Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat Jacques Vabre

"L’affaire Virbac se corse" pour l’équipage de Sill

Gros passage à niveau aux Canaries

lundi 10 novembre 2003Information Transat Jacques Vabre

Au pointage de 16h00, les trios de tête n’ont pas changé depuis hier. Virbac, Sill et Ecover, chez les monocoques. Groupama, Sergio Tacchini et Géant chez les trimarans • Bayer CropScience est reparti de Porto Santo (Madère) lundi à 11h00 • Seulement trois monos et quatre multis ont attrapé les alizés. Les écarts se creusent à grande vitesse Vitesse #speedsailing entre ces échappés et le reste de la flotte • Banque Covefi a cassé sa dérive centrale en heurtant à son tour un ofni. C’est le troisième après Sodebo et Bonduelle • 873 milles séparent Virbac de Tir Groupé, et 764 milles entre Groupama et Banque Covefi, les premiers et derniers des flottes de 60 pieds.

Les Escoffiers au décollage au départ. Ils sont maintenant dans la pétole.
Photo : C.Borlenghi / Sea&See.it

Les vieux adages ont bien besoin d’être réactualisés ! Ce n’est plus « après le calme, la tempête » mais bien le contraire… La flotte de la 6e Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 a d’abord connu un début de course difficile, avec du près fort à très fort jusqu’à Madère, avant de tomber dans une bulle sans vent entre Madère et les Canaries, et même au sud des Canaries. Seuls trois monocoques et quatre multicoques ont réussi à s’échapper dans les alizés. Derrière, le vent fait défaut et plonge les équipages dans le plus grand désarroi.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les premiers multicoques 60 pieds filent sous gennaker dans les alizés entre 18 et 23 nœuds. Ceux-là peuvent avoir le sourire. Le ciel est bleu, la mer est chaude et « les milles fondent comme neige Neige #snow au soleil » comme le dit si joliment le navigateur suisse Stève Ravussin (Banque Covefi). Derrière, la vitesse Vitesse #speedsailing des trimarans chute de moitié, aux alentours de 10 nœuds. Les plus malchanceux sont Foncia (Gautier/MacArthur) et Bonduelle (Le Cam/de Pavant), collés depuis 8h00 du matin à des vitesses comprises entre 1,6 et 3,4 nœuds. Les deux trimarans sont bord à bord, au nord de l’archipel des Canaries qu’ils n’arrivent pas à franchir depuis ce matin. Devenus inséparables, ils ont parcouru seulement 15 milles en 6 heures, soit 2,5 nœuds de moyenne… Toutes les heures, Foncia et Bonduelle perdent plus de 20 milles sur Groupama (Cammas/Proffit) ! « C’est difficile, on a pas de vent, et il fait froid » susurre d’une petite voix Ellen MacArthur. Hier, on voulait passer à l’ouest des îles, mais le vent est tombé et nous a forcé à lofer. C’est une continuation de difficultés pour nous après la drisse, la trinquette, l’escale à Porto Santo… Le vent finira bien par revenir un jour » philosophe-t-elle en conclusion.

Pour Jérémie Beyou (PRB) futur papa dans les deux jours qui viennent, le moral est également au plus bas. Lorsqu’un heureux événement comme ça doit arriver, on a surtout envie d’aller le plus vite possible de l’autre côté. « On était bien dans le coup. Le sort s’acharne sur nous » se plaint Jérémie. « Cela fait trois jours qu’on joue au chat et à la souris avec le vent. C’est pénible ! » Revenus à 18 milles dans le sillage d’Ecover (Golding/Thompson), Vincent Riou et Jérémie Beyou ont perdu 70 milles en moins de 20h. Eole a joué les gardes-barrière juste devant eux. « On ne sait pas trop quoi faire. Ceux de devant s’échappent. Ceux de derrière font le tour. Et nous, on est plutôt coincé… » ajoute Jérémie. « On attend impatiemment de mettre le spi » renchérit Elie Canivenc (Garnier), 9e à 453 milles de Virbac (Dick/Abiven).

