SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Route du Rhum

Yves Le Blevec casse aussi mais continue

Avarie sur la crosse du bras avant tribord du multicoque

lundi 8 novembre 2010Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Au 8e jour de course, le Multi50 Multi50 #multi50 Actual d’Yves le Blevec est victime d’une avarie. C’est à 1200 milles de Pointe à Pitre et alors que le trimaran rouge et vert était pointé en tête et avait réduit la voilure quelques heures auparavant que cette avarie est survenue. Elle fait suite à l’avarie subie par Crêpes Whaou ! quelques heures auparavant. Le skipper est sain et sauf et a organisé sa survie et Actual est toujours en course.

C’est à 1h00 heure française ce lundi matin qu’Yves le Blevec, skipper du Multi50 Multi50 #multi50 Actual, prévenait son équipe et la direction de course d’une avarie survenue sur la crosse du bras avant tribord du multicoque. Il a affalé sa grand voile et navigue sous ORC dans 20 noeuds de vent sud-est.

Actual se situe à équi-distance entre les Antilles et les Açores. Sur les conseils de son routeur Christian Dumard, il fait cap à l’ouest à une vitesse Vitesse #speedsailing réduite de 8 noeuds, afin de se dégager de la zone de mer agitée dans laquelle il évolue.

La situation est stabilisée. Le skipper a organisé une cellule de survie à l’arrière de son bateau, le matériel de sécurité, radeau de survie, gilet de sauvetage, GPS, lampe, couteau et téléphone à portée de main.

L’objectif immédiat du skipper est de sortir de la zone perturbée afin d’envisager une solution de réparation avec son équipe et l’architecte du bateau.

Yves le Blevec est toujours en course, leader des Multi50 Multi50 #multi50 et cinquième concurrent toutes classes confondues derrière quatre multicoques de la catégorie Ultime.

Retour sur la course

Depuis le départ de Saint-Malo, Yves le Blevec était en 2e position derrière Crêpes Whaou ! de Franck-Yves Escoffier. Hier dimanche, le skipper témoignait de conditions de navigation difficile : des creux de 4 mètres, un vent de 30 noeuds de secteur sud-est. En milieu de journée, il décrivait des conditions "magnifiques" mais délicates pour manier un bateau. L’objectif d’Yves était, et est toujours, plus que jamais, de préserver son bateau.

Alors qu’il apprenait que Crêpes Whaou ! abandonnait, Yves le Blevec venait de réduire son allure en prenant un troisième ris dans la grand voile et décrivait "des crêtes de déferlantes qui faisaient des gerbes énormes sur le bateau ". Il s’attendait à passer une nuit encore délicate jusqu’à sortir de ce régime dans le courant de la journée de lundi. Il prenait alors le leadership de la flotte des Multi50, 224 milles devant son plus proche adversaire, Région Aquitaine - Port Medoc de Lalou Roucayrol.

- Info presse Kaori

Yves Leblevec (Actual), lors de la vacation officielle

« J’ai cassé le bras de liaison. Ça a démarré vite. Au fur et à mesure qu’on avançait, la mer se creusait et le bateau sautait beaucoup sur les vagues. Ça ne m’empêchait pas d’aller vite. Il y avait des chocs importants. Il y avait entre 22 et 23 nœuds de vent cette après-midi. Je me disais que j’allais moins vite... Mais il fallait calmer le jeu Jeu #jeu . Pendant la nuit la situation était plus problématique. Ça a démarré par une panne électrique. Le bras s’est fissuré et de l’eau est rentrée dedans. Ca a commencé par une panne de pilote et, en faisant demi-tour j’ai entendu un gros bruit, j’ai refait route, j’ai entendu encore beaucoup de bruit à l’arrière : ça a dû générer des déformations dans le bras arrière. Voilà le scénario qui a duré environ un quart d’heure.

Il y a beaucoup de questions mais pas beaucoup de réponses et… le bras reste quand même cassé : la structure est largement entamée et j’ai dû organiser une cellule de survie. J’en saurai plus demain quand j’évaluerai l’avarie ; est-ce réparable ? Je ne suis pas en danger mais mon bateau l’est… Là il faut que je sois extrêmement prudent.

Aujourd’hui je suis obligé d’assurer ma sécurité mais je ne m’inquiète pas : avec les balises et la communication Communication #Communication je ne serai pas perdu au milieu de l’Atlantique. La mer s’est calmée parce que j’ai orienté le bateau. En réalité il y a encore beaucoup de mer mais vu ma position je n’entends plus les grincements que j’entendais avant…"

- Source www.routedurhum-labanquepostale.com



A la une