SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Cap Istanbul

Nico Bérenger conserve son titre en Turquie

Gildas Morvan 2e et champion de France • François Gabart 3e

jeudi 9 octobre 2008Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Telle est la fin de l’histoire à l’issue de la 5e et dernière étape de la « Capitale Européenne de la Culture-Cap Istanbul Cap Istanbul #CapIstanbul  » partie hier de l’autre côté de la mer de Marmara. Le skipper de Suzuki Automobiles, impérial à l’heure de faire son entrée dans les eaux du Bosphore, s’adjuge sa première victoire en solitaire sur une étape du circuit Figaro. Tout un symbole ! Quant à Nicolas Bérenger (Koné Elevators), il n’a pas laissé s’échapper un succès construit de haute lutte et à force de régularité sur cette épreuve majeure de la course au large, qui a emmené une flotte de solitaires traverser la Méditerranée d’Ouest en Est, de Nice à Istanbul en passant par Cagliari (Sardaigne), Marzamemi (Sicile), Aghios Nikolaos (Crète) et Bozcaada (Turquie). A l’issue de ce parcours de 1660 milles marqué par les caprices de la Méditerranée, Gildas Morvan (Cercle Vert) et le jeune François Gabart (Espoir Région Bretagne) complètent le podium du classement général.

Une arrivée en fanfare digne de la légende d’Istanbul ! Thierry Chabagny (Suzuki Automobiles) a offert un spectacle et des images aussi magiques qu’insolites qui resteront dans les mémoires de la course au large. Seul à la barre de son monotype Monotype #sportboats , il a déboulé en tête dans les eaux qui réunissent l’Orient et l’Occident. Après une navigation judicieuse et inspirée en mer de Marmara, il a en effet poursuivi de plus belle au milieu des bouchons de cargos, en attente d’embouquer les eaux du Bosphore aux portes de la Corne d’Or : au près serré, il a louvoyé et slalomé entre ces cathédrales d’acier, tirant toute la quintessence de son Suzuki Automobiles. Après une jolie parade au large des coupoles et minarets de cette citée légendaire pour aller virer une bouée cardinale à l’entrée du Bosphore, il a coupé la ligne à 13 heures 57 minutes et 37 secondes. Il a ouvert le bal des arrivées qui se sont succédées à un rythme soutenu en ce début d’après-midi, mettant un terme à cette épreuve sans nulle autre pareille, où se mêlent âpre compétition et magie du voyage.

- Thierry Chabagny (Suzuki Automobiles) : « C’est une énorme satisfaction. Cette victoire d’étape, c’est ma première en solitaire. Que ce soit à Istanbul, c’est tout un symbole : ce petit parcours au milieu des cargos avec les mosquées en toile de fond, il n’y a qu’ici, entre l’Orient et l’Occident, qu’on peut naviguer de la sorte en Figaro. Pour cette étape, je me suis souvenu des schémas que nous avions l’an passé de la mer de Marmara : je me suis fait plaisir, je me suis écouté complètement. Je suis comblé, cette victoire vient conclure une course que j’avais pourtant très mal débutée, mais au cours de laquelle j’ai tout donné pour reprendre confiance et complètement inverser la tendance. »

À l’issue d’une dernière étape d’une course au temps, le bonheur du premier peut aussi consacrer un poursuivant qui bataille pour la plus belle des victoires : celle au classement général toutes étapes confondues. Cette Cap Istanbul Cap Istanbul #CapIstanbul 2008 fait bien les choses : difficile en effet de ne pas souligner que les deux compères qui s’étaient imposés en double et ensemble l’an passé ne sont autres que Thierry Chabagny et… Nicolas Bérenger. Et s’il en est un qui n’a eu de cesse de marteler qu’il voulait sa victoire en solitaire à tout prix, c’est bien le skipper de Koné Elevators !

L’envie de briller et de l’emporter ne l’a jamais quitté depuis le départ de Nice. Jamais au fil des cinq étapes de cette « Capitale Européenne de la Culture-Cap Istanbul Cap Istanbul #CapIstanbul  », il n’a baissé les bras. Aujourd’hui, Nicolas décroche à 36 ans sa première victoire en solitaire, celle qui lui manquait pour inscrire son nom au rang des meilleurs navigateurs. Pour ne rien gâcher, il réalise donc le doublé sur la course à l’issue d’une ultime et dernière étape dont les honneurs reviennent de droit à son complice d’échappée méditerranéenne de l’an passé. En état de grâce tout au long de la course, Nicolas l’emporte à force de régularité aux avant-postes. Aussi fougueux, qu’accrocheur, méticuleux ou encore besogneux, le skipper de Koné Elevators a trouvé la recette pour conquérir la magique Istanbul de la plus belle manière : seul à la barre d’un monotype Monotype #sportboats après 1660 milles parcourus sur la Méditerranée traversée d’Ouest en Est servie par des conditions météo aussi aléatoires que complexes.

