SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Route du Rhum

Lionel Lemonchois se détourne vers la péninsule ibérique

"La situation n’est pas très bonne… Pour l’instant je vais où le vent me pousse"

mercredi 3 novembre 2010Redaction SSS [Source RP]

A 17 heures hier, la pièce qui maintient la grand voile de Prince de Bretagne sur son chariot a cédé. Lionel Lemonchois est monté en tête de mât pour intervenir, mais avec la houle et la tombée de la nuit, il n’a pas pu poursuivre les investigations au-delà.

C’est le système de laching qui a cédé et la grand voile est descendue toute seule sur le pont. Impossible pour Lionel d’intervenir en mer, tout seul, avec un bateau déstabilisé par la houle sous solent et gennaker uniquement, l’exercice est trop dangereux. Par conséquent, le skipper de Prince de Bretagne fait route vers le port le plus proche.

À 17 heures, Prince de Bretagne mettait le cap sur les côtes espagnoles, situées à 250 milles de sa position. Pour l’heure, Lionel Lemonchois est toujours en course et son partenaire tient une équipe technique à sa disposition pour le rejoindre afin de lui porter assistance si nécessaire.

La déception du dernier vainqueur de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum -La Banque Postale est immense. Il menait la flotte des Multi50 Multi50 #multi50 avec brio, grâce à une option nord ouest qui portait ses fruits, heure après heure. Il était réellement dans le coup et le changement de stratégie de Thomas Coville sur Sodebo, qui le rejoignait dans son option, le confortait encore davantage sur sa trajectoire. Cette avarie met à mal tout le travail réalisé en amont et pendant la course. C’est seulement quand Lionel atteindra un abri, qu’il pourra estimer les conséquences de cette avarie.

- Info presse Rivacom

- Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne), lors de la vacation radio du matin : "La situation n’est pas très bonne. Mon chariot de grand-voile est en tête de mât et je n’ai aucun moyen d’aller le chercher. Pour l’instant je vais où le vent me pousse. J’attends que le jour se lève pour prendre une décision. Je sais ce qui se passe là haut, je n’ai pas d’autre moyen que de faire une ascension mais je sais que c’est à haut risque. J’ai une dizaine de nœuds de vent"

Mise à jour • 18h : C’est reparti sans escale

Prince de Bretagne reprend sa course après une nuit de déroutage vers l’Espagne et trois heures de numéro d’équilibriste en tête de mât pour récupérer les pièces du lashing coincées là-haut.

- Lionel Lemoinchois : « C’est bon, je suis redescendu, j’ai récupéré les pièces, j’ai ma petite idée pour réparer tout ça. Appelez le voilier (Incidences) pour qu’il me donne son avis. Et sinon, envoyez la météo, pour moi c’est reparti, je suis d’ores et déjà en configuration course. »


NDR SSS : Si le service de communication de Lionel Lemonchois pense qu’il était parfaitement placé sur la route nord, cela est moins évident quand on voit les performances de Cammas en Ultimes et Escoffier en Multi 50 qui filent vers le Sud.

A très court terme, la route nord offre une meilleure distance au but et un très bon classement (Lemonchois était leader). A court terme, le sud est bien la meilleure position et permet de s’approcher des côtes où toute escale est possible en cas d’avarie... A long terme, il faudra attendre et voir si Cammas et Escoffier s’en sortent face aux zones de calme sur leur trajectoire. CG



A la une