SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

GP Guyader

Jean Galfione et Luc Alphand sont de la fête à Douarnenez

dimanche 1er mai 2011Redaction SSS [Source RP]

Parce que c’est un rendez-vous auquel répondent les plus grands marins, le Grand Prix Guyader a ceci de particulier qu’on y croise une multitude de visages connus. Ils sont vainqueurs de courses au large, tenants de titres mondiaux ou de médailles olympiques, toutes disciplines de la voile confondues. Parmi eux, également engagés en course cette année, deux athlètes tout aussi célèbres : Luc Alphand, l’ancien champion de ski et de rallye et Jean Galfione, le perchiste médaillé olympique.

Ils s’appellent Luc Pillot, Lionel Lemonchois, Markus Wieser, Marc Thiercelin, Vincent Riou, Pascal Bidégorry, Ron Rosenberg, Bruno Peyron, Laurie Smith, Marc Guillemot, Franck-yves Escoffier, Fabienne d’Ortoli et bien d’autres encore. Le Grand Prix Guyader est l’événement qu’ils inscrivent naturellement et avec plaisir à leur calendrier. Il est tout aussi naturel de les rencontrer sur le village du Grand Prix, en revanche, la présence de deux sportifs venus d’ailleurs est plus surprenante. Jean Galfione et Luc Alphand sont de la fête, avec des approches quelque peu différentes.

A 40 ans, voilà six ans que Jean Galfione a choisi la planète voile pour y vivre sa ‘deuxième vie’ comme il la qualifie. Avec méthode, il a batti son projet, fait construire son Class40 Class40 #Class40 , baptisé Talanta en référence aux jeux d’Atlanta, et s’est initié à la discipline sous la houlette de Nicolas Troussel, double vainqueur de la Solitaire du Figaro Solitaire du Figaro #LaSolitaire et deuxième de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum -La Banque Postale, à la barre du Class40 Class40 #Class40 de Jean, justement.

« J’ai appris énormément de choses avec Nicolas. J’avance, petit à petit, c’est une longue formation pour espérer bien faire ce métier qui est extrêmement complexe. La plupart des marins sont tombés dedans tout petits, ce n’est pas mon cas. Le Grand Prix Guyader est ma première compétition officielle en tant que skipper et je suis très satisfait, parce que je constate que j’ai pas mal progressé, que le bateau est bon et que mon projet tient la route globalement. Je suis en phase d’apprentissage et plus je vais sur l’eau, plus j’en ai envie. Ici, à Douarnenez Douarnenez #Douarnenez c’est formidable. Pour le public, le spectacle est magnifique et, pour les marins, cet événement est une référence. »

C’est donc pas à pas que Jean Galfione, modeste et pugnace, construit son projet voile.

Luc Alphand est un sportif de haut niveau qui carbure à l’adrénaline. Après les descentes vertigineuses à ski, il s’était converti en pilote de rallye, puis de Formule 1… Toujours avec le succès que l’on sait. Un accident de moto en 2009 aurait pu mettre fin à cette carrière éclectique et brillante. C’était sans compter sur l’appétit de ce Savoyard de 46 ans, jamais rassasié de sensations fortes. Il vient d’intégrer, comme « apprenti navigateur », le projet de DCNS 1000 axé sur la réorientation professionnelle et va courir la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 avec Marc Thiercelin.

« C’est une réorientation plus qu’une reconversion à laquelle j’ai pensé au Trophée Mer et Montagne sur lequel je croisais plein de marins. »

Comme après avoir assisté aux 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures du Mans et décidé d’y participer sur un coup de cœur, Luc n’a pas résisté à l’appel du large. Le voici donc à Douarnenez Douarnenez #Douarnenez , au Grand Prix Guyader pour sa première compétition :

« J’ouvre grand les yeux, ici, c’est vraiment une grande fête pour les marins, je me régale. »

« Luc est un passionné » explique Jean Galfione qui le connaît bien, « c’est son moteur et j’avoue que c’est gonflé d’aller d’emblée courir la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 . Moi, je commence tout juste à être à l’aise sur l’eau et ça fait six ans que je navigue. A la fois, ça ne m’étonne pas de lui. »

Conscient du défi à relever et plein d’humilité, le Savoyard balaie une certaine appréhension d’une phrase :

« Je n’ai pas le mal de mer, c’est déjà ça, mais ils sont fous ces marins ! »

- Info presse Rivacom / www.grandprixguyader.com



A la une