SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Foiler

L’Hydroptère se repointe… à 43 noeuds

Alain Thébault : "nous allons monter progressivement vers les 50 nœuds"

vendredi 17 novembre 2006Redaction SSS [Source RP]

L’Hydroptère a enregistré une pointe à 43 nœuds jeudi lors de la première navigation. Au cours de sa deuxième sortie, le bateau a quasiment battu son propre record Record #sailingrecord établi à 44 nœuds. L’engin de 60 pieds poursuit désormais sa phase de navigation en baie de La Trinité sur Mer.

Pollux, navigant et en charge du gréement du bateau résume le deuxième jour de navigation : « Nous sommes sortis par 20-22 nœuds de nord-ouest sous 1 ris- solent. Cette configuration de voile nous a permis de valider les impressions de la première sortie : les nouveaux flotteurs nous permettent de réduire les enfournements. Au lieu d’enfourner, les flotteurs « rebondissent » sur l’eau et font repartir le bateau sans l’arrêter.

Nous avons atteint facilement 43 nœuds, ce qui laisse augurer une grande puissance du bateau. Le vent a ensuite molli, nous avons choisi de tester la grand-voile haute avec le solent puis le gennaker. Les nouvelles voiles sont superbes. Le bateau décolle très rapidement et se crée un vent apparent.

Aujourd’hui, l’Hydroptère est très puissant, il a un gros potentiel de vitesse Vitesse #speedsailing grâce à sa nouvelle surface de voile. Nous devons maintenant apprendre à maîtriser la bête… »

Alain Thébault, Skipper de l’Hydroptère : « Deuxième sortie, 43 nœuds… ! Une belle récompense pour notre équipe franco-suisse de marins et ingénieurs. Je suis vraiment très fier d’eux et du travail impressionnant qu’ils ont accompli. Je pense que le potentiel de vitesse Vitesse #speedsailing de notre oiseau de carbone se situe désormais entre 45 et 50 nœuds.

Les trois axes de travail ont porté leur fruits :
- L’augmentation de la raideur en torsion des bras de liaisons réalisés par Airbus Nantes et le chantier B&B de la Trinité sur Mer est vraiment très perceptible. Le pilotage est plus facile et beaucoup plus fin mais nécessite toujours beaucoup d’attention et de vigilance car les accélération sont réellement très puissante (courbe de 10 à 43 nœuds en pj).
- Les flotteurs à redans dessinés par Jean Mathieu, mon bras droit, avec le concours de Philippe Perrier et Philippe Roulin , font merveille lors des « touch » sous le vent dans les vagues.
- Enfin, l’ensemble mât-voiles comble la lacune que nous avions en matière d’aérodynamique. Les voiles noires (en carbone) réalisées par incidences sont sublimes. La puissance comme la finesse aéro sont en forte augmentation.

Il nous reste à nous entraîner pour maîtriser notre bijou, désormais particulièrement fougueux. A l’issue de deux ou trois semaines d’essais, nous allons monter progressivement cet hiver vers les 50 nœuds à la voile. Pour commencer, le record Record #sailingrecord WSSRC dans notre catégorie est à 42,12 nœuds et me paraît accessible avant le printemps mais je commence à rêver sérieusement au record Record #sailingrecord absolu de vitesse à la voile (48,7 nœuds)... »


Voir en ligne : Info presse / www.hydroptere.com


Dans la même rubrique

ORMA : Les trimarans de 60 pieds sont-ils réhabilités ?

Route du Rhum • La Banque Postale : Un troisième Rhum pour Franck-Yves Escoffier !

Multicoques 60’ : Un bilan de géant pour Desjoyeaux

Route du Rhum - La Banque Postale : Stève Ravussin : "le bateau est monté, monté, monté"


A la une