Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat Jacques Vabre

Soldini abandonne • Golding-Thompson par le travers de Madère

Belgacom devance Banque Populaire et Groupama

vendredi 7 novembre 2003Information Transat Jacques Vabre

A 7h20 ce matin, Giovanni Soldini et Vittorio Malingri (TIM) ont entendu un grand craquement à bord. En cherchant d’où venait ce bruit, l’équipage transalpin a découvert une fissure sur le bras arrière qui s’est ensuite prolongée vers la coque centrale, occasionnant une voie d’eau à l’intérieur. TIM fait route actuellement à 4 noeuds vers Porto (Portugal), distant de 214 milles, et a signalé son abandon au Comité de Course. « Tout va bien à bord » a déclaré Giovanni Soldini. « On a juste les pieds dans l’eau… » Cette voie d’eau prive notamment le trimaran italien d’électricité. A bord de Branec III, monocoque 50 pieds, Roger Langevin et Henriette Lemay se sont résolus à abandonner et à rentrer vers Le Havre, port d’attache du bateau. Roger Langevin n’a pas réussi à réparer en mer les problèmes de chariot de grand-voile, ce qui l’oblige à naviguer avec deux ris dans la grand-voile. Branec III devrait atteindre Le Havre dimanche matin.

Les trimarans de 60 pieds ont pris le départ du HAvre mercredi matin à 10 heures
Photo : G.Martin-Raget/Royale Production

Monocoques 60 pieds

La lutte continue en tête des monocoques 60 pieds malgré la domination d’Ecover (Goding/Thompson) depuis le départ. Décalés dans l’est, Jean-Pierre Dick et Nicolas Abiven (Virbac) attaquent sans cesse pour grappiller ce petit retard d’une vingtaine de milles.

« On est à fond, avouait Nicolas Abiven à la vacation du jour. Notre espoir est de toucher l’alizé de nord-est avant lui d’ici deux jours. C’est pour cela qu’on s’est décalé autant. Les conditions sont maintenant nettement plus agréables que lors des six premiers jours de course. » 3e à 77 milles, Sill (Jourdain/Thomson) a perdu un vieux grand spi la nuit dernière. La voile s’est déchirée, avant de passer sous la coque, obligeant Roland Jourdain et Alex Thomson à s’en séparer au couteau. Sur PRB, Vincent Riou et Jérémie Beyou savent qu’il reste encore de nombreuses zones à la météo compliquée d’ici Salvador de Bahia pour refaire les 94 milles qui les séparent de l’équipage britannique.

« Pour l’instant, on profite des conditions de vent qui permettent de naviguer à 100% du bateau sans prendre de risque » avoue Vincent Riou. Malheureusement pour les retardataires, l’arrivée dans les prochains jours de l’alizé de nord-est pourrait encore creuser l’écart. En tête, les deux nouveaux 60 pieds Open construits cette année impriment un rythme soutenu et n’ont sûrement pas l’intention de lever le pied dans les alizés. Team Cowes (Moloney/Davies), 5e accusent déjà 161 milles de retard et Garnier (de Radiguès/Canivenc) 10e se trouve à 357 milles des premiers.

Multicoques 60 pieds

La bonne opération du jour est signée Karine Fauconnier et Damian Foxall (Sergio Tacchini), passés de la 12e à la 4e place en moins de 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures . L’option ouest de l’équipage mixte franco-irlandais s’est révélée fructueuse et leur a permis de se recaler devant le peloton des multicoques 60 pieds.

« C’est un trajet qu’on avait prévu dès le départ » a expliqué Damian Foxall ce midi. « Nous avons actuellement trois ris dans la grand-voile et 40 nœuds de vent de nord-oeust. Tout à l’heure, on a eu un petit 50 nœuds au portant (ndlr : alors que leurs adversaires étaient soit au ralenti, soit au près). On va faire un check à bord. Le bateau a beaucoup tapé ces derniers jours. Il faut vérifier les coques pour le délaminage, le gréement et aussi les voiles pour le ragage. Il faut être très vigilant, surtout après deux jours comme ça. C’est le trimaran qui ne cassera rien qui arrivera premier. » Visiblement, Sergio Tacchini est passé dans un trou de souris qui lui a permis de fausser compagnie à ces petits voisins. A deux milles d’écart, Fred Le Peutrec et Julien Cressant (Bayer CropScience) n’ont pas eu cette chance. Ils sont restés collés dans une zone sans vent, tout comme Marc Guillemot et Yann Guichard (Biscuits-La-Trinitaine) qui avaient également optés pour une route nord-ouest. Ces deux équipages ont perdu près de 100 milles en dix heures sur le duo Fauconnier/Foxall !

A l’autre extrême, du côté sud-est de la flotte, Jean-Luc Nélias et Loïck Peyron (Belgacom) ont repris la tête de la course, un temps concédée à Groupama (Cammas/Proffit) la nuit dernière. Avec Banque Populaire (Roucayrol/Bidégorry) dans son sillage, l’équipage breton du trimaran belge trace une route parfaite. « Les extrêmes sont bien passées » analyse Thomas Coville (Sodebo) bien revenu à la 7e place malgré une escale forcée à Roscoff mercredi soir. « Il n’y avait pas de mauvaise solution. Mais la route médiane, plus conservatrice, s’est révélée moins payante. »

Sur Belgacom, tenir la tête des multicoques n’est pas des plus reposants. « On n’arrête pas à bord, avoue Loïck Peyron. On est un peu fatigué d’enchaîner les changements de voile : trinquette, ORC, solent… Jusque là, on n’a pas eu des conditions de demoiselle ! Mais ce matin, on s’est fait notre premier vrai repas depuis le départ (ndlr : après 48 heures de course). »

