SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trophée Jules Verne

Pascal Bidégorry : "On espère repartir"

Banque Populaire V est rentré à Lorient • " Il y a dix jours de travail sur le bateau"

dimanche 20 février 2011Redaction SSS [Source RP]

Samedi 22 janvier à 12 heures 11 minutes et 45 secondes (heure de Paris), le Maxi Banque Populaire V coupait la ligne de départ du Trophée Jules Verne au large de Ouessant avec en ligne de mire un parcours mythique, une aventure Aventure humaine forte et un temps de référence à battre de 48 jours 7 heures 44 minutes et 52 secondes.

Treize jours plus tard, dans l’Atlantique Sud, aux portes de l’Indien, la collision avec un OFNI endommageait lourdement la dérive du trimaran géant et stoppait nette la belle aventure Aventure de Pascal Bidégorry et ses hommes. Sur le chemin du retour depuis le 6 février, l’équipage a rallié Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. , peu avant 10 heures ce dimanche matin. Entre émotions des retrouvailles avec les familles et amis venus nombreux, et frustration de n’avoir pu mener cette première tentative à bien, les quatorze marins ont profité de l’occasion pour revenir sur cette expérience unique.

Pascal Bidégorry, skipper - hors quart :

"On a continué à bien travailler sur ces 15 jours. On s’était fixé comme objectif de continuer à naviguer comme si on était en record Record #sailingrecord ... notamment dans l’’organisation Organisation #organisation du bord, dans la continuité de ce qu’on a fait sur les douze premiers jours de course. C’était important, il ne fallait pas s’arrêter et garder la même dynamique.

Le bateau est bien, c’est un fait, tout le monde le dit, mais je me suis régalé à naviguer avec les mecs à bord. Je pense qu’on a tout pour réussir ce projet comme il faut. On a fait une trentaine de jours de mer. c’est sûr que ça va nous servir énormément, qu’on revient beaucoup moins bête qu’on est parti ! Les gars du team ont fait un travail énorme et on a tous un peu grandi. On a appris à vivre ensemble dans la performance du bateau. Vivre ensemble à 20 nœuds et vivre ensemble à 35 nœuds, ce n’est pas pareil. J’ai essayé d’apprendre en regardant les autres et en voyant l’intelligence avec laquelle ils ont mené leur bateau et leurs hommes. On voit que ce n’est pas simple. On n’a pas cassé le bateau. On a bien navigué. On a tapé quelque chose mais on n’a pas fait d’erreur.

On espère repartir. Il y a dix jours de travail sur le bateau. Il faut faire un check complet parce qu’on a quand même navigué 30 jours sur un multicoque de 40 mètres. Depuis qu’on a fait demi-tour, on n’a pas arrêté de regarder Sainte-Hélène et la trajectoire des concurrents de la Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace et de Thomas Coville.. On sait très bien que ça ne fait plaisir à personne de faire demi-tour. On a pesé le pour et le contre. Mais c’était un bon choix."

- Info presse http://www.voile.banquepopulaire.fr/



A la une