SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Les Sables – Horta

Les Class40 quittent Les Sables au départ du Tour cycliste

samedi 2 juillet 2011Redaction SSS [Source RP]

Alors que le peloton du Tour de France cycliste traversait les rues des Sables d’Olonne, à Port Olona l’heure était à la concentration avant le départ pour Horta, prévu à 19h02 ce soir. L’occasion de faire le point sur les forces en présence au sein du peloton.

La course « Les Sables – Horta – Les Sables » n’échappe pas à la règle. Au sein de la flotte, certains sont venus avec l’ambition affichée de remporter la course. D’autres espèrent jouer les flingueurs dans le rôle de l’outsider que l’on ne n’attend pas toujours. Enfin quelques uns viennent pour engranger de l’expérience. Ils savent que leur voilier ne leur permettra pas de se mêler à la lutte pour le titre, mais ils sauront aussi s’étalonner avec des équipages équivalents. Le parcours devrait se négocier autour de trois phases distinctes : une traversée express du golfe de Gascogne sous spinnaker où chaque équipage devra se positionner pour aborder la deuxième difficulté du parcours, le franchissement d’une dorsale au large du cap Finisterre. Ensuite, ce devrait un régime de vents d’ouest à sud-ouest qui cueillera la flotte pour de longs bords de près jusqu’aux Açores. Avec comme dernier casse-tête, des choix stratégiques déterminants entre direction du vent et choix d’une route plus ou moins nord en fonction de la force du vent et de l’état de la mer.

Trois candidats déclarés

Mare.de2 (Jorge Riechers, Etienne David), Bureau Veritas (Stéphane Le Diraison, Vincent Barnaud), Aquarelle.com (Yannick Bestaven, Christophe Bouvet), voilà trois bateaux neufs aux mains d’équipages expérimentés, menés par des marins aguerris et rompus aux arcanes de la régate. Entre ces trois là, on peut s’attendre à une sacrée partie de manivelles de winch, d’autant que les conditions météorologiques devraient imposer de partir sur un rythme très rapide. La traversée du golfe de Gascogne devrait se faire à belle vitesse Vitesse #speedsailing avant que le vent ne mollisse aux abords du cap Finisterre. Gare à ceux qui se laisseront décrocher dans cette première partie d’étape. Jorg Riechers et Etienne David ont pour eux, d’être l’équipage qui a passé le plus de milles sur le bateau. Stéphane Le Diraison et Vincent Barnaud viennent de prendre possession de leur bateau, mais on connaît la faculté d’adaptation de ces deux marins habitués du circuit Mini. Enfin, c’est sans nul doute le tandem Yannick Bestaven, Christophe Bouvet qui compte le plus de milles en course à son actif. Une chose est certaine, aucun de ces trois équipages ne devrait en garder sous la pédale.

Outsiders à l’affut

Il serait malvenu de penser que le podium ne saurait échapper à ces trois prétendants. D’autres équipages peuvent aussi prétendre aux places d’honneur, voire à la victoire. En premier lieu, Jacques Fournier et Jean-Edouard Criquioche (Groupe Picoty) ne risquent pas de naviguer les mains sur les cocottes. Ces deux-là sont des habitués du circuit des Class40 Class40 #Class40 et finissent régulièrement leurs courses aux places d’honneur. Autre équipage venu avec de réelles ambitions, Lionel Régnier et Pierre-Yves Cavan (Wanted Partner), pour peu qu’ils arrivent à prendre en main leur monture tout juste sortie du chantier, peuvent se mêler à la bagarre. On se souvient aussi que Gonzalo Bottin (Tales), associé pour cette édition à Pablo Santurde avait marqué les esprits en 2009 en étant le seul concurrent capable de rivaliser avec l’équipage vainqueur Giovanni Soldini - Karine Fauconnier. Patrice Bougard (Exedra) qui embarque avec Gilles Dadou espère bien que l’expérience accumulée des années durant sur le circuit Figaro lui permettra de se mêler à la coures en tête. Enfin Denis Lazat et Rémi Aubrun (L’Express Sapmer) se verraient bien rééditer leur performance de l’édition précédente quand ils avaient terminé la première étape en troisième position. Seul risque pour ce groupe de bateau : se voir décrocher, sur la vitesse Vitesse #speedsailing de la tête et devoir jouer les chasse-patates toute l’étape durant.

Pour les autres, cela risque d’être un peu plus compliqué. Entre apprentissage du haut niveau pour les uns et navigation sur des bateaux de plus anciennes générations pour d’autres, l’objectif sera double : essayer de réduire au maximum l’écart avec les unités de dernière génération et laisser le plus grand nombre de concurrents possible dans le tableau arrière. Arnaud Daval et Gilles Dutoit (Techneau), tout comme Olivier Grassi (Grassi Bateaux) associé à son préparateur Jean-Baptiste Glin ont pour eux l’expérience acquise sur les éditions précédentes. Pour Stéphanie Alran et Caroline Olagne-Vieille (Velevent), Matthieu Galland et Mathis Prochasson (Matetmat.com) ainsi qu’Andrea Fantini et Salvatore Merolla (Hip Eco Blue), chaque mille parcouru sera l’occasion de tirer des enseignements pour la suite. Reste à espérer que, pour ces concurrents, la fracture météo ne se fasse pas par l’avant de la flotte. Au risque de vivre le spleen du gruppetto.

- Info Presse www.lessables-horta.com



A la une