SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

The Artemis Transat

Une première en Class40 soldée par Soldini

Retour sur la course des 12 mètres de Plymouth à Marblehead

lundi 2 juin 2008Information The Transat

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Retour sur une épreuve riche en rebondissements, ayant vu la victoire implacable de Giovanni Soldini lors de ce qui fut sa 5e participation.

Entrée au contact en Atlantique (Jours 1 - 4)

Après un départ léger à Plymouth, la flotte est restée en formation compacte, Giovanni Soldini sur Telecom Italia parvenant à faire la différence entre les portes de passage d’Eddystone et du Cap Lizard malgré la pression de Boris Herrmann. Soldini prenait au Cap Lizard les commandes de la flotte, qui se retrouvait embrumée au sud des îles Scilly, dans des vents variables au milieu des rails de navigation commerciale. Mais à l’aube du 3e jour, avec les côtes britanniques dans le tableau arrière, les différentes options tactique devenaient très évidentes, la flotte ne tardant pas à s’étaler sur 120 milles sur un axe nord - sud. Alex Bennett (Fujifilm) et Christophe Coatnaon (Groupe Partouche) occupaient alors le terrain au nord, tandis que Miranda Merron (40 Degrees) et Boris Herrmann (Beluga Racer) prenaient position au sud. Le « bas » du plan d’eau n’allait pas tarder à devenir l’option la plus prisée à l’approche de la zone anticyclonique. Herrmann, miné par un méchant rhume les premiers jours, se remettait d’aplomb pour passer de la 10e à la 3e position au matin du jour 4. Yvan Noblet sur Appart’City restait pour sa part bien accroché à sa seconde position dans le tableau arrière du leader.

Petits airs pour le blackout (Jours 5 - 7)

A l’approche d’une zone de molle et avec la perspective du blackout de positions de 36 heures annoncé par l’organisation Organisation #organisation , la flotte progressait au portant dans 9 à 15 nœuds de vent. Groupe Partouche, 10e, tombait en panne de vent au nord alors que Benoît Parnaudeau sur Prévoir Vie, au sud, signait la meilleure moyenne de la flotte (9,3 nds). Herrmann se hissait en seconde position, à seulement 17 milles de Soldini. Au soir du blackout, on apprenait la mise en place d’un syndicat Class40 Class40 #Class40 informel - sur l’initiative d’Halvard Mabire (Custo Pol) et Thierry Bouchard (Mistral Loisirs Pole Santé Elior) - revendiquant de pouvoir recevoir les résumés quotidiens de la course en Classe IMOCA Imoca #IMOCA , afin de rester au fait des aventures se tramant devant leurs étraves. Au jour 5, la flotte se scindait en 3 groupes distincts, s’étalant sur 180 milles en latéral. Au nord, Soldini se heurtait le premier à la zone sans vent, suivi par un contingent français incluant Thierry Bouchard, Yvan Noblet et Christophe Coatnaon. Miranda Merron, occupant la 3e place, était la première du groupe médian à faire état de la baisse de régime qui allait affecter son peloton (composé de Boris Herrmann toujours second, Alex Bennett 4e, Halvard Mabire 7e et Simon Clarke 11e). Au sud se trouvaient Louis Duc et Benoît Parnaudeau, respectivement 9e et 10e.

Au près vers la porte des glaces (Jours 8 - 12)

Alors que le blackout était levé au jour 8, les trois groupes mentionnés précédemment s’étaient globalement dispersés - exception faite du peloton de nordistes, inséparables, et conservant la même option que celle suivie par le leader. Après une première portion de course au portant dans des conditions variables et exigeantes, le près et son cortège de chocs faisait son apparition, de nombreux skippers se déclarant fatigués et inquiets pour le matériel. Au jour 9, Soldini menait toujours avec 59 milles d’avance alors que la porte des glaces au sud de Terre-Neuve était visiblement barrée par une zone de calmes. Le lendemain matin il était clair que le groupe du nord avait le moins souffert alors que plus bas Halvard Mabire (le plus ouest des concurrents restés sud) pâtissait des conditions difficiles. Simon Clarke découvrait pour sa part que ses instruments (girouette - anémomètre) n’avaient pas été correctement calibrés. Au jour 11, Soldini récoltait les bénéfices de son plongeon sud pendant le blackout de la nuit, et menait avec 55 milles d’avance sur Thierry Bouchard, tandis que la vitesse Vitesse #speedsailing de progression d’Yvan Noblet était contrariée par un souci d’instrumentation. Boris Herrmann, 3e, ne comptait pour sa part que 8 milles d’avance sur ce dernier, la course s’avérant très serrée. Contraint de monter au mât afin de récupérer une drisse, Simon Clarke avouait ne pas avoir apprécié l’expérience. Les leaders étaient les premiers à attraper le nouveau vent de sud ouest, à quelques 85 milles de la porte des glaces. Bouchard et Herrmann, continuant leur mano a mano, ne cessaient de s’échanger la seconde et la troisième place. mais les écarts ne tardaient pas à s’accroître, Yvan Noblet décrochant notamment.

