Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat Québec-Saint Malo

Bon départ de Québec pour les multicoques de 60 pieds

Yves Parlier premier à franchir la ligne de départ

dimanche 11 juillet 2004Information ORMA / Multi Cup 60’

Bon départ pour les dix-neuf inscrits à cette sixième édition de la Transat Québec-Saint Malo. Le meilleur départ pris chez les multicoques Orma est pour Médiatis - Région Aquitaine skippé par Yves Parlier. • Du petit temps est annoncé pour les premières 48 heures. La descente du fleuve Saint-Laurent va se faire au gré des bascules de courant et dans un vent qui devrait être de secteur Sud-Ouest dominant soit portant. • Les deux skippers des multicoques de 50 pieds Anne Caseneuve (Atlantic Nature) et Philippe Bousquet (Aquaera) n’ont pas pris le départ. La flotte est donc composée de douze multicoques Orma, quatre multicoques 50 pieds et trois monocoques 50 pieds.

C’est bel et bien parti pour la seule et unique traversée de l’Atlantique d’Ouest en Est ! 3 000 milles à parcourir soit 5 556 kilomètres à avaler via trois plans d’eau différents : le fleuve du Saint-Laurent, l’océan Atlantique et la Manche. Les dix-neuf inscrits à cette sixième édition de la Transat Québec-Saint Malo ont coupé la ligne de départ mouillée devant la jetée du Yacht Club de Québec en deux temps : 12h35 heure canadienne soit 18h35 heure française pour les multicoques et monocoques de classe 2 et 12h50 heure canadienne soit 18h50 heure française pour les multicoques Orma.

C’est Médiatis - Région Aquitaine skippé par Yves Parlier chez les multicoques Orma qui a pris le meilleur départ. Côté Classe 2, c’est Franck-Yves Escoffier sur Crêpes Whaou ! qui a pris rapidement la tête en multicoques 50 pieds suivi de Luc Coquelin sur Marina Fort Louis - Ile de Saint Martin en monocoques 50 pieds. Prochaine étape : le passage de la marque de parcours « Bouée de Matane » située à 200 milles (370 km) du départ soit à 171 milles (316 km) de la sortie vers l’Atlantique.

C’est sous un temps ensoleillé que les départs ont été donnés devant plusieurs milliers de spectateurs disséminés tout au long de la côte. Une légère brise est au rendez-vous avec un vent de secteur Ouest/Sud-Ouest de 10/12 nds qui oblige les dix-neuf inscrits à empanner tout au long de cette première partie de la descente du Saint-Laurent qui devrait prendre entre un jour et demi et deux jours pour les multicoques Orma. Une descente cahin-caha avec un vent portant dominant et canalisé par les hauteurs du fleuve Saint-Laurent jusqu‚à son embouchure avant de tourner à droite vers Terre-Neuve et l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon.

Deux multicoques de 50 pieds ne prendront pas le départ de la Québec-Saint Malo, faute d’avoir rempli toutes les formalités d‚inscription. Il s’agit d‚Anne Caseneuve (Atlantic Nature) et de Philippe Bousquet (Aquaera). Les organisateurs de la Québec Saint Malo, Voile Internationale Québec, ont néanmoins autorisé les deux équipages à passer la ligne après tous les participants, mais hors course.

Tous sont unanimes : la Transat Québec-Saint Malo est une course unique, attirante et passionnante ! Et si la flotte Orma est magnifiquement bien représentée avec douze inscrits, la liste des équipages embarqués est tout simplement incroyable. Si les Michel Desjoyeaux (Géant), Franck Cammas (Groupama), Alain Gautier (Foncia), Thomas Coville (Sodebo), Karine Fauconnier (Sergio Tacchini) et les autres ténors du moment sont bien là, leurs hommes d‚équipage ont des CV à donner le tournis. Impossible de passer sous silence la présence de Laurent Bourgnon à bord de Banque Covefi et de Loïck Peyron à bord de Sodebo qui possèdent à eux deux le plus beau palmarès de victoires en multicoques 60 pieds. Mais, il faut également faire honneur à la présence de Jacques Vincent, de Damian Foxall et de Brian Thompson actuels et récents détenteurs du record Record #sailingrecord du Tour du Monde le plus rapide à la voile, de Cam Lewis (maxi catamaran), de Franck Proffit (multi 60 Multi 60 #ORMA pieds), d’Hervé Jan (courses autour du monde), de Vincent Riou (mono 60 pieds), de Lionel Lemonchois (multis 60 pieds), de Yann Guichard (multis 60 pieds, JO), de Sydney Gavignet (courses autour du monde), de Pierre Mas (Coupe America), d‚Armel Le Cléac’h (Solitaire Figaro), de Yannick Bestaven (Mini Transat)...