Skippers qui rient, skippers qui pleurent…

Pour Virbac et Groupama, respectivement leaders en monocoques et multicoques, la vie est belle… Le premier compte 135 milles d’avance sur Sill (Jourdain/Thomson). Le deuxième possède une marge de manœuvre de 59 milles sur Sergio Tacchini (Fauconnier/Foxall). « On ne peut pas rêver mieux. Notre situation est idéale » se réjouit Nicolas Abiven (Virbac). Même son de cloche sur le trimaran vert et blanc. « C’est le grand bonheur. On file entre 22 et 23 nœuds. Le bateau ne souffre pas et les hommes encore moins » dit en souriant Franck Proffit. Pour Karine Fauconnier (Sergio Tacchini), 2e, le plaisir se fait également sentir. « Cette nuit, on s’est fait une petite guerre d’empannages, c’était super. Etre devant pousse la motivation à fond et mon bateau n’était jamais allé si sud de sa vie ! ».

Pour le dernier de la flotte des multicoques, Banque Covefi, la chance n’est toujours pas au rendez-vous. Contraints de faire escale à Cherbourg pour un rail d’écoute arrachée, les frères Ravussin ont heurté au passage du Cap Finisterre un container. La dérive centrale a été arrachée. « La moitié du crash-box a été cassée. On vient de sortir de 48 heures de baston avec des vents à 50 nœuds, et maintenant on n’a plus que 10 nœuds de vent. Bayer a eu la gentillesse de nous attendre, on voit pouvoir jouer avec eux » conclut avec le sourire Stève Ravussin. Repartis ce matin de Porto Santo, Fred Le Peutrec et Julien Cressant (Bayer CropScience) sont restés moins de 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures en escale pour réparer le bras arrière fissuré. « Nous avons effectué une réparation de fortune, explique Fred Le Peutrec. On ne va pas pouvoir pousser le bateau à 100% mais notre objectif maintenant est de rattraper la seconde partie de la flotte. »

Monocoques 50 pieds

A l’image des autres flottes, le dernier des monocoques 50 pieds subit les caprices de la météo. Défi Vendéen (Durand/Chemin) se traînent à 2,2 nœuds au lieu de 6-7 nœuds pour Hellomoto (Humphreys/Larsen) et StorageTek (Guillemot/Salnelle). Régis Guillemot a annoncé aujourd’hui qu’il ne comptait plus faire escale aux Canaries. Son problème d’axe d’étai semble se stabiliser.

Loïc Le Bras


- Sébastien Josse - VMI : "Nous avons été encalminés une bonne partie de la nuit et quand on voit les classements de ce matin, ça ne trompe pas ! Nous avons fait de l’Ouest et il y a eu beaucoup de man ?uvres sur le pont afin d‚essayer de tirer le meilleur de ces petits airs. Là nous venons juste de retoucher du vent, il y a 15 n ?uds de Nord établi et nous sommes sous grand spi et grand voile haute. Pour l‚instant ce n‚est pas soleil comme hier et il y a même quelques grains. »

Information Effets Mer

Jérémie Beyou - PRB : « On ne va pas dire que tout va bien car ce n’est pas vraiment ça ! Nous nous sommes faits attraper par cette dorsale et depuis trois jours, on joue au chat et à la souris avec la zone sans vent. Cela fait trois fois qu’elle nous rattrape. Les gens de devant se sont barrés et les gens de derrière sont revenus sur nous ! Et nous, on est dans la molle pour une troisième fois ! C’est pénible car on n’avait pas vu ça sur les cartes. A chaque fois, on pense qu’on va passer devant la bulle et à chaque fois elle nous rattrape. On ne sait plus trop quoi faire. Ceux de derrière arrivent à faire le tour mais nous, comme on est dedans, on est coincé. Ce matin, on pensait être passé. On s’était donné un way point où on était sûr de ne pas se faire croquer. Nous avons atteint ce way point, on a eu du vent ce matin et ça nous est encore retombé dessus. On est sur la trajectoire de la dorsale et on n’arrive pas à en dévier. »

