SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Construction navale

Lalou Roucayrol prépare un trimaran de 48 pieds

Visite du chantier lorientais où il construit son voilier de course pour la transat en double

mercredi 9 mai 2007Christophe Guigueno

Ancien champion du monde de Formule 28, ancien skipper du trimaran des « banquiers », Lalou Roucayrol prépare son nouveau projet dans un chantier du port de pêche de Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. . Non loin des bases ultramodernes des teams professionnels, il construit un trimaran de course modeste qu’il a dessiné lui-même avec pour premier objectif sportif, une participation à la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 en classe 2 multicoques.

On n’est pas très loin de la base sous-marine Marine Marine nationale de Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. Keroman. Pourtant on est bien loin des équipes professionnelles qui gèrent des écuries de trimarans et de monocoques de 60 pieds. On est encore plus loin des teams de multicoques géants destinés à battre tous les records autour de la planète. Discrètement, Lalou Roucayrol construit dans les anciens locaux du chantier Gepeto un trimaran de 48 pieds qu’il devrait mener en double, en novembre, sur la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 et sous les couleurs de Nim Interim Management.

« C’est un trimaran dans l’esprit de Nootka » explique Lalou Roucayrol qui a dessiné lui-même ce trimaran de presque 50 pieds. Nootka, c’était le trimaran conçu par Nigel Irens pour Claude Develay (alors le patron de Fujifilm France et sponsor de Loïck Peyron) et Mike Birch. Deux autres trimarans quasi identiques avaient complété la série avec un bateau pour le Brestois Hervé Cléris et un autre pour Pascal Hérold. La philosophie qui avait guidé ces gentlemen régatiers de l’époque était la vitesse Vitesse #speedsailing et le confort en trimaran. Un concept qui guide encore Lalou Roucayrol dans ce nouveau projet, plus modeste que celui de Crêpes Whaou !. Le trimaran sur plans Van Peteghem & Lauriot-Prévost du Malouin Franck-Yves Escoffier domine actuellement la classe 2 des multicoques.

« La coque centrale a été retournée, il y a trois semaines » ajoute le skipper – architecte – constructeur. Avec l’aide de Fred et Bruno, un jeune charpentier et un jeune maçon, il construit donc lui-même la coque centrale de 15 mètres qu’il a conçue à la façon du sorcier de Bristol. « Comme Nigel Irens, j’ai réalisé une maquette du trimaran. Puis j’en ai tiré les couples pour les confier à un architecte naval qui a mis sur informatique les formes du bateau. » Ensuite, il a réparti la construction. Les bras de liaison en contre-plaqué et fibre ont été stratifiés chez Gepeto à Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. . « Ils sont réalisés à partir d’un caisson en bois ce qui offre un meilleur rapport qualité prix résistance. Les flotteurs sont construits dans un moule par le chantier Strato Compo de Port Médoc où le bateau sera assemblé début juillet. »

« On veut retrouver le plaisir de naviguer, le plaisir d’aller sur l’eau »

La première grande course de ce trimaran devrait donc être la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 en double puisque le bateau est destiné à un programme course et incentive. « Il y a de l’avenir dans la classe des 50 pieds multicoques » affirme Lalou qui a bien connu le circuit pro de 60 pieds. « Il y a le Trophée Malo cette année, le Trophée Jean Stalaven, le record Record #sailingrecord SNSM puis la transat en double. Il y a aussi l’association des ports du golfe de Gascogne qui veut lancer des « rallyes » ouverts aux multicoques de 30 à 50 pieds. On est bien dans l’esprit de cette classe qui consiste à ne pas avoir que des bateaux trop orientés course. On veut aussi retrouver le plaisir de naviguer, le plaisir d’aller sur l’eau… »

Son nouveau trimaran sera aussi facilement exploitable pour un circuit hors course à savoir la balade en Atlantique ou en Méditerranée ou des sessions d’incentive avec des sponsors et des entreprises. « On va d’ailleurs organiser un circuit « vin et voile » au départ de Port Médoc destiné à accueillir 3 à 4 personnes pendant un week-end avec des passages à Pauillac et vers Cordouan… » ajoute Lalou. Son trimaran qui sera beaucoup convivial qu’un multicoque de course dispose donc quand même un programme chargé : Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum , OSTAR (la transat anglaise amateur), transat Québec – St Malo pour les courses, mais aussi beaucoup de possibilités d’opérations de relations publiques à la journée ou au week-end.

D’ailleurs, tout comme pour Nootka, une mini série est envisageable. « On pense décliner le projet avec des trimarans de 30 pieds dans le même esprit et on peut construire des sister-ships du 50 pieds » ajoute Lalou Roucayrol. On pourrait ainsi envisager des raids en Méditerranée avec une flotte de 50 pieds qui s’échouent sur des plages pour faire escale. Cette possibilité fait partie du concept du trimaran puisque « les trois fonds de coque sont en monolithique pour pouvoir s’échouer et que le safran de la coque centrale peut se relever ». En plus, Lalou a travaillé avec Sacha Lakic, un designer qui travaille avec Roche Bobois. L’artiste a réfléchi au look extérieur du bateau qui devrait être surtout implanté sur les bateaux issus de ce prototype et « il va aussi décliner des éléments de mobilier marine Marine Marine nationale transposables dans un intérieur ». De quoi donner du style à ces nouvelles machines.

Ch.Guigueno


Voir en ligne : Plus d’info sur www.lalou-multi.net



A la une