SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Volvo Ocean Race • étape 5

Sidney Gavignet : « On est très très pro et très froids... »

« ...mais plus ça va, plus on sent qu’il y a un esprit d’équipe qui se forme ! »

mardi 18 avril 2006Christophe Guigueno

L’équipage de Mike Sanderson a remporté à Baltimore sa quatrième victoire d’étape sur le tour du monde en équipage à la voile. Partis avec les cinq autres 70 pieds de Rio de Janeiro il y a plus de 15 jours, le Néo Zélandais et ses hommes dont le Français Sidney Gavignet, ont augmenté leur avance au classement général de la course avec sept points de plus. Heureux de retrouver ses enfants avec une nouvelle victoire à son palmarès, le chef de quart tricolore est revenu sur cette 9e manche et 5e étape.

« Ce n’était pas facile d’arriver à Baltimore ! » Effectivement pour Sanderson, Gavignet est les autres équipiers, les derniers 100 milles lors desquels ils ont remonté la Chesapeake Bay à l’est de Washington se sont déroulés dans du petit temps. ABN Amro One, alias « Black Betty » s’est souvent retrouvé encalminé, mais la menace movistar est toujours restée lointaine. « Il n’y avait pas beaucoup de vent, l’eau était chaude et c’était compliqué pour la météo. Ce n’était pas notre temps de prédilection encore une fois, mais on gagne ! Ce n’était pas dur physiquement, mais c’était dur à vivre surtout quand on vit toutes les manœuvres sur le pont. »

« Comme toujours, les arrivées d’étapes se font dans le petit temps, avec très peu de vent. C’est frustrant car il y a toujours quelqu’un à nos trousses. Des fois, c’étaient les jeunes (ndr : les Kids de Sébastien Josse sur ABN Amro Two), cette fois-ci, ce fut movistar. Le bateau espagnol semble d’ailleurs être désormais le bon dauphin pour ABN Amro one. C’est de plus en plus net que c’est le deuxième bateau en performance et du coup, jusqu’au bout et tant que la ligne n’est passée, ce n’est pas gagné. » Le bateau espagnol, premier à Fernando da Noronha pour quelques secondes, apparaît effectivement comme le premier prétendant aux autres victoires d’étape. Bouwe Bekking qui avait aussi remporté le pit-stop à Wellington en Nouvelle-Zélande sera donc un sérieux concurrent pour le team hollandais lors des dernières manches.

Mais pendant cette cinquième étape, l’équipe d’ABN Amro One leur a montré que pour la victoire au général, ce sera dur... « On s’est retrouvé dernier quelques jours après Rio et on a passé tous les adversaires un par un et à vue. Ils nous ont donc tous vu les passer un à un et psychologiquement, comme on les a doublés dans leur temps, le petit temps, il fait mal ce nouveau résultat ! Maintenant il y a pour grande étape la transatlantique retour vers l’Europe et ce n’est rien du tout. C’est une petite étape. C’est bien d’en avoir fini avec les longues étapes difficiles et maintenant, ce qui nous attend va plutôt être du sprint. »

Un sprint pour lequel Sanderson et ses gars vont devoir rester concentrés et soudés. Mais il semble qu’après un tour de l’hémisphère Sud, la mayonnaise ait bien pris entre ces professionnels de haut niveau comme le confirme Sidney. « Ce qui est bien à bord d’ABN Amro One, c’est l’état d’esprit de l’équipe. On est très très pro et très froids, mais plus ça va, plus on sent qu’il y a un esprit d’équipe qui se forme. Plus on sent qu’il y a du liant dans l’équipe. En plus d’avoir un bateau fort et des gars qui sont forts, l’équipe est forte et c’est un grand plaisir ! »


Dans la même rubrique

Volvo Ocean Race • Rio : Yves Le Blévec : « la régate au contact, c’est impressionnant »

Volvo Ocean Race • étape 4 : La course vers Rio se relance après le Cap Horn

Volvo Ocean Race • étape 4 : ABN Amro One premier au Cap Horn

Volvo Ocean Race : La bande à Josse s’offre la barre des 40 noeuds

A bord d'ABN Amro Two

A la une