Information Effets Mer

- Roland Jourdain - Sill : "Journée difficile à bord de Sill. On sort tout juste de la dorsale anticylonique. Le vent commence à devenir plus régulier même s’il n’est pas encore très fort. Nous avons passé toute la gamme de voiles d’avant en revue, du gennaker au grand spi en passant par le petit. C’est assez difficile mais nous voici maintenant sur la bonne voie. L’affaire Virbac se corse. Nous aurons besoin d’un bon coup de main du pot au noir pour le rattraper. Et Ecover est assez énervant. Il profite de sa position Est pour revenir. On revient quand même d’assez loin avec notre position Ouest même s’il est clair qu’à vent égal nous sommes bien placés. Mais Virbac est quand même loin devant".

Information Welcome Onboard

- Stève et Yvan Ravussin - Banque Covéfi : « Les 48 dernières heures ont été très difficiles dans des conditions de vent et de mer extrêmes. Depuis l’avarie du chariot de grand voile, nous avons plutôt subi les éléments marins... Après cette mer déchaînée, place à la pétole, nous sommes dans un trou d’air depuis le milieu de la nuit, le vent est passé de 35 nœuds à 3 nœuds en une heure...Nous restons concentrés pour essayer de trouver ce courant d’air inexistant qui pourrait nous sortir de là !!! La seule satisfaction du moment, c’est le bon comportement du bateau... Bahia reste notre objectif prioritaire et si nous pouvions croiser quelques camarades sur la route d’ici là ce serait bien... »

« Le nouveau trimaran Banque Covefi se comporte plus que bien, son potentiel de vitesse Vitesse #speedsailing est vraiment impressionnant et notre seul regret est de ne pas encore avoir eu l’occasion de vraiment nous frotter aux autres bateaux dans des bords comparatifs qui pourraient être révélateurs… nous étions tellement contents d’envisager enfin de nous confronter à nos concurrents, mais comme régate au contact, pour l’instant c’est pas top ! »

Information C SPORTS COMMUNICATION Communication #Communication / Bénédicte Etienne

- Karine Fauconnier - Sergio Tacchini : « les 12h00 de barre très concentrés pour optimiser chaque vague et gagner tout ce qu’on peut vers le Sud sont très intenses. On se relaie toutes les 2h00 avec Damian et on se protège du Soleil Africain. Il va falloir trouver le trou de souris où passer mais celui qui en sortira en tête aura un bon ticket pour la victoire ! »

Information Julia Huvé

- Michel Desjoyeaux Géant : « Depuis hier nous sommes restés un peu trop à l’intérieur du virage et nous avons perdu la 2e place sur Tacchini que nous lui avions prise hier soir. Mais cela n’a rien, de grave : 10 milles d’avance ou de retard ce n’est encore rien en proportion de la route qu’il nous reste à accomplir. Surtout que nous nous sommes décalés en longitude. Etre à l’ouest devrait nous permettre de descendre vers le Pot au Noir sur un seul bord. Cette nuit cela a été encore un peu mou mais maintenant le Nord-est est bien installée : nous sommes sous grand-voile haute, gennaker et trinquette. Dans ces conditions, vu qu’il y a un peu de vagues, il y a toujours quelqu’un à la barre. C’est plus sécurisant et plus performant. L’homme de quart branche uniquement le pilote automatique pour manœuvrer quand son co-équipier dort et qu’il ne veut vraiment pas le réveiller. Nous sommes à plein régime, exactement comme lors de la première journée. »

Information Effets Mer


• CLASSEMENT 10/11/03 15:00:00 GMT
- Carte de positions ESRI : http://voile.esrifrance.fr/default_...

