SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Volvo Ocean Race

La Volvo Ocean Race modifie son parcours en Océan Indien pour échapper à la piraterie

jeudi 18 août 2011Information Volvo Ocean Race

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

L’escalade des problèmes de sécurité générés par la piraterie dans l’Océan Indien a contraint les organisateurs de la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace 2011-12 à redessiner les deuxièmes et troisièmes étapes de son parcours de 39 000 milles autour de la planète.

Les concurrents devaient initialement naviguer dans l’Océan Indien dans un corridor à l’est de l’Afrique pour la 2e étape de Cape Town à Abu Dhabi et à nouveau au cours de la 3e étape, entre Abu Dhabi et Sanya, en Chine.

Après avoir pris conseil auprès des experts de l’agence de renseignements maritimes, Dryad Maritime Intelligence, et auprès de l’instance sportive de tutelle, l’International Sailing Federation (ISAF), les organisateurs de la course ont décidé que les équipages étaient trop exposés aux risques si on s’en tenait au tracé initial de la course.

A la place, les concurrents vont naviguer en course de Cape Town à un port "refuge" encore non communiqué. Ils seront ensuite transportés non loin d’Abu Dhabi afin de finir l’étape en course. Le procédé inverse sera utilisé pour la 3e étape qui arrive à Sanya, le 4e des 10 ports d’accueil de cette course qui s’achèvera en juillet 2012.

"Cela a été une décision très difficile à prendre, a précisé Knut Frostad, le directeur général de la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace . "Nous avons consulté les plus éminents experts du renseignement naval et commercial et leurs conseils ne pouvaient pas être plus clairs : "Ne prenez pas le risque."

"La solution que nous avons trouvée implique que nos bateaux arriveront en course à Abu Dhabi et disputeront là-bas la régate in-port.

"Abu Dhabi a une part très importante dans notre stratégie, c’est un réel point culminant puisque c’est la première fois que la course fait escale au Moyen-Orient. Avec ce nouveau parcours, nous aurons toujours un sprint final haletant vers les Emirats, au moment du Nouvel An."

La piraterie est très organisée. C’est un business hautement lucratif qui s’est développé sur un vaste territoire au large de la Somalie. En 2010, un record Record #sailingrecord de 1 181 marins ont été kidnappés par des pirates, selon les chiffres fournis par Dryad.

Les navires délivrés dernièrement ont enduré un détournement d’une moyenne de 213 jours et on estime à 150 millions de dollars les rançons payées aux gangs de pirates pour délivrer les équipages, les bateaux et les cargaisons.

Frostad souligne que l’épreuve demeure une course autour du monde.

"Nous restons le seul événement sportif continue qui visite les 5 continents sur plus de 9 mois de navigation épuisante."

Le directeur de la course, Jack Lloyd, également officiel sénior de l’ISAF et juge-arbitre respecté des Jeux Olympiques et de la Coupe America, compare ce changement à "un dos d’âne sur la route qui doit être négocié même si c’est un dos d’âne couteux, et non comme une suspension de course en pleine action."

Abu Dhabi accueillera la course du 30 décembre au 14 janvier 2012 avec un village Destinations spécialement construit sur le front de mer et un concert pour la nuit du Nouvel An, parmi les nombreuses festivités offertes aux plus de 100 000 visiteurs attendus.

"Nous sommes en relation depuis longtemps avec la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace et nous avons été impliqués de façon importante dans la gestion des risques depuis l’édition 2008-09, a rapporté Karen Jacques, directrice des opérations de Dryad Maritime.

"Nous surveillerons la progression des bateaux pendant la course, en travaillant étroitement avec l’équipe de la Volvo Ocean Race pour assurer que seule, une intervention essentielle est requise."

La position de l’ISAF est que la navigation dans les zones très affectées par la piraterie est trop risquée.

"Les mesures prises par la Volvo Ocean Race sont tout à fait en ligne avec les conseils qu’a donnés l’International Sailing Federation depuis un moment", a souligné le secrétaire de l’ISAF, le général Jérome Pels.

"L’ISAF engage vivement tous les skippers qui vont naviguer dans cette zone de chercher une alternative. Alternative qui est désormais offerte par la Volvo Ocean Race.



A la une