Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat Jacques Vabre

Groupama arrive dans le Pot-au-Noir • 551 milles pour Gitana

Virbac, Ecover et Sill mènent les monocoques

mercredi 12 novembre 2003Information Transat Jacques Vabre

Au pointage de 16h00, pas de changement dans les trios de tête : Virbac, Ecover et Sill mènent les monocoques. Groupama, Géant et Sergio Tacchini les multicoques. è La réparation du safran de Bonduelle n’a pas tenu. Il sera handicapé jusqu’à Salvador de Bahia • Une onde tropicale d’est perturbe les alizés au nord du Pot-au-Noir. Le vent est instable et les grains violents • Gitana réalise la plus grande chevauchée sur 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures avec 551 milles • Groupama sera le premier à entrer dans le Pot-au-Noir.

Sodébo est sixième ce midi à 350 milles de Groupama
Photo : C.Borlenghi / Sea&See.it

A l’approche du Pot-au-Noir, les routes des concurrents convergent vers une porte d’entrée virtuelle située entre le 25e et le 26e méridien ouest. Véritable casse-tête pour les météorologues, le Pot-au-Noir semble particulièrement épais cette année. Ce n’est qu’à la sortie de cette zone imprévisible que l’on pourra dire quelle épaisseur il faisait. « C’est un endroit qui bouge tellement vite que 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures avant, on ne sait toujours pas ce qu’il va s’y passer » avoue Sébastien Josse (VMI). Si les premiers multicoques sont entrés dans cette Zone de Convergence Inter-Tropicale mercredi soir, les premiers monocoques pourraient l’atteindre jeudi soir.

Monocoques 60 pieds

Toujours en tête des monocoques, Virbac (Dick/Abiven) a vu sa moyenne dégringoler ses dernières heures à cause d’une onde tropicale, sorte de dépression orageuse venue de l’est. Le vent est moins stable que dans les alizés et permet aux poursuivants de grignoter une partie de leur retard. Entre 12h00 et 16h00, les moyennes de Virbac, Sill (Jourdain/Thomson) et Ecover (Golding/Thompson) sont retombées en dessous de 10 nœuds pour 13 à 14 nœuds chez leurs adversaires.

« C’est logique que les autres reviennent un peu, avoue Jean-Pierre Dick. On n’a pas beaucoup de vent. Nous sommes dans une zone de grains. Pendant 2-3 heures, on a eu une tornade de pluie avec des nuages très noirs et du vent fort de 35 nœuds. C’est vrai qu’on est un peu plus tendu à cause des incertitudes de la météo. » Derrière Virbac, solide leader, Sill et Ecover se croisent et échangent leur côté du plan d’eau. Longtemps les plus à l’ouest, Roland Jourdain et Alex Thomson se dirigent maintenant vers le sud-est, pendant que Mike Golding et Brian Thompson coupent derrière eux vers le sud-ouest. Pour VMI (Josse/Autissier), remonté à la 5e place au détriment de Team Cowes, le moral remonte avec les milles qui défilent. Sébastien et Isabelle ont réalisé la plus grande distance lors des dernières 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures . « Le bateau est très agréable. Tout va bien à bord. On tourne toutes les deux heures, ce qui nous permet de nous reposer et de dormir 6-7 heures par nuit. C’est bien de se reposer avant le Pot-au-Noir. »

Multicoques 60 pieds

Le sort s’acharne sur Jean Le Cam et Kito de Pavant (Bonduelle) dont le trimaran est encore handicapé par son safran central. « Nous n’avons toujours pas de safran, cette nuit la réparation a lâché » a annoncé Jean Le Cam mercredi après-midi. « Nous naviguons avec les safrans de flotteurs, ça va bien, mais cela nous fait perdre 2-3 nœuds. Nous serons handicapés au portant. Le tout est d’arriver à bon port. Vaille que vaille, on continue… Quand le moral va, tout va ! »

Pour Groupama, premier voilier entré dans Pot-au-Noir mercredi, le rythme est soutenu pour suivre les variations de vent. « Ça y est ! On est dedans » explique Franck Cammas (Groupama). « On a déjà eu deux grains où le vent est passé de 15 à 35 nœuds. Il y a de quoi faire des "conneries" là-dedans quand on a tout dessus. On a une petite alarme à la barre pour prévenir l’autre à l’intérieur de venir sur le pont. On est bien fatigué. La récupération du gennaker à l’eau la nuit dernière nous a épuisé. Les jours défilent sans qu’on ne s’en rende compte. On ne voit défiler que les milles. Après le Pot-au-Noir, rien ne sera encore joué, on l’a vu sur la Mini-Transat Mini-Transat #MiniTransat . Même sur une journée, entre la façon de barrer et la fatigue, tu peux créer des écarts. » Sur les autres multicoques, la fatigue est également présente. Les petites réparations sont quotidiennes. Les réglages, les manœuvres et la grande concentration exigée par les heures de barre épuisent les équipages qui se reposent très peu. « Cela fait 7 jours qu’on est parti et on n’a vidé que 4 jours de nourriture, avoue Karine Fauconnier (Sergio Tacchini), 3e à 122 milles du leader.On ne trouve même pas le temps de se nourrir correctement. C’est "tout pour le bateau". »

