Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Volvo Ocean Race • Rio

Yves Le Blévec : « la régate au contact, c’est impressionnant »

« Avec Brazil et Pirates, c’était très fair-play et du grand sport »

lundi 27 mars 2006Christophe Guigueno

Appelé à bord d’ABN Amro One, le bateau des Kids, par Sébastien Josse, Yves Le Blévec est arrivé à Rio pour participer à la régate inshore de l’escale brésilienne. Le Breton qui prépare actuellement ses prochaines saisons en mini 650 Mini 650 #mini650 est donc venu prêter main-forte à son ancien équipier du Trophée Jules Verne 2002. Interrogé par l’équipe de l’organisation Organisation #organisation , il revient avant, puis après la régate, sur son arrivée dans le monde des Open 70.

Yves Le Blévec, le 25 mars, à la veille de la régate inshore : « Sébastien [Josse] m’a appelé la semaine dernière car il lui manquait un équipier. Il m’a donc demandé de venir. Et cela m’a fait extrêmement plaisir ! Je n’ai donc pas hésité longtemps même si cela a mis un peu la panique dans mon programme car j’ai d’autres actions par ailleurs. Mais des propositions comme celle-ci cela ne se refuse pas ! Mes autres activités ont bien sur quelque chose à voir avec la course au large... mais sur d’autres bateaux, plus petits que les 70 pieds. Je suis en train de faire construire un mini 650 Mini 650 #mini650 pour les deux saisons à venir. Ce sont des bateaux bien plus petits avec un programme différent. Mais d’un côté comme de l’autre ce sont des bateaux de course au large avec énormément d’innovations. Alors c’est passionnant pour moi. »

« Hier c’était la première fois que je naviguais à bord de ces machines. Il y a beaucoup de travail à bord car les bateaux sont très exigeants et très physiques. De plus on n’est pas très nombreux à bord puisque nous ne sommes que 11. Alors il y a un gros travail d’équipe mais l’équipage d’ABN Amro Two est un super équipage avec une belle cohésion. C’est donc la bonne voie pour avoir de bons résultats. Par ailleurs je connais la course en équipage car j’ai rencontré Seb à bord d’Orange quand on a fait un tour du monde ensemble. D’ailleurs, je l’ai refait l’an passé quand on a remporté le Trophée Jules Verne [à bord d’Orange 2 de Bruno Peyron] alors j’ai beaucoup d’expérience de l’équipage. Sébastien quant à lui, il ne change pas car il garde un fond de bonne humeur et d’humanité. Il fait attention aux gens tout en devenant un grand personnage de la course au large. En ce qui concerne l’anglais, je connais mieux les termes techniques de la voile que ceux de l’anglais courrant. Avec les accents néo-Zed, australiens ou autres à bord, ce n’est pas très facile, mais je m’en sors ! »

« Samedi, pour la régate inshore, j’ai l’impression que tous les plans Farr sont plus optimisés pour ces régates. Ils ont une petite facilité en vitesse Vitesse #speedsailing que nous, on n’a pas. Alors c’est à nous de compenser en naviguant bien. On peut complètement compenser les écarts de vitesse Vitesse #speedsailing sur des courses inshore. J’avais cette impression en suivant la course depuis la terre. Et de toute manière, les écarts sont très faibles et le jeu Jeu #jeu est complètement ouvert. »

Le lendemain, Yves est revenu brièvement sur la régate au couteau qu’il s’est livré avec ses co-équipiers pendant près de deux heures de course. Toujours aussi enthousiaste, l’aîné du bateau (Yves a dix ans de plus que Sébastien) a pu naviguer bord à bord avec des géants de la course comme Paul Cayard ou Torben Grael. Et ce, bien entendu dans la bonne humeur avec Sébastien Josse comme skipper : « C’était une belle course, on a bien bossé. On a fait notre petit lot de bêtises comme tout le monde. Mais, on est tous content du résultat. Les 4 bateaux étaient au contact. C’était une superbe régate. Les bateaux, je les avais découverts deux jours auparavant donc je ne suis pas surpris, mais la régate au contact, c’est impressionnant. On a passé des bouées au contact avec Brazil 1 et Pirates of the Caribbean. C’était très fair-play et du grand sport. On n’est pas premier, mais tout le monde est content du résultat car on a été à la hauteur du challenge. »

Yves Le Blévec qui retrouve donc le Brésil quatre mois après l’arrivée de la Transat 650 participera à la cinquième étape du tour du monde en équipage. Il quittera Rio dans quelques jours pour mettre le cap vers Baltimore aux USA. Avec Sidney Gavignet, chef de quart d’ABN Amro One et Sébastien Josse le skipper du Two, il est donc le troisième Français à embarquer dans le team hollandais qui occupe actuellement les première et deuxième places du classement général. Mini, Figaro, maxi-catamaran et maintenant Volvo Open 70, Le Blévec, un des hommes les plus rapides autour du monde à la voile, est partout. Après cette cinquième étape de la Volvo, Yves reviendra en Bretagne pour suivre la construction de son plan Lombard avec lequel il prendra part à la Transat 650 de 2007.


Voir en ligne : Infos Yves à bord du team ABN Amro


Dans la même rubrique

Volvo Ocean Race • étape 4 : La course vers Rio se relance après le Cap Horn

Volvo Ocean Race • étape 4 : ABN Amro One premier au Cap Horn

Volvo Ocean Race : La bande à Josse s’offre la barre des 40 noeuds

A bord d'ABN Amro Two

Volvo Ocean Race : Wellington s’offre à movistar pour 9 petites secondes

Coup de canon final à Wellington

A la une