Tempête à la porte des glaces (Jours 13 - 15)

Peu après 18h00 GMT au jour 12, le leader Giovanni Soldini laissait un point de la porte des glaces (dans sa portion est) à tribord, et mettait le cap au nord ouest vers les côtes américaines. Libéré de cet obstacle, Soldini pouvait profiter d’un regain de vitesse Vitesse #speedsailing et augmenter son avance de manière significative. A plus de 11 nœuds, le skipper italien reléguait rapidement son dauphin, Boris Herrmann, à 82 milles dans son tableau arrière. En 5e et 6e position, la bataille était de plus en plus serrée entre les deux Britanniques Miranda Merron et Alex Bennett, la navigatrice tâchant de contrôler son rival à l’approche de la porte des glaces. Mais la nuit suivante les rôles étaient inversés. tandis que des vents de face de plus de 30 nœuds s’abattaient sur la flotte. Au jour 14, alors qu’il était à plus de 40 milles du 3e, Yvan Noblet révélait une sévère délamination et annonçait qu’il des déroutait vers St Pierre et Miquelon ! Profitant du ralentissement du leader, Bouchard et Herrmann lui reprenaient du terrain momentanément, avant qu’il ne retouche un air salvateur lui permettant de conserver 94 milles d’avance. Pour le reste de la flotte, le passage de la porte des glaces s’annonçait difficile.

Pertes et profits (Jours 16 - 17)

Luttant contre le Gulf Stream dans des airs plus qu’asthmatiques, Soldini voyait Boris Herrmann revenir fort, grapillant jusqu’à 10 milles en 4 heures. Mais le jeune Allemand n’allait pas tarder à être ralenti lui-même. Thierry Bouchard de son côté faisait une bonne opération en remontant à 63 milles du second, mais la meilleure progression était à mettre au crédit de Louis Duc, passant de la 7e à la 4e place. Halvard Mabire, malgré une violente collision nocturne probablement avec une baleine, continuait lui aussi à avancer et prenait la 6e place, rejoignant Louis Duc et Alex Bennett au sud. Au matin du jour 17, Soldini s’était extrait de la dorsale et repartait de plus belle vers la ligne d’arrivée, suivi de Boris Herrmann, tandis que Miranda Merron et Benoît Parnaudeau souffraient dans le nord, l’Anglaise passant de la 4è à le 8e place.

Implacable Soldini

A 7h11 locales (11h11 GMT) au jour 18, Giovanni Soldini s’emparait de la victoire à Marblehead après 16 jours 22 heures et 11 minutes de mer, ayant mené la flotte depuis le cap Lizard ! La nuit suivante à 1h09 GMT, Boris Herrmann prenait la seconde place, quelques neuf heures avant que Thierry Bouchard ne complète le podium. Résultats complets ci-dessous.

Site officiel : www.theartemistransat.com


Classement Class40, heure d’arrivée et temps au vainqueur

1 Telecom Italia 28/05/08 à 11:11:57GMT après 16j 22h 11min 57s à la vitesse moyenne de 7.23 nœuds
2 Beluga Racer 29/05/08 at 01:09:47GMT après 17j 12h 09min 47s à la vitesse moyenne de 6.99 nœuds (13h 57min 50s derrière Telecom Italia)
3 Mistral Loisirs - Pole Sante ELIOR 29/05/08 à 10:42:57GMT après 17j 21h 42min 57s à la vitesse moyenne de 6.84 nœuds (23h 31min 00s derrière Telecom Italia)
4 Groupe Royer 29/05/08 à 15:51:15 GMT après 18j 02h 51min 15s à la vitesse moyenne de 6.76 nœuds (1j 04h 39m derrière Telecom Italia)
5 Custo Pol 29/05/08 à 16:05:07GMT après 18j 03h 05min 07s à la vitesse moyenne de 6.75 nœuds (1j 04h 53 minutes derrière Telecom Italia)
6 Fujifilm 29/05/08 à 18:53:02GMT après 18j 05h 53min 02s à la vitesse moyenne de 6.71 nœuds (1j 07h 41m 05s après Telecom Italia)
7 40 Degrees 30/05/08 à 08:19:34sGMT après 18j 19h 19min 34s à la vitesse moyenne de 6.51 nœuds (1j 21h 07min 37s derrière Telecom Italia)
8 Prevoir Vie 30/05/08 à 10:21:02GMT après 18j 21h 21min 02s à la vitesse moyenne de 6.48 nœuds (1j 23h 09min 05 s derrière Telecom Italia)
9 Groupe Partouche 30/05/08 à 13:28:20GMT après 19j 00h 28min 20s à la vitesse moyenne de 6.44 nœuds (2j 2h 16min 23s après Telecom Italia)
10 Clarke Offshore Racing 30/05/08 at 19:15:36GMT après 19j 06h 15min 36s à la vitesse moyenne de 6.42 noeuds (2j 08h 03min 39s après Telecom Italia)
Abandon Yvan Noblet sur Appart’City au 13e jour de course

Dans la même rubrique

The Artemis Transat : PRB à bon port en bon état à Halifax

The Artemis Transat : Louis Duc : "je m’excuse de pas être 3e"

The Artemis Transat : Résumé de l’édition 2008 de la "Transat Anglaise"

The Artemis Transat : Giovanni Soldini gagne en Class 40


A la une