« Je me suis transformé en électronicien, raconte Marc Guessard (Gitana), 8e à 393 milles. On n’a plus de standard C ni de liaisons satellitaires. Mais on a une pêche d’enfer. Là, on est à 28 nœuds. Tout va bien ! » « On a réparé tous nos petits soucis, commente Jacques Vincent (Sodebo). Nous sommes dans des conditions de rêve, tout dessus, à 22-25 nœuds de vitesse Vitesse #speedsailing . Mais on s’est fait une petite frayeur dans un grain. Barrer est assez stressant, surtout de nuit où tu ne vois pas les vagues. Parfois, on ne sait pas trop comment cela va finir. Pour détendre l’atmosphère, je chante les Beatles. Cela nous fait gagner 1 ou 2 nœuds… Ce matin, le soleil s’est levé sur un énorme carnage de poissons volants sur le trampoline ! » Monocoques 50 pieds

Hellomoto (Humphreys/Larsen) a véritablement mis le turbo dans les alizés. En 24 heures, le duo anglo-australien a tout simplement doublé son avance sur StorageTek (Guillemot/Salnelle) qui se retrouve à 155 miles derrière. Défi Vendéen (Durand/Chemin) a également perdu du terrain. Il vient tout juste de franchir les Canaries par l’ouest.

Loïc Le Bras


Brèves de café

- Roland Jourdain - Sill : "Ici, ce n’est pas terrible. On est tombé dans du vent faible depuis quelques heures. J’ai appelé La Trinitaine qui n’est pas très loin et c’est la même chose pour lui. Pourtant, ce n’était pas du tout prévu sur les fichiers météo. Enfin, à l’heure qu’il est, le vent daigne se relever un peu pour 10 à 12 noeuds. Ce n’est pas très brillant mais on fait avec. Le pot au noir s’annonce très délicat. Autant je pense que les trois premiers trimarans vont passer, autant ca semble se compliquer sérieusement pour nous qui sommes derrière. J’ai eu Jean-Luc (Nélias de Belgacom) au téléphone. Il a le même point de vue."

Information Welcome Onboard

- Marc Guessard - Gitana : "Nous avons 20 à 30 nds de vent au portant (140° pour les puristes) et la mer n’est pas trop accrocheuse. Mais il s’agit de trouver les bons réglages pour que Gitana reste contrôlable. C‚est vrai qu’il faut redoubler d’attention car on pourrait rapidement être hors jeu Jeu #jeu . Autrement à l’intérieur, c’est la guerre. Il fait un boucan d’enfer, on entend rien et dehors, c’est comme si tu étais accueilli avec un Karcher ! Heureusement que nous avons une petite bulle pour nous protéger à la barre ; autrement ce ne serait pas tenable !. Merci à Sylvain (Mondon, routeur à Météo France) pour ses excellentes analyses et recommandations depuis le départ du Havre et en particulier après notre arrêt à Porto Santo ! ".

Information Windevent

- Stève Ravussin - Banque Covéfi : « Le gennaker a littéralement explosé de haut en bas tout d’un coup ! On a perdu un peu de temps mais rien de bien méchant et puis avec le gennak de rechange, c’est reparti rapidement ! On est super content du bateau qui file régulièrement à plus de 30 nœuds ! On le découvre un peu plus chaque jour et c’est un vrai bonheur. Les sensations sous gennaker au portant sont inédites pour nous, on est en plein dedans et souhaitons que ça continue encore longtemps… c’est tout positif ! »

Information C SPORTS COMMUNICATION Communication #Communication / Bénédicte Etienne

- Fred le Peutrec - Bayer CropScience : « Cela y est, on a chopé les Alizés, et cela glisse vite... enfin ! La réparation tient bien, mais on est quand même un peu handicapé car, faute de pouvoir sortir le foil Foil #foil sur le flotteur tribord, on ne peut pas vraiment pousser le bateau à fond. Mais tout va bien à bord,le bateau et les hommes se comportent bien. »

- Jean-Yves Bernot, le routeur : « Soyons clairs, le retard sur Foncia sera difficile à combler. Maintenant, s’il y a des choses à jouer autant y aller, il faut viser des stratégies payantes. Et l’Est, reste le meilleur côté et avec de la chance cela peut passer. »

Information Mer & Média

- Régis Guillemot - STORAGETEK : " Nous sommes toujours sous spi depuis Madère. Hier, c’est génial ! D’enfer. On partait dans des surfs à 18 N...avec 30 N de vent. Que du plaisir... En plus, c’était la pleine lune : une nuit comme il est rare d’en avoir. L’éclairage était super ! Des dauphins nous suivaient et jouaient avec nous dans les surfs.J’en avais du mal à me concentrer à la barre ! C’était top top top. A un moment, on est tombé en panne de vent pendant 2 h. Puis le vent est remonté. On est maintenant sous petit spi et 2 ris dans la GV. Olive est à la barre et enquille les surfs ! On est en plein sur la route et on marche vraiment bien.

