ce que je m’étais imaginé, les vagues et le clapot étaient vraiment très dangereux. Nous n’aurions pas pu boucler cette traversée sans une entraide mutuelle. Quand Guy était fatigué je le soutenais, et quand c’était mon tour d’accuser le coup il était là pour me pousser."

Entre la mer démontée et les porte-containers, les deux windsurfers se sont un peu trouvés dans la situation de souris traversant l’autoroute un jour de pluie… "Cela restera comme la journée de planche la plus difficile de ma vie", confiait Guy Cribb. "J’ai déjà navigué dans des vagues de 10 mètres et un vent de 50 nœuds, mais rien n’a été aussi dur que cette traversée. Au milieu de la Manche, j’ai dû souffler un peu sur le bateau d’assistance, j’étais épuisé, j’avais le mal de mer, j’avais froid et je crevais de faim… Mais à 30 milles des côtes, il fallait y retourner, je devais finir et donner le peu d’énergie qui me restait pour la bonne cause."

La traversée aura duré 6 heures et 25 minutes.

Info presse www.ellenmacarthurtrust.org



A la une