SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Volvo Ocean Race

Seb Josse : "Nous sommes tous déterminés à continuer"

ABN Amro Two disputera la régate in-shore du lundi 29 mai à Portsmouth

jeudi 25 mai 2006Information Volvo Ocean Race

Sébastien Josse, skipper d’ABN AMRO TWO, a annoncé aujourd’hui que son équipage disputera la régate in-shore de Portsmouth, le lundi 29 mai prochain. La participation à cette épreuve avait été remise en question après la perte d’un des marins du bord, Hans Horrevoets, décédé dans un tragique accident au cours de la 7e étape de la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace , entre New York et Portsmouth.

Seb Josse : “Nous sommes tous déterminés à continuer - nous savons que c’est la décision que Hans aurait voulu et le premier pas est de ressortir sur l’eau pour le parcours côtier (lundi 29 mai). Bien sûr, cela ne sera pas facile, mais tout l’équipage a décidé de naviguer lundi et nous le faisons pour Hans. Gerd Jan [Poortman] sera abord et Coxy [Neil Cox] nous rejoindra comme l’onzième équipier. Nous n’avons pas pris de décision pour la course au large. Nous le ferons la semaine prochaine après le parcours côtier. »

La décision est prise après l’émouvante conférence de presse à Portsmouth, mardi matin, quand l’équipage est revenu sur les circonstances du drame, les souvenirs de Hans et ceux du sauvetage de l’équipage épique de Movistar, forcé d’abandonner son bateau. Cependant aucune décision n’a encore été prise pour la participation à la prochaine manche, la course off-shore entre Portsmouth et Rotterdam, dont le départ sera donné le 2 juin.

Au cours de la conférence de mardi matin, le Directeur technique du Team navigant, Roy Heiner a dit : « Le décision de continuer la course est entièrement remise dans les mains de Sébastien et de son équipage. Le team ABN AMRO ne les pressera en rien à prendre une décision. Et quoiqu’ils décident, ils auront tout notre support. »

L’équipage se retrouvera dimanche 28 mai à Portsmouth pour préparer cette régate in-shore, après les funérailles de Hans HOrrevoets, en Hollande, samedi 27 mai.


Voir en ligne : Une vidéo pour ressentir l’intensité des cinq jours vécus par l’équipage d’ABN AMRO TWO. Ici.


Retour sur une fin d’étape tragique [1]

C’est la fin d’une dramatique et incroyable histoire, une histoire que seul l’océan est capable d’inventer. Lundi soir, quand ABN AMRO TWO a coupé la ligne d’arrivée à Portsmouth, neuf marins étaient à son bord. Neuf marins qui ont décidé de continuer leur course jusqu’au bout, une étape qui avait commencé à 10 de New York.

Quelques heures avant cette arrivée dans la baie de Falmouth, le corps de l’équipier Hans Horrevoets a été transféré sur un bâtiment de la Marine hollandaise. Après 4 jours particulièrement difficiles, le skipper Sébastien Josse pouvait enfin rendre Hans à sa famille.

Mercredi, au cours d’une conférence de presser particulièrement émouvante, l’équipage d’ABN AMRO TWO est revenu sur les circonstances de la mort de leur co-équipier, le 18 mai dernier. Malheureusement Hans n’était pas attaché au moment où le bateau a violement tapé dans une vague. Et l’eau qui a balayé le pont l’a emporté.

Simon Fisher - Anglais - navigateur - 28 ans : « Nous étions tous sur le pont pour changer les voiles. Pendant que nous préparions la manoeuvre le vent est brusquement passé de 12/14 noeuds à 25 noeuds. Nous avions déjà changé deux voiles et envoyé un spi. Et puis soudain le vent est monté encore plus. Nous sommes partis très vite et la mer est devenue très grosse. L’un après l’autre nous sommes descendus pour mettre nos harnais. Hans qui contrôlait la voile la plus importante sur le bateau (le spi) a été le dernier à descendre. »

Les recherches ont duré 45 mn. Après des manoeuvres extrêmement délicates dans une nuit parfaitement noire et dans des vents violents et 5 m de creux, Hans a pu être ramené à bord. Malheureusement, en dépit de très grands efforts et du travail extrêmement difficile de l’équipage, Hans n’a pas pu être réanimé.

Lucas Brun - Brésilien - régleur - 22 ans : « C’est une situation très difficile à affronter. Vous voyez la personne avec qui vous étiez entrain de régler le bateau, qui parlait avec vous, qui plaisantait avec vous. Et l’instant d’après, vous le ressortez de l’eau... Rien ne peut vous préparer à cela. Vous l’amenez ensuite à l’intérieur et tout le groupe travaille ensemble pour le garder en vie. Et puis cela ne marche et vous avez juste à laisser la personne partir. »

Trois jours après l’accident, malgré la terrible situation à bord, ABN AMRO TWO a du faire face à un autre drame. Par une incroyable ironie du sort, Sébastien Josse et son équipage ont du rebrousser chemin pour sauver l’équipage de Movistar. A 300 milles des côtes anglaises, le bateau espagnol rencontrait un grave problème de quille et menaçait de sombrer à tout moment. Juste avant une nouvelle tempête qui aurait pu être fatale à Movistar et son équipage, ABN AMRO TWO réussissait à embarquer (dimanche) à son bord l’équipage en détresse.

Le skipper hollandais Bouwe Bekking et son équipage ont pu être finalement débarqués (à Falmouth) lundi matin, une heure après le transfert du corps de Hans Horrevoets.

Sébastien Josse - Français - skipper d’ABN AMRO TWO - 31 ans : « Le fait d’avoir récupéré l’équipage de Movistar à bord, n’est pas une satisfaction en soit, mais nous sommes partis à 10, nous sommes revenus à 10, avec une vie en moins. Et on peut dire qu’on est revenu à 20 avec 10 vies en plus. J’ai l’impression d’avoir apporté le maximum d’aide et de sens marin à cette situation et de sauver 10 personnes, plutôt que de sauver un bateau. C’était cela le plus important. C’est l’objectif le plus important pour moi. »

Lorsque ABN AMRO TWO est arrivé enfin à quai à Portsmouth, lundi soir, cela a été un moment extrêmement émouvant pour Bouwe Bekking et toute la communauté de la Volvo Ocean Race. Les membres de l’équipage d’ABN AMRO TWO ont été accueillis en héros, ce qu’ils méritent amplement après avoir passé les jours les plus dramatiques de leur vie. C’est un vieil adage que de dire que de jeunes marins ont commencé la Volvo Ocean Race comme des gamins et l’ont finie comme des hommes. C’est particulièrement vrai pour eux. C’est sûr, désormais personne ne les appellera plus les KIDS.*

* ABN AMRO TWO est le plus jeune équipage de cette édition de la Volvo Ocean Race et dès les premiers jours de la course, ils ont été affectueusement appelé « les Kids », par les autres concurrents, plus expérimentés et plus âgés. avec une pointe d’admiration devant les performances de ce jeune équipage qui détient le record du monde de vitesse des 24h en monocoque, décroché lors de l’étape dans l’Océan Indien, le 11 janvier dernier, entre Cape Town et Melboure : 563 milles en 24h, soit 23,46 nœuds.


[1Transcript du commentaire de la vidéo



A la une