- Rang Nom du Bateau Latitude Longitude Vit Cap Date - Heure Dist. Arrivée Dist. du 1er

MONOCOQUES 60 Open IMOCA Imoca #IMOCA
- 1 VIRBAC 21 12.88’ N 24 13.80’ W 15.7 190 10/11/03 14:44:00 2244.0 0.0
- 2 SILL 24 20.96’ N 26 54.36’ W 10.1 190 10/11/03 14:44:00 2379.7 135.7
- 3 ECOVER 23 58.52’ N 23 28.44’ W 14.0 188 10/11/03 14:44:00 2413.9 169
- 4 PRB 25 29.16’ N 23 58.40’ W 8.9 176 10/11/03 14:44:00 2490.5 246.5
- 5 TEAM COWES 26 06.64’ N 26 01.96’ W 8.7 231 10/11/03 14:44:00 2494.0 250.1
- 6 CARREFOUR PREVENTION 26 31.92’ N 23 48.72’ W 3.8 172 10/11/03 14:44:00 2552.9 309.0
- 7 VMI 26 24.16’ N 22 52.36’ W 6.7 232 10/11/03 14:46:00 2562.3 318.4
- 8 ARCELOR-DUNKERQUE 27 49.92’ N 19 47.76’ W 6.0 220 10/11/03 13:46:00 2697.6 453.6
- 9 GARNIER 28 52.00’ N 19 04.32’ W 5.8 254 10/11/03 14:44:00 2775.6 531.6
- 10 LOIRE ATLANTIQUE 29 56.80’ N 16 09.12’ W 3.4 195 10/11/03 14:14:00 2899.5 655.5
- 11 60e SUD 32 02.12’ N 19 52.68’ W 5.7 199 10/11/03 14:44:00 2933.8 689.9
- 12 ADECCO 30 12.36’ N 14 03.24’ W 3.5 208 10/11/03 14:44:00 2967.9 723.9
- 13 TIR GROUPE 32 57.56’ N 13 47.24’ W 6.4 184 10/11/03 14:44:00 3117.7 873.7

MULTICOQUES 60 Open ORMA
- 1 GROUPAMA 23 05.76’ N 21 16.38’ W 19.6 189 10/11/03 13:00:00 2378.0 0.0
- 2 SERGIO TACCHINI 22 49.72’ N 19 33.84’ W 19.8 192 10/11/03 14:44:00 2437.2 59.2
- 3 GEANT 23 34.20’ N 21 04.64’ W 22.1 188 10/11/03 14:44:00 2441.0 63.0
- 4 BELGACOM 24 43.20’ N 20 03.56’ W 20.6 191 10/11/03 13:44:00 2507.1 129.2
- 5 BISCUITS LA TRINITAINE 28 27.92’ N 23 48.56’ W 14.2 195 10/11/03 14:44:00 2662.9 284.9
- 6 SODEBO 28 11.92’ N 19 42.60’ W 13.5 241 10/11/03 14:44:00 2725.0 347.0
- 7 SOPRA GROUP 29 50.56’ N 23 49.68’ W 12.4 256 10/11/03 14:44:00 2741.6 363.7
- 8 GITANA 29 07.80’ N 19 53.24’ W 13.2 241 10/11/03 14:14:00 2767.3 389.3
- 9 BANQUE POPULAIRE 27 29.84’ N 14 56.44’ W 16.2 165 10/11/03 14:46:00 2804.4 426.4
- 10 FONCIA 28 54.96’ N 17 15.44’ W 4.6 249 10/11/03 14:44:00 2819.6 441.6
- 11 BONDUELLE 28 59.44’ N 17 18.04’ W 3.6 251 10/11/03 14:44:00 2822.6 444.6
- 12 BAYER CROPSCIENCE 33 02.72’ N 16 49.92’ W 8.5 263 10/11/03 14:44:00 3051.5 673.5
- 13 BANQUE COVEFI 34 23.28’ N 15 58.44’ W 9.7 195 10/11/03 14:44:00 3142.5 764.5

MULTICOQUES 50 Open
- 1 MOLLYMAWK 36 01.52’ N 11 49.48’ W 7.1 195 10/11/03 14:44:00 3353.4 0.0

MONOCOQUES 50 Open
- 1 HELLOMOTO 31 56.04’ N 18 32.80’ W 6.6 211 10/11/03 13:14:00 2944.8 0.0
- 2 STORAGETEK 31 32.72’ N 16 08.16’ W 7.2 213 10/11/03 14:44:00 2986.4 41.6
- 3 DEFI VENDEEN 33 13.80’ N 17 13.76’ W 2.2 203 10/11/03 14:44:00 3053.0 108.2



A la une