SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Audi Med Cup

Ed Baird remporte à Cascais la 1re épreuve des TP52

dimanche 22 mai 2011Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Les Américains ont très largement dominé en TP-52 le premier rendez-vous de l’Audi MedCup, tout comme les Espagnols dans la série monotype Monotype #sportboats des Soto-40. Du vent fort, une mer agitée, des courants de marée importants, du soleil pour finir, le Trophée de Cascais a privilégié l’expérience et la réactivité tactique.

Equipage rodé, mécanique huilée, prototype paré : Quantum n’a pas fait dans le détail après une entame en demi-teinte lors des trois premières manches. Car ensuite, les Américains ont mis le turbo en cumulant au final cinq victoires de manche sur les neuf régates programmées ! Le nouveau plan de Marcelino Botin semble en effet très à l’aise dans la brise au près, et ce sont ces conditions météorologiques qui ont sévi pendant les cinq jours du Trophée de Cascais, en grimpant même d’un cran au fil des jours pour finir avec plus de vingt-cinq nœuds…

Stratégiquement avec l’imposition d’un bord à droite du plan d’eau (côté rives portugaises), il fallait donc bien se positionner au départ et virer de bord rapidement pour faire marcher ces TP-52 qui dépassent les neuf nœuds au près à 35° du vent réel. Les différences de vitesse Vitesse #speedsailing entre les sept bateaux présents au Portugal étant infinitésimales, c’est la capacité à naviguer dans du vent clair, c’est à dire dégagé de ses adversaires, qui permettait de grappiller le tout petit plus qui permettait d’acquérir… une vingtaine de mètres d’avantage à la bouée au vent, mouillée à deux milles du départ !

Alors le premier enroulement avait des allures de marmite quand trois, voire quatre bateaux convergeaient en même temps à quelques dizaines de centimètres les uns des autres. De fait, être le premier à la bouée au vent, permettait le plus souvent de créer l’écart, mais pas forcément d’assurer la victoire car les TP-52 déboulaient à plus de vingt nœuds sur cette mer bien formée et le gain d’un seul petit surf Surf #Surf supplémentaire pouvait suffire à revenir au contact. Les embouteillages à la porte sous le vent le confirmaient : rien n’était totalement acquis car les manœuvres devenaient de plus en plus sollicitantes physiquement au fil des manches et les machines tout juste sorties de leur chantier, découvraient aussi ces conditions musclées. Trois hommes à la mer chez les Russes suite à une rupture de filière, un spinnaker chaluté pour les Italiens, un génois endommagé pour les franco-germaniques, un winch bloqué chez les Suédois… la liste des petites ou moyennes avaries subies sur ces cinq jours est longue.

Et de fait, les Américains n’ont pas connu de problèmes particuliers et même s’ils ont commencé par faire chauffer le moteur en douceur sur les trois premières manches, une fois calés, ils ont enclenché le turbo sur leur diesel ! Il faut dire que le barreur Ed Baird remplaçait Terry Hutchinson pris par la prochaine Coupe de l’America : avec Adrian Stead à la tactique et Kevin Hall à la stratégie, la cellule arrière américaine a été impressionnante par ses décisions sans faille. Et le trio a parfaitement enfoncé le clou en cherchant systématiquement à gêner ses adversaires au louvoyage en leur virant dessus pour créer un peu plus de décalage. Bref, seuls leurs vents arrières étaient un peu moins percutants car les nouveaux plans Rolf Vrolijk semblaient légèrement plus à l’aise que les deux prototypes de Marcelino Botin.

Certes, l’équipage de Quantum n’est pas un nouveau venu sur le circuit Audi MedCup et l’expérience a parlé dans la brise. Car il faut tout de même noter que quatre autres teams claquent une manche, à l’exception des franco-germaniques qui n’ont pas encore trouvé le monde d’emploi, et des Allemands qui terminent seconds, grâce à leur remarquable régularité. Il faut souligner que Markus Wieser et son équipage international débutaient sur le circuit des TP-52 ! Ce qui démontre une grande capacité d’adaptation des hommes de Container. Tout comme Niklas Zennström qui remporte brillamment le parcours côtier : Ràn sera un très sérieux client lors du prochain Trophée de Marseille. Et si les Italiens doivent contenir leur fouge pour mieux scorer parce qu’ils perdent des places sur une accumulation de petites fautes, les Russes sont aussi en embuscade, mais ils leur manquent encore un peu de pratique sur leur nouveau Synergy. Quant aux Espagnols, leur Bribon (ex-Matador 2009) n’a rien à envier aux derniers-nés puisqu’il remporte avec panache la troisième manche, mais ses départs n’étaient pas toujours à la hauteur et plusieurs problèmes techniques l’ont pénalisé.

