SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trophée Jules Verne

Orange 2 et Geronimo se croisent sous les Canaries

Cheyenne passe les Kerguelen avec 3 jours d’avance

lundi 1er mars 2004Christophe Guigueno, Redaction SSS [Source RP]

Geronimo et Orange 2 ont passé l’archipel des Canaries. Peyron et son équipage on préféré passer entre Lanzarote et les côtes Marocaines alors que de Kersauson a coupé court entre les îles. Après, le trimaran a poursuivi sa route plein sud quand le catamaran a préféré glisser vers l’ouest et préparer le futur passage du pot-au-noir. L’un s’étonne du choix de l’autre quand l’autre pense qu’il est encore tôt pour préparer ce passage délicat. Le premier à l’équateur aura eu raison ! Pendant ce temps, Cheyenne fonce vers le Sud de l’Australie avec trois jours d’avance sur le record Record #sailingrecord ...

L’équipage brestois en route vers Ouessant.
Photo Cap Gemini / Rivacom

• A bord de Geronimo : L’objectif est de revenir dans les temps du record Record #sailingrecord rapidement

Tout va très bien à bord du trimaran de Cap Gemini et Schneider Electric. Certes le nombre de milles de point à point n’est pas spectaculaire, mais la progression vers l’équateur est régulière et très rapide. Geronimo descend dans le vent comme aucun autre bateau, avec peu d’angle entre les empannages. Ce matin, sous un ris et gennaker de brise, le trimaran progressait à plus de 25 noeuds sans effort, cap au Sud avec une très légère dose d’Est.

« On ne va pas faire du gain Ouest en permanence » confiait le skipper, qui précisait que le pot au noir n’étant pas clairement établi sur l’Est, il n’y avait pas de raison de privilégier déjà une option de longitude pour le passage de l’équateur. « Plein Sud, Geronimo avance très raisonnablement dans la bonne direction. De temps en temps, on pousse à trente noeuds, mais pas tout le temps. Des nuits à glisser sous la lune, à ces vitesses là sur la mer argentée, c’est ravissant, cela a de la gueule »

L’état de la mer permet également une navigation rapide, même si « de temps en temps, il y a un trou, c’est un peu casse-gueule. On navigue les écoutes à la main, et le barreur doit anticiper quand la lame prend l’arrière du bateau. Cela demande de la concentration, et laisse peu de place pour la discussion... »

L’objectif est de revenir dans les temps du record Record #sailingrecord rapidement, puis de négocier un passage le plus court possible à travers la zone de convergence intertropicale. Geronimo coupait d’ailleurs aujourd’hui la route de Jean Luc Van Den Heede, sur le retour de son tour du Monde à l’envers et fraîchement débarrassé du pot au noir.

Information Rivacom pour Geronimo. A suivre sur http://www.trimaran-geronimo.com


• A bord d’Orange : ils croisent entre les îles Canaries et du Cap-Vert

Le maxi-catamaran Orange II allonge la foulée depuis hier et accroche plus de 500 milles au compteur, soit sa meilleure journée depuis le passage de la ligne au large de départ. 502,2 milles parcourus soit 930 kilomètres à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 20,9 noeuds ont été avalés pour ce quatrième jour de course.

Incroyable de se dire que moins de 96 heures après avoir quitté les froides latitudes hivernales de l’Europe, Bruno Peyron et ses quatorze hommes d’équipage croisent entre les îles Canaries et celles du Cap-Vert ! Orange II s’est très bien sorti du piège anticyclonique en se glissant le long des côtes marocaines avant de se faufiler entre l’île de Lanzarote (Canaries) et la Mauritanie. « C’est vrai que cette route n’est pas très académique mais elle se justifiait du fait de la position de l’anticyclone » confiait Bruno Peyron à la vacation du jour. « Maintenant, nous nous sommes bien recalés dans l’ouest et venons de faire un grand bord de 20 heures à 21 noeuds de moyenne. Nous naviguons actuellement dans un vent de 20 noeuds de nord-est avec des petites rafales à 25 noeuds. Nous devons négocier prochainement le passage des îles du Cap-Vert et demain nous regarderons de plus près le Pot au Noir ».

