SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trophée Jules Verne

Geronimo fête les 40es par une journée à 608 milles

Cheyenne à moins de 1000 milles du Cap Horn

vendredi 12 mars 2004Christophe Guigueno, Redaction SSS [Source RP]

Belle journée pour les Apaches de de Kersauson qui viennent de boucler 608 milles en 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures soit 25 noeuds de vitesse Vitesse #speedsailing moyenne. Cela leur donne l’occasion de creuser un écart équivalent à une journée sur le tableau de marche d’Orange en 2002. Il y a deux ans, Bruno Peyron n’avait parcouru que 226 milles lors de cette 15e journée. Et il y a vingt jours, les Indiens de Cheyennes avaient, eux, écrasé 566 milles... Mais les Américains filent toujours devant et la cible de Geronimo n’est pas seulement la route virtuelle du premier Orange mais aussi celle, encore plus pressée, de Cheyenne qui approche du Cap Horn avec 3-4 jours d’avance sur le record Record #sailingrecord .

• A bord de Geronimo : 600 milles dans les quarantièmes

Geronimo a soldé sa quinzième journée par une distance parcourue de 608 milles, soit une vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de plus de 25 noeuds pour son entrée dans les quarantièmes rugissants.

Plus de 1000 kilomètres dans la journée, voilà une bonne entrée en matière de rythme dans le Grand Sud. Les onze marins de Cap Gemini et Schneider Electric démontrent que les aptitudes de leur trimaran dans le petit temps se complètent d’une bonne capacité de vitesse Vitesse #speedsailing pure dès que les conditions météorologiques le permettent. Plus court et léger que les maxi-catamarans, Geronimo se doit de compenser sa moindre puissance par une meilleure polyvalence, un passage en mer plus souple, une réactivité plus grande. Les premiers bénéficiaires sont les barreurs, qui prennent un plaisir sans cesse renouvelé. Piloter cette machine mise au point avec une rigueur toute finistérienne, c’est accéder à une sensation de barre unique. Un bateau de 30 mètres qui réagit au doigt, sain et réactif, signature d’une parfaite mise au point par un équipage pérenne et passionné par sa machine.

Depuis ce matin, Geronimo continue sa glissade dans l’Atlantique Sud à bonne allure, avec 23,40 noeuds de moyenne de point à point sur les douze premières heures. La décision a été prise de ne plus descendre en latitude pour éviter les zones de glaces de la convergence antarctique, très haute sous l’Afrique. L’US Navy et d’autres navires ont repéré de gros icebergs à partir de 48° sud, et il n’est pas souhaitable de traverser ces champs de mine à des vitesses pareilles. Même si les onze hommes bénéficient de matériel de vision nocturne sophistiqué, dont les spectaculaires jumelles militaires Fujinon, changer de cap par 25 noeuds de vent et de vitesse ne peut se faire sans adapter la voilure au nouvel angle au vent.

Ce qui veut dire un état d’alerte maximal des deux quarts de cinq hommes et l’obligation de ralentir la vitesse par anticipation. Ces dispositions annulent de fait le bénéfice d’une distance plus courte. La route est donc plein Est jusqu’à la longitude du Cap de Bonne Espérance, avec un ralentissement progressif dû à l’entrée dans le coeur de la haute pression. Le passage du Cap de Bonne Espérance est prévu dans 48 heures, avec une bonne journée d’avance sur le record Record #sailingrecord .

• JOUR 15

GERONIMO (Cap Gemini / Schneider Electric) : 42°25S - 11°17W
- 608 milles en 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures , soit 25,36 nœuds de moyenne
- 1 316,80 milles de la longitude de Bonne Espérance

Record Record #sailingrecord 2002 : 35°28S - 20°12W
- 226 milles en 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures , soit 9,41 nœuds de moyenne
- 1 886,47 milles de la longitude de Bonne Espérance

Information Rivacom pour Geronimo. A suivre sur http://www.trimaran-geronimo.com


• A bord de Cheyenne : 500 milles dans les cinquantièmes

Cent milles de moins ! Les Américains n’ont parcouru que 508 milles lors des dernières 24 heures quand les Bretons glissaient sur 608... Mais l’équipage de Steve Fossett aligne les journées à plus de 500 milles les unes après les autres. Et il ne lui reste plus que 1900 milles avant de basculer dans l’Atlantique.

Le Cap Horn approche. Encore quatre jours de mer à ce rythme et Cheyenne sera d retour en Atlantique. L’autoroute du Grand Sud sera terminé. La partie la plus tactique et la plus risquée au point de vue météo commencera avec ses anticyclones et ses zones de pétole...

Le moral à bord est quand même bon puis qu’ils estiment être 2000 milles en avant de la position virtuelle d’Orange de 2002 et 1000 milles devant celle de Geronimo lors de sa tentative en 2003.

• DAY 34

- Time : 05h10 GMT
- Latitude : 53 35.800 S
- Longitude : 125 15.530 W
- Avg Speed : 19.64 kts
- Dist. to Finish : 9126.36 nm
- Required Avg Speed : 12.53 kts

CG / Source Fossett Challenge



A la une