Rien ne sera simple dans cette première partie de course soit la descente du long fleuve Saint-Laurent. En effet, le petit temps devrait être de mise pour les premières 48 heures de course et les 371 milles (ou 687 kilomètres) à avaler avant de toucher l’Océan Atlantique devrait se faire dans un vent mou tendance faible. Et si ce dernier de secteur Sud dominant oscillant entre 0 et 10 noeuds va obliger les concurrents à multiplier les empannages pour sortir de la nasse canadienne, le courant n’aidera en rien la progression des concurrents vers la porte de sortie océanique.

En effet, le courant sera dans les étraves pendant les deux premières heures de course soit jusqu’à 20h40 heures françaises. Pour information, il atteignait au moment du départ 1,5 à 2 noeuds contraire. Ensuite, la traditionnelle valse des marées va imposer son rythme et obliger les marins à danser avec ses renverses. Ne pas oublier d’ajouter à ce cocktail québécois les slaloms entre les îles, les possibles rencontres avec les bancs de sable et les baleines locales de l’étape, les falaises générant des courants d’air salvateurs et les veines de courant vous propulsant un demi de noeud plus vite que votre voisin de navigation... Par contre, un point positif à souligner : les glaces fondent actuellement au large de Terre-Neuve, ce qui tend à diminuer les risques de rencontres avec des icebergs...


- Laurent Bourgnon - Banque Covefi : « C’est une course très riche... sportivement et humainement. Nous avons la chance de partir et d’arriver dans des endroits où les mots chaleur humaine et convivialité prennent tout leur sens ! En ce qui concerne la course, sur ’eau, le Saint-Laurent avec ses caprices, ses bancs de sables, ses courants, les baleines et les bélougas et... les troncs d’arbres ! En effet, s’il se met à pleuvoir beaucoup, le niveau monte et tous les troncs d‚arbres qui sont sur les côtés du fleuve partent à la dérive. En 1996, il y avait eu de grosses intempéries et c’était rempli de troncs partout. Ensuite pareil, les Iles de la Madeleine, Saint-Pierre et Miquelon... et puis souvent c’est l’occasion d‚un beau match jusqu’à l’arrivée pour la victoire finale ! Maintenant tout dépend de la configuration et de comment ça se passe mais c’est toujours une course très intéressante du début à la fin ! »

- Michel Desjoyeaux - Géant : « Avant l’arrivée en Atlantique, il ne faudra pas trop compter pouvoir dormir. C’est dur de régater et de tirer des bords sur un fleuve. L’objectif premier sera d‚arriver entier tout en ne ratant pas un système météo à la sortie. Il n’y a guère de choses à faire pour éviter les objets sous-marins car les billes de bois ne se voient pas sur une eau plate, les baleines ont le droit de traverser et je suis bien placé pour savoir qu‚il y a des hauts fonds. Il faut croiser les doigts... ».

- Franck Cammas - Groupama : « La Transat Québec - Saint Malo 2000 a été la première course remportée par Groupama. Quatre ans plus tard, pour sa dernière transat sous nos couleurs, nous serions heureux de l’emporter, histoire Histoire #histoire de boucler la boucle ».

- Alain Gautier - Foncia : « Foncia est un bateau en constante progression, son équipage est très motivé. Nous avons les moyens de gagner et on va tout faire pour. J’aime beaucoup la Québec-Saint Malo. C’est la seule transat qui se court d’Ouest en Est, en principe au portant, ce qui nous autorise à pousser les machines. Et puis c‚est la seule véritable transat en équipage ».

Pierrick Garenne   • Liste des inscrits

Multi 60 Multi 60 #ORMA Orma
- 1 Cammas Franck Groupama FRA
- 2 Coville Thomas Sodebo FRA
- 3 Desjoyaux Michel Géant FRA
- 4 Fauconnier Karine Sergio Tacchini FRA
- 5 Frédéric Le Peutrec Gitana 11 FRA
- 6 Gautier Alain Foncia FRA
- 7 Guillemot Marc Gitana X FRA
- 8 Monnet Philippe Sopra Group FRA
- 9 Parlier Yves Médiatis-Région Aquitaine FRA
- 10 Ravussin Stève Banque Covefi SUI
- 11 Roucayrol Lalou Banque Populaire FRA
- 12 Soldini Giovanni TIM Progetto Italia ITA

Multi 50
- 1 Birch Mike Nootka CAN
- 2 Demachy Dominique GIFI FRA
- 3Escoffier Franck-Yves Crêpes Whaou ! FRA
- 4 Quintin Pascal Jean Stalaven FRA

Mono 50 Mono 50 #mono50
- 1 Luc Coquelin Marina Fort Louis Saint Martin FRA
- 2 Langevin Roger Branec III FRA
- 3 Leblanc Georges Ciment St-Laurent CAN


Voir en ligne : www.quebecsaintmalo.com



A la une