SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Exposition

L’Hydroptère montre ses foils à la Cité de la voile

D’avant Eric Tabarly à Alain Thébault, les engins qui volent sont au musée

mardi 16 mars 2010Redaction SSS [Source RP]

Le rêve n’est pas nouveau. Faire voler un bateau au dessus des mers est un cap que beaucoup de marins ont un jour imaginé franchir. Nautique et aéronautique, voile et vol-à-voile, la frontière entre le monde marin et le monde aérien n’a jamais été aussi fine qu’auprès de ces skippers de l’extrême. Faisant suite à l’exposition Exposition #Exposition « A Eric… », la Cité de la Voile Eric Tabarly de Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. consacre une exposition Exposition #Exposition temporaire aux voiliers volants et à ces aventuriers ayant un jour décidé de faire voler un bateau. Parmi eux, Alain Thébault et son Hydroptère font figure d’ambassadeurs naturels.

On se souvient qu’Eric Tabarly avait parrainé Alain Thébault à la fin des années 1980 et lui a donné l’impulsion décisive afin que son rêve de l’Hydroptère puisse devenir réalité. Bien sûr l’Hydroptère n’est pas le seul engin à avoir été capable de s’affranchir de la poussée d’Archimède. D’autres pionniers avant Alain Thébault réalisèrent des prototypes capables de « survoler » les flots.

Centrée autour de la maquette à échelle 1/3 de l’Hydroptère, qui servit de prototype à Alain Thébault pour mettre au point le trimaran de 60 pieds, l’exposition Exposition #Exposition retrace, sur près de 400m2, l’histoire Histoire #histoire des ces incroyables engins de 1860 à nos jours. Des images, vidéos, témoignages, manipulations ou encore un simulateur de vol aideront les visiteurs à mieux comprendre le fonctionnement de ces voiliers hors normes.

- Info presse www.hydroptere.com


Le musée : La Cité de la Voile Eric Tabarly de Lorient

Lieu unique de découverte culturelle, scientifique et technique dédié à la voile, elle rassemble sur 6 000 m2 toute l’histoire du nautisme français. A l’origine du projet, Cap l’Orient agglomération (Communauté d’agglomération du pays de Lorient) et l’Association Éric Tabarly, présidée par Jacqueline Tabarly, ont voulu, à travers une approche ludique et dynamique, donner la possibilité de vivre et de ressentir la voile grâce notamment à une exposition permanente et interactive sur la navigation, élaborée avec la Cité des Sciences et de l’Industrie, consacrée à l’aventure de la voile moderne et de la course au large, avec comme fil rouge Éric Tabarly.

- www.citevoile-tabarly.com

Le bateau : l’Hydroptère

Le projet de l’Hydroptère a vu le jour dans les années 1980 sous la double impulsion d’Eric Tabarly et d’Alain Thébault entourés de scientifiques et navigateurs. De 1987 à 1992, le rêve devient réalité. Parrainé et soutenu par Eric Tabarly, Alain Thébault met au point différentes maquettes et développe un concept de bateau volant, qui sera mis à l’eau en 1994. Le premier vol est un succès. Suivent plusieurs années d’études et de développement où Alain Thébault s’efforce de mixer les cultures et compétences. En 2006, le projet l’Hydroptère prend une nouvelle dimension grâce à l’aide du banquier privé genevois Thierry Lombard. Son soutien permet notamment la mise en place d’un partenariat avec l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne désormais « conseiller scientifique officiel » de l’Hydroptère. En 2009, Audemars Piguet, la plus ancienne manufacture horlogère à toujours être dans les mains de ses familles fondatrices, rejoint l’aventure en tant que partenaire principal. Aujourd’hui l’ensemble des équipes et des partenaires sont tournés vers la construction et la mise à l’eau pour l’été 2010 de l’Hydroptère.ch, véritable plate-forme laboratoire, pour développer l’Hydroptère maxi, dont l’objectif est de s’attaquer aux grands records océaniques et de naviguer autour du monde en près de 40 jours à l’horizon 2014.

Quant aux succès, ils s’enchaînent dès 2005 : le 2 février 2005, l’Hydroptère traverse la Manche plus vite que Blériot en avion ; le 4 avril 2007 il décroche deux records mondiaux de vitesse. Mais c’est le 4 septembre 2009 qu’il entre définitivement dans l’histoire de la voile en franchissant la barre mythique des 50 nœuds – équivalent du passage du mur du son dans l’aéronautique - en atteignant 51,36 nœuds sur 500 mètres avec une pointe de 55,5 nœuds (103 km/h) en rade d’Hyères (France). Le 8 novembre 2009, il renouvelle son exploit en pulvérisant le record absolu de vitesse sur le mille nautique à 50,17 nœuds de moyenne.

Le mur du vent ainsi dépassé, l’Hydroptère devient l’engin à voile le plus rapide de la planète.

- www.hydroptere.com



A la une