Nous sommes contents que l’écart avec Hellomoto se se soit pas trop creusé. Hellomoto est un 50 pieds, qui marche très vite au portant et sommes d’ailleurs encore un peu surpris. On va tout faire pour continuer.

Au niveau du sommeil, on commence à récupérer. Nous faisons maintenant des quarts de 3 heures chacun pour laisser à l’autre plus de temps pour dormir. Pour être honnête, difficile toutefois de dormir non-stop car STORAGETEK est énormément ballotté. Ceci dit, cette nuit, j’ai écrasé ! Quand j’étais à la barre, je tombais de sommeil et m’obligeais à me mettre debout, toutes les 3 ou 4 mn pour rester éveiller.

Cela nous fait plaisir d’être au portant maintenant, car nous souffrions autant que le bateau, de voir que celui trinquait à chaque vague. C’est très agréable d’autant que maintenant soleil et chaleur sont au RDV. Mais fini le pain noir, et à nous les longs surfs sous spi..."

Information Sylvie Salnelle

- Bob Escoffier - Adecco :  « On a croché les Alizés hier après midi, mais ce n’est pas violent… ADECCO a du mal à dépasser les 10 nœuds, nous ne risquons pas d’avoir le visage déformé par la vitesse Vitesse #speedsailing … Nous manquons de voiles légères dans du petit temps comme ça, elles nous font réellement défaut. Enfin, c’est comme ça, on ne va pas se plaindre non plus. Le bateau est en forme et nous aussi. La nuit dernière nous sommes passés très près des Canaries, c’était vraiment spectaculaire. Sinon, tout va bien, il y a du soleil et si Servane cessait de se prendre pour Brigitte Bardot aussitôt qu’elle voit un animal en difficulté, tout se passerait le mieux du monde. Nous mangeons correctement, des machins que tu mets dans l’eau chaude, nous ne mourrons pas de faim d’ici Bahia, mais je ne te cache pas qu’une bonne viande, des frites et une bière bien fraîche feraient mon bonheur… »

Information Rivacom/Véronique Guillou

- Sam Davies - Team Cowes : Nous sommes sans doute entrés dans le territoire des poissons volants. J’ai réussi à en sauver 5 au total, mais j’en ai raté quelques uns. Ces petites choses glissantes ne réalisent pas que vous voulez les aider et ce n’est pas facile de les tenir en mains. Et une fois la mission accomplie, pas de merci en retour, rien. Vous gardez juste en souvenir des mains très odorantes... Maintenant j’enfile chaque main dans un sac zip-lock avant d’attraper les poissons volants. Il y en a un que je n’ai pas pu sauver et qui m’inquiète. Je l’ai entendu attérir sur le pont (ou pire dans le sac à spi) mais j’étais à la barre et le bateau traversait une rafale. On va devoir partir à sa recherche demain matin... super...

Information Offshore Challenges

- Nicolas Abiven - virbac : "On a passé les Iles du Cap Vert ce matin après une nuit épuisante à 17/18 Nds sous spi. En plus des embruns, les poissons volants arrivaient de partout. J’en avais un dans ma capuche au petit matin (je trouvais l’odeur bizzarre) et JP s’en est pris un dans la tête.   Aujourd’hui, l’allure a permis de mettre le pilote de temps en temps. On en a profité pour récupérer un peu, après la nuit sous spi et les grains sous Santo Antao. Nous faisons route sur le pot au noir. La nuit est très sombre, augmentant l’impression de solitude.

Notre avance sur Sill et Ecover est stable, elle va nous permettre de gérer sereinement le passage du pot au noir et ses vents faibles et instables tant redoutés. Mais avant nous devrions reprendre un peu de vent fort (30Nds pendant quelques heures au close reaching)."

Information jpdick.com

- Karine Fauconnier Sergio Tacchini : « il fait chaud, le ciel est blanc, les nuages aussi. C’est une ambiance moite…africaine. C’est très prenant comme stratégie. Il faut tirer à l’Ouest mais sans faire trop de route et puis ils lâchent rien les copains devant ! Avec les éléments, il faut aussi avoir un peu de réussite et j’espère qu’on en aura. Je suis bizuth et je ne sais pas ce que Damian me prépare…je vous raconterai. »

Information Julia Huvé


POSITIONS 12/11/03 15:00:00 GMT
- Carte de positions ESRI : http://voile.esrifrance.fr/default_...

