SeaSailSurf®

From offshore to inshore: all the news abouts sea sports from 2000

32e America’s Cup

Jeu de quilles et de coques pour la Cup

Brad Butterworth « l’America’s Cup est une course architecturale… c’est le bateau le plus rapide qui gagne »

Monday 2 April 2007Christophe Guigueno

Au cours de la traditionnelle journée du « dévoilement » du 1er avril, les équipes engagées sur la 32e Coupe de l’America ont exhibé les dessous de leurs Class America. C’était l’occasion de découvrir ce qui se cachait sous ces voiles. À savoir des bulbes à ailettes, des voiles de quilles et des coques aux formes bien différentes.

Arrivée à pleine maturité, la jauge des Class America laissait penser que les 11 challengers et le defender disputeraient cette 32e Coupe de l’America avec des bateaux très proches les uns des autres. Pourtant, la journée « voiles ouverts » qui s’est déroulée à Valencia a révélé de nombreuses différences entre les choix architecturaux des design teams.

Rolf Vrolijk, l’architecte du defender Alinghi a bien remarqué la grande diversité des formes : « En se promenant dans les bases, il est surprenant de voir autant de configurations différentes au sein des équipes, essentiellement parce nous pensions avoir fait du bon boulot avec la jauge. Nous pensions que les bateaux seraient tous identiques. Mais ce n’est pas le cas ; nous voyons que chaque groupe architectural et chaque équipe a pris des directions différentes et c’est ça qui est intéressant. » [1]

Les bulbes tout d’abord (cf. photos à voir ici) ont montré une fois encore qu’il y en avait pour tous les goûts. « Nous avons testé, dans une soufflerie à grande vitesse, 35 formes de bulbes » déclare l’équipe BMW Oracle Racing pour laquelle travaille le Français Mick Kermarec. « Par ailleurs, 100 autres formes ont été modélisées pour être soumises à des tests de dynamique des fluides. En utilisant des centaines d’ordinateurs puissants, chacun de ces tests représente environ 30 heures de travail. Au final, 3000 heures de recherche ont été consacrées uniquement à ces bulbes dont l’existence est encore purement virtuelle. » [2]

Ainsi, chez les Américains, on « estime que 85 % du temps de conception a été consacré au montant de la quille et aux bulbes, le reste ayant été dévolu aux ailettes et au safran ». Au final, les bateaux de Chris Dickson disposent de bulbes très longs et très fins. Harry Dunning, architecte de Mascalzone Latino - Capitalia Team, une des trois équipes italiennes engagées, fait un état des lieux des lests : « Certains bulbes ici mesurent pas loin de 8 mètres de long et d’autres entre 4 et 5 mètres. Nos recherches ont prouvé qu’il y avait plusieurs possibilités de configuration. Les bulbes longs ont plus de surface mouillée donc ils ne seront pas très performants dans les petits airs, mais ils ont un centre de gravité plus bas donc ils offrent une stabilité plus importante dans la brise. »

Reste que ces configurations peuvent encore évoluer. Les teams ont-elles montrées leurs bateaux tels qu’on les retrouvera pour la Louis Vuitton Cup qui démarre le 16 avril prochain ? « La plupart des syndicats vont avoir une configuration des bulbes et des appendices adaptés aux petits airs ou à la brise » explique Scott Graham, du team Desafío Español 2007. « Après quelques courses, nous allons pouvoir regarder comment chacun de nos bateaux se comporte face aux autres concurrents puis étudier les prévisions météo et essayer d’optimiser nos bateaux de la bonne manière. » La « tendance medium faible du bateau d’Areva Challenge peut ainsi devenir plus typée pour la brise si l’équipe arrive en demi-finales, puis en finale, en changeant de bulbe » prévient Bernard Nivelt, architecte principal du défi français.

Sur les bulbes, on a aussi pu remarquer de nombreuses différences entre les ailettes. Plus ou moins longues, plus ou moins avancées ou reculées par rapport au voile de quille, elles sont, elles-aussi assez différentes les unes des autres. « En dehors du fait que l’unveiling a montré des carènes et des bulbes à géométrie variable, les ailettes confirment vraiment qu’il n’y a pas de vérité en ce domaine ! » confirme Dimitri Nicolopoulos, le coordinateur du design team tricolore (Areva Challenge). « Nous avons vu des ailettes en boomerang, droites, inclinées, plus ou moins angulées…Il s’avère qu’Areva Challenge a des ailettes très similaires à celles des Néo-Zélandais. Il y a aussi des bulbes très longs de plus de sept mètres (Shosholoza, Alinghi, BMW ORACLE Racing-USA 98), d’autres très courts autour de cinq mètres (Victory Challenge, Mascalzone Latino …), avec formes carrées, rondes, elliptiques, des arrières de lest très pincés, d’autres plats… Il y a des carènes à bouchain très marqué (Luna Rossa-ITA 86, Emirates Team New Zealand, China Team) et d’autres à formes plus rondes (Alinghi), certains avec des étraves fines et des bout-dehors (Shosholoza, China Team), d’autres avec des avants très pleins (Alinghi), voire plats (ETNZ, Luna Rossa)… » [3]

Car du côté des carènes, le bilan est en effet assez surprenant ! Les plus extrêmes semblent être les Italiens du team Luna Rossa avec des bateaux moulés dans un carré. Les bordés des bateaux noir et rouge sont droits et verticaux. Quant au fond des carènes, il est lui-assi très plat. Les photographies comparatives des carènes des quatre teams leaders montrent bien les choix opposés menés par les équipes architecturales. Impressionnant ! Et d’ailleurs le mot de la fin revient au tenant du titre, Brad Butterworth, skipper d’Alinghi, pour souligner l’importance du travail des designers… « Je pense que l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup est une course architecturale. Je crois que c’est le bateau le plus rapide qui gagne. À ce niveau, avec ce calibre de navigants, si vous avez un bateau un peu plus rapide, vous les battez… Ils peuvent naviguer correctement et gagner des courses un jour donné, mais c’est assez difficile de battre un bateau plus rapide. À chaque Coupe que j’ai faite, c’est le bateau le plus rapide qui a gagné et je pense que ce sera pareil cette fois. » Les dés sont donc déjà jetés ?

Ch.Guigueno

Gros plans sur les carènes du top 4


View online : A voir aussi : Les photos des bulbes des Class America


[1Citations de Rolf Vrolijk, Harry Dunning, Brad Butterworth et Scott Graham : source ACM 2007

[2Citation de BMW Oracle Racing : source service de presse du défi américain

[3Citation de Dimitri Nicolopoulos et Bernard Nivelt : source service de presse d’Areva Challenge


Also in this section

Louis Vuitton Act 13 : Points comptent triple pour le dernier Act

Areva Challenge : Sébastien Josse : "naviguer sur FRA-93 fut un plaisir !"

America’s Cup • China Team : Luc Gellusseau : "Nous serons 7èmes des challengers !"

Americas’s Cup • Areva Challenge : Le nouveau Class America français enchaîne les tests


Head news