Alors si les TP-52 ne sont pas des monotypes, ils en ont la saveur car le différentiel est… quantique ! Les résultats de chaque manche s’expliquent plus par le positionnement au départ, la capacité à tenir une situation difficile quand un adversaire vient vous chercher, la décision d’empanner ou pas à la bouée au vent, la réactivité des tacticiens, l’agilité des équipiers lors des manœuvres. De toutes petites différences qui font qu’un Quantum additionne les quanta !

Quant aux nouveaux monotypes intégrés au circuit Audi MedCup, ils ont convaincu par leurs performances et leur finesse de barre : les équipages ont démontré que la série est extrêmement disputée puisque presque tous ont remporté une manche ! Là encore, les passages à la bouée au vent étaient très serrés et l’enroulement de la porte sous le vent souvent très chaud. Plusieurs équipages découvraient ce bateau argentin capable de surfer à plus de vingt nœuds au portant et finalement très à l’aise dans ces conditions musclées. Sautant de vague en vague sous spinnaker, les Soto-40 ont confirmé leur statut de classe en expansion. Et les Espagnols, qui avaient l’expérience du circuit avec deux saisons sur les GP-42 ont eu fort à faire pour déstabiliser leurs concurrents. La régularité les porte sur la première marche du podium avec quatre victoires de manches, mais les deux teams portugais ont été plus que présents en leur mettant une pression continue. Rendez-vous est pris du 14 au 19 juin en rade de Marseille !

Ils ont dit

Ed Baird (USA), skipper-barreur de Quantum Racing : « C’était une semaine fantastique pour régater : je n’aurais jamais imaginé que ces bateaux pouvaient être aussi excitants sous spinnaker ! Nous avons trouvé le mode d’emploi pour aller vite, mais il reste encore du travail à faire avant le prochain Trophée. Nous ne savons pas encore comment se comporte le bateau dans les petits airs. Quand il y a de la brise comme à Cascais, vous devez être dans le coup à la bouée au vent, et ensuite trouver les bons angles sous spinnaker : Adrian Stead et Kevin Hall ont été très bons sur ce point tactique. »

José María Torcida, skipper du Soto-40 Iberdrola : « La vérité est que nous avons plutôt bien navigué, dans des conditions difficiles que nous aimons bien, avec de plus en plus de vent au fil des manches. Nous avons souvent pris de bons départs, et nous avions surtout une bonne vitesse Vitesse #speedsailing tant au près qu’au portant. Cela ne nous a pas empêché de faire des erreurs et de perdre des places par négligence. Mais débouler au portant à 20-22 nœuds, c’est super ! »

- Info presse Audi MedCup / www.medcup.org


Résultats du Trophée de Cascais

Classement général des TP-52 après neuf manches

1. Quantum Racing (USA), 3+3+5+1+1+1+3+1+1= 19 points

2. Container (GER), 2+2+4+3+3+3+7,5+2+5= 31,5 points

3. Audi Azzurra Sailing Team (ITA), 5+1+2+2+6+2+4,5+6+4= 32,5 points

4. Synergy Russian Sailing Team (RUS), 1+6+3+4+4+6+6+5+2= 37 points

5. Ràn (SUE), 6+4+6+5+7+5+1,5+3+3= 40,5 points

6. Bribón (ESP), 4+7+1+6+2+7+10,5+4+6= 47,5 points

7. Audi Sailing Team Powered by All4One (EUR), 7+5+7+7+5+4+9+7+7= 58 points

8. Gladiator (GBR), 9DNC+9DNC+9DNC+9DNC+9DNC+9DNC+13,5 DNC+9DNC+9DNC=85,5 points

- Owner Driver Trophy : RÀN

Classement général des Soto-40 après huit manches

1. Iberdrola Team (ESP), 1+1+2+2+3+1+2+1=13 points

2. XXII Portuguese Sailing Team (POR), 3+2+4+3+2+2+4+3=23 points

3. Bigamist (POR), 2+4+3+1+1+5+3+6 DNF=25 points

4. Patagonia (ARG), 4+3+1+4+5+4+5+2=28 points

5. Ngoni (GBR), 5+5+5+6DNF+4+3+1+4=33 points

- Owner Driver Trophy : Patagonia



A la une