- Position Name of boat Latitude Longitude Speed Cap Date/Time Dist. to finish Dist. from leader

Open 60 MONOHULLS IMOCA Imoca #IMOCA
- 1 VIRBAC 10 06.12’ N 26 49.16’ W 12.5 193 12/11/03 14:44:00 1569.2 0.0
- 2 SILL 12 56.40’ N 26 17.48’ W 9.5 149 12/11/03 14:44:00 1738.5 169.3
- 3 ECOVER 13 25.52’ N 25 53.60’ W 10.6 234 12/11/03 14:32:00 1772.4 203.2
- 4 PRB 14 46.12’ N 25 58.72’ W 12.6 174 12/11/03 14:44:00 1847.1 277.9
- 5 VMI 15 24.56’ N 26 09.92’ W 13.7 186 12/11/03 14:44:00 1879.1 309.9
- 6 TEAM COWES 16 09.96’ N 27 45.36’ W 14.0 177 12/11/03 14:44:00 1893.3 324.1
- 7 CARREFOUR PREVENTION 16 44.44’ N 25 41.68’ W 12.3 171 12/11/03 14:44:00 1963.5 394.4
- 8 ARCELOR-DUNKERQUE 18 13.20’ N 21 51.42’ W 12.7 186 12/11/03 14:00:00 2123.9 554.7
- 9 GARNIER 22 02.60’ N 24 45.76’ W 11.7 213 12/11/03 14:44:00 2280.9 711.7
- 10 LOIRE ATLANTIQUE 23 21.64’ N 20 35.36’ W 15.0 202 12/11/03 14:44:00 2441.0
- 11 60e SUD 26 12.20’ N 23 14.60’ W 10.4 196 12/11/03 14:44:00 2544.0 974.8
- 12 ADECCO 25 32.52’ N 19 10.28’ W 9.2 200 12/11/03 14:14:00 2588.1 1019.0
- 13 TIR GROUPE 25 50.60’ N 15 33.00’ W 12.0 256 12/11/03 14:44:00 2702.2 1133.1

Open 60 MULTIHULLS ORMA
- 1 GROUPAMA 7 46.80’ N 25 43.16’ W 22.7 201 12/11/03 14:44:00 1472.5 0.0
- 2 GEANT 9 22.84’ N 24 54.60’ W 15.9 173 12/11/03 14:44:00 1580.1 107.6
- 3 SERGIO TACCHINI 10 45.54’ N 25 02.40’ W 21.0 239 12/11/03 12:01:00 1600.6 128.1
- 4 BELGACOM 11 08.30’ N 25 48.81’ W 20.4 165 12/11/03 14:28:00 1645.8 173.3
- 5 BISCUITS LA TRINITAINE 14 05.76’ N 26 00.12’ W 19.1 193 12/11/03 10:03:00 1720.5 248.0
- 6 SODEBO 14 09.88’ N 25 19.84’ W 21.4 178 12/11/03 14:32:00 1823.4 351.0
- 7 SOPRA GROUP 15 11.56’ N 26 58.24’ W 18.6 183 12/11/03 14:44:00 1851.2 378.7
- 8 GITANA 14 57.06’ N 25 05.94’ W 22.8 187 12/11/03 14:00:00 1859.9 387.4
- 9 BANQUE POPULAIRE 14 26.84’ N 23 19.04’ W 23.6 183 12/11/03 14:44:00 1892.2 419.7
- 10 BONDUELLE 16 53.12’ N 25 40.76’ W 19.1 188 12/11/03 14:44:00 1971.7 499.2
- 11 FONCIA 18 18.04’ N 25 05.16’ W 19.1 199 12/11/03 14:44:00 2063.1 590.6
- 12 BAYER CROPSCIENCE 23 26.64’ N 23 08.44’ W 21.5 226 12/11/03 14:44:00 2390.3 917.8
- 13 BANQUE COVEFI 23 45.16’ N 21 48.00’ W 24.2 218 12/11/03 14:44:00 2435.0 962.5

Open 50 MULTIHULLS
- 1 MOLLYMAWK 30 24.24’ N 12 34.28’ W 13.7 196 12/11/03 14:44:00 3017.7 0.0

Open 50 MONOHULLS
- 1 HELLOMOTO 23 48.68’ N 21 28.52’ W 14.1 220 12/11/03 14:44:00 2445.6 0.0
- 2 STORAGETEK 26 15.48’ N 20 30.52’ W 9.5 215 12/11/03 14:44:00 2601.3 155.7
- 3 DEFI VENDEEN 27 29.00’ N 18 52.68’ W 12.8 202 12/11/03 14:44:00 2704.3 258.7



A la une