Ces dernières 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures montrent le fantastique potentiel de ce catamaran XXL. En effet, si hier matin Orange II fuyait un anticyclone piégeur au large des côtes nord africaines, il allonge aujourd’hui inexorablement la foulée et a avalé hier presque 500 milles sur un seul et même bord ! Taillé pour tenir des moyennes journalières hors norme, Orange II montre sereinement son formidable potentiel et les prochaines 48 heures devraient encore le confirmer. Comme prévu, le vent est entré par le nord-est au ras des côtes marocaines en s’établissant autour des 20 noeuds alizéens réglementaires. Le maxi-catamaran s’est alors glissé au vent de l’Ile de Lanzarote (ndlr : l’île des Canaries la plus proche du continent africain) et a mis ensuite cap au sud-ouest pour venir se recaler méthodiquement dans l’ouest.

« Depuis un jour et demi, c’est un véritable bonheur que de naviguer à plus de 20 noeuds de moyenne en faisant des pointes à 28-29 noeuds » souffle Sébastien Audigane, figariste reconnu et équipier-barreur sur Orange II. « Le bateau glisse bien et les manoeuvres s’enchaînent de mieux en mieux. Depuis deux jours, on sent enfin que nous avons tous trouvés nos marques ! ». « La mer est assez régulière et nous avons tout dessus soit grand voile haute et grand gennaker. Nous ne pouvons pas mettre plus de puissance ! » poursuit Bruno Peyron qui confirme que cela représente la bagatelle de 1100 mètres carré de voile déployés ! « Nous avons dû quand même nous mettre à sec de toile dans la nuit... Nous avons eu un choc gentil même si nous nous sommes arrêtés assez nettement quand même... Il a fallu tout affaler, nous mettre face au vent pour constater que nous venions de plier en deux un gros requin de deux ou trois mètres ! ».

Aussi à quoi peut-on s’attendre pour les prochaines 48 heures ? « Le régime de vent va rester au nord-est mais il va basculer progressivement à droite. Là, il va nous falloir négocier le passage des Iles du Cap-Vert. Il y a plusieurs routes possibles, soit à l’extérieur ou à l’intérieur, même si je n’aime pas trop traverser les archipels... Pour ce qui est du Pot au Noir, on verra cela à partir de demain ». En résumé, ce sont de bonnes conditions de glisse qui se profilent à l’horizon pour les prochaines 48 heures. Si le passage de l’archipel du Cap-Vert, à 400 milles devant les étraves, devrait se faire demain matin, le passage de l’Equateur est prévu pour la journée de jeudi.

- Bruno Peyron : « La position de Geronimo est très intéressante parce que, manifestement, ce n’est pas notre opinion. Nous avons choisi de nous recaler dans l’ouest dès maintenant. En descendant le long des côtes marocaines, cela paye au début mais c’est difficile ensuite de se recaler. Cela va devenir de plus en plus serré. Pour l’instant, on a encore des écarts importants en terme de longitude mais on sait qu’on devrait passer l’Equateur dans une fourchette assez petite d’environ 60 milles, maximum 100 milles ».

Information Mer et Media pour / http://www.maxicatamaran-orange.com


• A bord de Cheyenne : Les Kerguélen sont dans le sillage

488 milles en 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures pour sa 23e journée autour du monde, Cheyenne poursuit sur sa lancée depuis son problème d’étai. Le catamaran américain de 38 mètres est 275 milles dans le Nord-Est de l’île australienne d’Heard après avoir laissé dimanche les Kerguélen dans son sillage.

Le voilier possède maintenant le Cap Leeuwin en point de mire à quelques 1330 milles en avant de ses deux étraves. Le sillage virtuel d’Orange, premier du nom, est par contre dans son tableau arrière : 1187 milles d’après l’équipe du Fossett Challenge. Une distance qui correspondrait à 3 jours d’avance. Il leur faut donc reprendre encore une journée pour approcher la barre des 60 jours.

CG / Source Fossett Challenge


JOUR 4

GERONIMO (Cap Gemini / Schneider Electric) : 22°17N - 18°58W
- 438 milles en 24 heures, soit 18,25 nœuds de moyenne.
- Distance à l’équateur : 1382 milles

Record 2002 : 21°35N - 23°21W
- 471,94 milles en 24 heures, soit 19,66 nœuds de moyenne
- Distance à l’équateur : 1299 milles

ORANGE II : 24°28N - 21°14W
- 503 milles en 24 heures, soit 20,94 nœuds de moyenne
- Distance à l’équateur : 1484 milles

CHEYENNE : 51 04.140 S 79 45.250 E
- 488.55 nm en 24 heures, soit 18.58 kts nœuds de moyenne



A la une