SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

TROPHEE JULES VERNE

Orange reprend son rythme à 500 milles / jour

Le catamaran géant va laisser l’anticyclone dans son Est

mardi 12 mars 2002

image 300 x 158Photo : JP Epron / Maxi Catamaran Orange
Le maxi-catamaran Orange continue d’afficher des moyennes de plus de 500 milles par 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures et glisse actuellement à moins de 500 milles dans l’est de Rio de Janeiro (Brésil). Les vitesses moyennes tutoient les 22 noeuds sur 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures et rien ne semble vouloir arrêter la rapide descente vers le sud du géant croqueurs de milles. Un padaille (petite pièce d’accastillage en forme d’oeillet) a bien cédé cette nuit mais cela n’a pas empêché Bruno Peyron et ses hommes de poursuivre leur route cap au sud-ouest. L’anticyclone de Ste Hélène est centré à 660 milles dans le sud/sud-est du bateau et ce dernier devrait le contourner par l’ouest dans le courant de la journée de demain. Le but des 24 heures à venir est simple : raser le centre de l’anticyclone tout en évitant de se faire scotcher dans ses calmes.

" Nous n’avons pas l’intention de nous appeler Bonaparte ! " lâche Gilles Chiorri à la vacation du jour. Comprenez : nous n’avons pas l’intention de nous faire scotcher dans l’anticyclone de Ste Hélène. Et le maxi-catamaran Orange est bien parti pour passer en revue sur sa gauche ce fameux anticyclone qui, il y a quelques jours encore, leur fermait la porte du Grand Sud au nez. " Le vent est en train d’adonner et est actuellement au 85/90° poursuit Gilles. Il est de travers et nous filons à 25/26 noeuds sous grand voile haute et solent. Nous allons faire une petite cuillère par l’ouest pour contourner l’anticyclone de Ste Hélène et devrions progressivement passer au portant en début de soirée. On devrait renvoyer le gennaker (grande voile d’avant) et continuer de garder des vitesses de l’ordre de 20 noeuds. De toutes les façons, il faut que l’on mette du charbon pour aller chercher une dépression et ne pas louper la connexion ".

En clair et décodé : Gilles Chiorri le navigateur du bord est en train d’expliquer qu’il y a une petite dépression dans le sud de l’anticyclone de Ste Hélène et qu’il faudrait réussir à attraper sa bordure nord de manière à bénéficier de vents portants de 15/20 noeuds qui les emmèneraient alors à bonne vitesse Vitesse #speedsailing vers la fameuse autoroute du Grand Sud. Et Bruno Peyron ponctue : " Ce serait pas mal de réussir à attraper cette dépression avant qu’elle ne se sauve. Cela nous permettrait de faire une route au sud-est et ensuite de nous placer idéalement dans des vents portants entre 30 et 35 noeuds. Mais n’allons pas trop vite, il faut déjà passer Ste Hélène, éviter de trop aller à gauche et de s’approcher du centre de l’anticyclone et de ses vents mous ! ". En effet, chaque chose en son temps. Et si le maxi-catamaran devrait batailler dans des vents mollissants en fin d’après-midi et dans la nuit, il devrait aussi avoir passé l’anticyclone de Ste Hélène dans la nuit de mercredi à jeudi.

Et un padaille, un...

Extrait du mail de Bruno Peyron envoyé à 9h56 TU ce matin : " Réveil en sursaut... Boum assez intense cette fois avec une sorte de résonance dans la coque en carbone. Tout le monde sur le pont à chercher d’où cela vient, le mât est toujours debout... C’est un des padailles de fixation de poulie d’écoute de grand voile qui a cassé ! ". Une fois de plus, ces petites pièces d’accastillage de fixation (sorte d’oeillet) vendues pour des charges données cinq fois supérieures explosent sous la force des efforts rencontrés. Cette avarie quasi hebdomadaire sur The Race s’est donc renouvelée sur le maxi-catamaran Orange et c’est celui qui retenait une poulie de renvoi de l’écoute de grand voile qui s’est ouvert. " Rien de bien grave explique Ronan Le Goff à la vacation. J’étais de quart et au début on croyait que c’était le chariot d’écoute de grand voile qui avait un problème. Mais nous avons réparé tout celà en deux heures de temps. Tout est OK maintenant et le bateau a repris sa course normalement ! ". Gilles Chiorri continue : " Nous savions que ce type de pièce avait des problèmes. Et pourtant c’est une nouvelle génération de pièce que nous avons, comme quoi ! Nous avons une douzaine de padailles à bord et nous allons tous les assurer en faisant un lashing (aller retour autour de la pièce et de son support) en spectra (dérivé du nylon, fibre de haute résistance). Le but est de les sécuriser car il ne faudrait pas qu’ils cassent les uns derrière les autres ! ".

Il a dit :

Ronan Le Goff : " Moi, comme petit cadeau pour le passage de l’Equateur, j’ai eu un livre sur les chants de marins... On en connaissait déjà pas mal avec le quart des bretons mais on va pouvoir en apprendre de nouvelles maintenant et s’entraîner ! "

Pierrick Garenne / Mer & Media / Orange

Voir la carte du tour du monde : Geronimo vs Orange


Dans la même rubrique

TROPHEE JULES VERNE : Orange fait face à l’anticyclone de Ste Hélène

TROPHEE JULES VERNE : Orange passe enfin l’équateur

image 300 x 158Photo : JP Epron / Maxi Catamaran Orange

TROPHEE JULES VERNE : Peyron et ses hommes laissent le record à Peter Blake

image 300 x 149Opération centrage des poids à bord d’Orange. Photo JB Epron.

No Limit : La réparation du monocoque de VDH presque terminée

image 300 x 150Photo reportage de Bernard Gergaud qui a visité le chantier Gamelin pour suivre la fin des travaux sur Adrien. Ci dessous : le nouveau puits de quille et la coque en aluminium dans le chantier.

A la une