SeaSailSurf®

From offshore to inshore: all the news abouts sea sports from 2000

Vendée Globe

Arnaud Boissières : "Le passage du cap Horn était assez chaud"

"De la brume des rafales à 35 nœuds et une fois celui-ci passé, plus rien, la pétole"

Thursday 10 January 2013Redaction SSS [Source RP]

Arnaud était pressé hier soir. Attendu aux alentours de minuit au cap Horn, le skipper d’AKENA Vérandas ne s’est pas fait pas désirer puisqu’il a finalement paré le rocher mythique à 21H55 TU mercredi 9 janvier, soit sept jours de mieux que lors de son précédent Vendée Globe. En revanche, coïncidence ou pas, comme il y a quatre ans, c’est en 8ème position qu’il l’a franchi suite à l’abandon de Bernard Stamm.

Pour son second passage, Cali a connu des conditions assez pénibles et stressantes. Rafales à 35 nœuds, brume épaisse, menace d’un gros iceberg et donc de growlers dans les parages … de quoi faire pâlir, à juste titre, le marin.

« C’était assez chaud. J’ai essayé de me rapprocher au plus près pour voir le gros caillou mais ce n’était pas évident. J’ai passé mon temps sur le pont sous la pluie à veiller l’éventuelle présence de glaces car les cartes annonçaient la trace d’un énorme iceberg. Le bateau allait vite, il y avait pas mal de vagues mais ça ne trainait pas à bord ».

Un moment intense et émouvant pour Cali avant son entrée dans l’Atlantique sud mais aussi dans la pétole. Avec seulement trois maigres nœuds de vent et quelques petites risées à se mettre sous la dent, le reste de la soirée s’annonçait à priori monotone pour Arnaud mais c’était sans compter sur la présence dans le coin d’un paquebot de croisière. L’équipage, ravi de croiser sur sa route un concurrent du Vendée Globe, a partagé ce moment avec l’ensemble des passagers. La conversation entamée entre Arnaud et le capitaine de l’immense embarcation a finalement été relayée par tous les hauts parleurs du bord ! Les touristes, principalement des Britanniques, étaient visiblement très contents de cette surprise.

« Ca m’a fait penser à Bilou qui avant de partir m’avait confié avoir vécu la même chose. C’était très sympa et très drôle. Je me suis gentiment moqué d’eux car ils m’ont nargué en me disant qu’ils avaient une piscine… mais j’ai l’impression qu’ils n’ont pas trop compris car ils n’ont pas cessé de rigoler à tout ce que je leur racontais » plaisante Arnaud.

Les heures qui ont suivi cet épisode ont été harassantes et ont défilé lentement pour Cali qui, englué dans une zone de vents faibles a peiné à retrouver un semblant de vitesse. 3,2 nœuds de moyenne pour le 60’ noir et vert au classement de midi… Il faudra repasser pour l’excès de vitesse. Mais le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres et c’est, en l’occurrence, à Javier Sanso que ce ralentissement temporaire a profité. L’Espagnol, aux prises avec Cali depuis quelques jours, a avalé les milles depuis hier soir, dépossédant Cali de sa huitième place au pointage de 16 heures. Le tandem navigue désormais à vue dans un vent plus stable et un ciel dégagé, permettant d’apercevoir la neige sur les crêtes de l’ile des Etats. Avec six milles d’écart et prêt de 7000 milles à parcourir d’ici les Sables, le mano à mano entre ces deux hommes est loin d’être terminé d’autant qu’un passage de front au niveau des Malouines devrait les aider à regagner du terrain. L’Atlantique reste donc un vaste terrain où les jeux sont plus que jamais ouverts comme le souligne Arnaud.

« Ce n’est pas fini, il y a une multitude de coups à jouer et de pièges à déjouer. Mirabaud est à 100 milles, Gamesa à un peu plus de 250 milles…là 7ème et 6ème restent accessibles. Il faut être tenace et continuer à y croire. »


View online : Info presse Effets Mer


Les passages au cap Horn

  1. François Gabart (MACIF) a doublé le cap Horn le 1er janvier 2013 à 18h20 TU (19h20 heure française) après 52j 06h 18mn de course.
  2. Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) a doublé le cap Horn le 1er janvier 2013 à 19h35 TU (20h35 heure française) après 52j 07h 33mn de course.
  3. Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3). Passage cap Horn : le 3 janvier à 04h42 TU après 53j 16h 40 mn.
  4. Alex Thomson (Hugo Boss). Passage cap Horn : le 4 janvier à 02h38 TU après 54 j 14h 36 mn de course.
  5. Jean Le Cam (SynerCiel). Passage cap Horn le 8 janvier à 7h19 TU après 58j 19h 17mn et 14s de course soit 6 jours 12 h 58 m 20 s après MACIF.
  6. Mike Golding (Gamesa). Passage cap Horn le 9 janvier à 2h05 TU après 59j 14h 03 mn de course.
  7. Dominique Wavre (Mirabaud). Passage cap Horn le 9 janvier à 10h18 TU après 59j 22h 16mn de course.
  8. Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat). Passage cap Horn le 9 janvier à 12h49 TU après 60j 00h 47mn de course
  9. Arnaud Boissières (AKENA Vérandas). Passage cap Horn le 9 janvier à 21h55 TU.
  10. Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered). Passage cap Horn le 10 janvier à 00h52 TU.


Head news