- Nicolas Bérenger (Koné Elevators) : « Je n’ai pas gagné une seule étape et je l’emporte : cela pourrait paraître un peu décevant, mais non au contraire cela prouve qu’en Méditerranée il faut être régulier et clairvoyant. Mon grand-père m’a appris ça et j’ai essayé de l’appliquer au pied de la lettre. La Méditerranée est une mer capricieuse, il faut plus regarder la surface de l’eau que les modèles et les fichiers derrière l’ordinateur. Là, sans doute résident des clés pour en percer les mystères. Quant à la réussite, je l’ai provoquée et je l’ai eue : ce n’est que du bonheur. La Cap Istanbul est une grande course en solitaire, j’espère qu’elle aura un jour le même prestige que La Solitaire qui dans l’esprit des gens reste la référence. Mais je vous assure qu’on navigue sur les mêmes bateaux et que le niveau sur l’eau y est aussi très élevé. Ce qui change le plus, c’est peut-être la quantité de sel dans l’eau ! »

Au-delà de ces deux grands vainqueurs du jour, la « Capitale Européenne de la Culture-Cap Istanbul » consacre deux autres grands solitaires : le premier qui compte parmi les piliers, le second qui figure parmi les talents qui montent, qui montent. Gildas Morvan (Cercle Vert) monte ainsi sur la 2e marche du podium au classement général. Dans la foulée, il s’octroie le titre de Champion de France de Course au Large. Le grand Gildas confirme, si besoin était, qu’il figure parmi les talents les plus aboutis de la course au large en solitaire. Ensuite, difficile d’ignorer la performance pleine de promesses de François Gabart (Espoir Région Bretagne). Du haut de ses 25 ans, ce jeune skipper sélectionné pour se forger un tempérament digne des plus grands a frappé un grand coup : il monte sur la 3e marche du podium du classement général à l’issue des 5 étapes. Le coup d’éclat de ce jeune bizuth ne manque ni de force, ni de conviction : François inscrit déjà son nom, après une toute première saison, dans les plus hautes lignes du classement d’une épreuve en solitaire déjà réputée pour son niveau d’exigence.

- Gildas Morvan (Cercle Vert) : « Deuxième, je suis vraiment très content de ce résultat. C’est la première fois que je disputais la course et c’était pour moi une totale découverte. J’ai été régulier et c’est l’essentiel, d’autant qu’il ne m’a pas manqué grand chose pour l’emporter. Mais surtout, avec ce résultat, je signe la victoire sur le Championnat de France de Course au Large, qui couronne des grands noms comme Michel Desjoyeaux, Jean Le Cam, ou encore Franck Cammas. C’est une très grande satisfaction et évidemment c’est la régularité et la constance qui payent. Cette année, j’ai gagné la Course des Falaises, je termine 2è de la Solitaire et 2è de la Cap Istanbul. Je termine sur le podium de chacune de ces épreuves… Et cela fait très plaisir ! »

- François Gabart (Espoir Région Bretagne) : « Troisième au classement général, c’est forcément pour moi une énorme satisfaction. C’est inespéré après une année de participation sur le circuit. On me l’aurait dit en début de saison, je ne l’aurai pas cru ! C’est déjà une très grande chance d’avoir pu naviguer sous les couleurs du jeune espoir de la Région Bretagne. Je suis évidemment très fier de terminer derrière Gildas, qui est Champion de France de Course au Large et avec lequel j’ai eu le privilège de batailler tout au long de la course. Entre nous, cela s’est joué à pas grand chose ? La Cap Istanbul, c’est une course magnifique qui offre au-delà de la compétition la magie du dépaysement. Hier, nous étions dans les Dardanelles, aujourd’hui nous arrivons à la voile à Istanbul : c’est un autre monde. »

Info presse Welcome on board / www.capistanbul.com


Nicolas Bérenger : L’éclat d’une grande victoire en solitaire au cœur d’une cité légendaire

- Né le 14 Octobre 1972 (36 ans)
- Vit à La Grande-Motte (34)
- Marié, 2 enfants.

Nicolas Bérenger est tombé dedans quand il était petit, sur les rives de la Méditerranée, à Sanary. Dix ans d’Optimist, puis du 420, se sont chargés de construire son tempérament de compétiteur acharné. Mais ce sont pourtant les récits du grand large et de tours du monde qui nourrissent ses rêves iodés et son imaginaire marin.

Depuis, il a eu tout le temps d’expérimenter ce genre d’exercice, que ce soit en monotype aux côtés de Franck Cammas, en solitaire lorsqu’il remporte à 23 ans le Challenge Espoir Crédit Agricole, ou au cours de ses 20 000 milles en course au large et en grand prix, aux côtés d’Alain Gautier, sur le trampoline de multicoques océaniques. « Sur un bateau, je suis quelqu’un de polyvalent. Je suis aussi bien capable de barrer, de tactiquer que de manoeuvrer. Et surtout, j’adore aller au charbon. Jouer les indiens sur la plage avant ou grimper au mât, j’aime quand c’est dur et qu’il faut se battre avec les éléments, c’est pourquoi je me sens plus à mon aise seul sur l’eau, plutôt qu’en équipage », confie-t-il volontiers. Sa passion a la force de la sincérité. Preuve est désormais faite qu’il compte parmi les meilleurs talents solitaires…

Extraits du palmarès de Nicolas Bérenger

2008
- Capitale Européenne de la Culture-Cap Istanbul : vainqueur
- Solitaire du Figaro : 7e
- Course des Falaises :6e
- Transmanche : 3e

2007
- Tour de Bretagne avec E.Tabarly : 11e
- Solitaire Afflelou Le Figaro : 11e
- Cap Istanbul avec T.Chabagny : vainqueurs

2006
- Solitaire Afflelou Le Figaro : 19e
- Transat AG2R avec Charles Caudrelier : 11e

2005
- Roma per Due avec Damien Seguin : 2e

2004
- Solitaire Afflelou Le Figaro : 18e
- Transat AG2R avec R.Attanasio : 3e

2001
- 2e du Championnat ORMA
- Tour de France à la Voile 2001 : 4e

1997
- Vainqueur de la Route des Iles
- Tour de France à La Voile : 4e

1996
- La Solitaire du Figaro : 16e
- Champion de France Espoir

1995
- Champion de France de Match Racing D2



A la une