Au milieu d’une vaste zone de vents très variables au large du Portugal, les navigateurs du bord cherchent à comprendre comment le vent va évoluer dans les prochains jours. « Pour les heures qui viennent c’est assez simple, mais pour les jours à venir c’est plus compliqué » avoue Michel Desjoyeaux (Géant) à propos de la météo à venir. « C’est déjà pas simple de savoir par où on va passer, alors s’occuper de nos petits camarades à droite à gauche… » 

Après deux jours de course dans des conditions musclées, les trimarans de 60 pieds ont prouvé qu’ils avaient été largement fiabilisés. En dehors de TIM, le seul souci notable dans la flotte est la perte de la trinquette pour Sopra Group (Monnet/Bourgnon). « La trinquette s’est ouverte en deux » a raconté Laurent Bourgnon ce midi. « la voile est constituée de panneaux collés et non cousus. Je crois que c’est un concept à remettre en cause car nous n’avions pas des conditions extrêmes. J’ai dû monter Philippe (Monnet) dans le mât pour redescendre l’autre moitié de la voile. »

Monocoques 50 pieds

A 16h00 vendredi, Régis Guillemot et Olivier Salnelle (StorageTek) ont perdu la tête de la course pour la première fois depuis le départ. Hier, Régis Guillemot craignait que l’arrivée des allures portantes favorisent son poursuivant direct, Hellomoto, plus typé pour le vent arrière. Ses craintes se sont justifiées. Conrad Humphreys et Paul Larsen (Hellomoto) naviguent à plus de 14 nœuds, pour seulement 9,6 nœuds pour StorageTek.

Loïc Le Bras


- Isabelle Autissier - VMI : « Cette nuit la situation n’a pas été aussi limpide que prévu et pour rester poli c’était un peu le casse-tête chinois. Le vent a vraiment molli en début de nuit et nous sommes restés scotchés une ou deux heures avant de toucher du vent d’Est. Du coup nous avons pas mal manoeuvré. Mais maintenant c’est beaucoup mieux et nous filons dans du Nord-Ouest de 15 à 19 nouds avec en plus du soleil. L’humidité est encore très présente mais les conditions de navigation sont nettement plus confortables ! La houle demeure importante mais est plus régulière et donc moins casse bateau. Tout va très bien à bord de VMI et Seb est tellement en forme que j’ai des fois du mal à le coucher. Je pense que pour l’alizé nous devrons encore patienter au moins 2 jours. »

Information Effets Mer

- Bob et Servane Escoffier - Adecco : « Vers 19 heures ce soir nous devrions toucher de l’ouest, puis du nord ouest. La première galère s’achèvera alors et nous pourrons descendre au sud, portant. Pour le moment, il n’y a rien à voir, à part des grains et des paquets de mer en pleine g…. Le ciel est en morceaux, mais ça commence à s’améliorer. Il est temps, depuis Roscoff, nous sommes trempés, on baigne dans notre jus, ça sent un peu les chaussettes humides à bord. Cette nuit nous avons été dépassés par Antoine Koch (Loire Atlantique), mais nous sommes revenus et naviguons actuellement bord à bord avec lui. »    Information Rivacom/Véronique Guillou

- Sam Davies - Team Cowes (par mail) : "J’ai enfin un peu de temps pour m’assoir à table à cartes et vérifier que nous allons dans la bonne direction... Je crois que oui, et en plus on file à toute vitesse Vitesse #speedsailing  ! Je viens juste de quitter la barre et pour l’instant c’est moi qui détient le record Record #sailingrecord de vitesse Vitesse #speedsailing de Team Cowes (25 noeuds) sur la TJV. Youpi ! Ça faisait longtemps que je n’étais pas allée aussi vite en monocoque !

La nuit dernière a été affreuse. Une petite bulle de basses pressions s’est formée à la bordure du front et nous avons terminé pile dedans, avec un vent tournant à 360, dans sa gamme complète de vitesses, pendant environ 8 heures. On a même eu quelques grains ! Impossible de dormir, ni même de se reposer. Maintenant tout va bien. Nous sommes de nouveau dans le flux de nord-ouest prévu, en faisant route dans la bonne direction.

Par contre, c’est toujours assez humide à bord, donc (malheureusement) nous allons encore devoir porter les combinaisons de survie une journée de plus. La température de la mer est plus douce, et nous avons même vu quelques poissons volants. Mais l’air est froid, trop froid pour dormir (les gants spécial sommeil sont encore très utiles)

Nous continuons de donner notre maximum en essayant de rattrapper chaque jour quelques milles. Ça va être une course difficile ! On est à fond maintenant et je crains que mon record Record #sailingrecord de vitesse ne dure pas très longtemps..."

Information Offshore Challenges

- DominiqueWavre - Carrefour Prévention : "On est tombé dans deux talwegs successifs avec une houle croisée de 5 mètres, le bateau n’avançait pas. Les quelques bouffées d’air qu’on a touchées étaient de face ; On s’est retrouvé au près, tirant des bords dans un vent totalement erratique, sous la pluie pendant douze heures. On s’est même fait un arrêt complet d’une demi-heure..."

"On a enfin touché le front ce matin vers 4 h. L’objectif maintenant est de se concentrer sur la vitesse pour essayer de regagner un peu de terrain. La mer n’est pas encore parfaitement organisée. On essaye de récupérer de la fatigue de la nuit car on a beaucoup manoeuvré. Comme la mer n’est pas encore bien organisée le bateau a encore tendance à taper dans la vague, on essaye de bien l’équilibrer. Pour l’instant il est sur des rails et file à 16, 18 noeuds."

Information Bleue Salée

- Bernard Stamm - Cheminées Poujoulat/Armor Lux : « Nous pensions mieux nous récupérer, on est revenu, mais pas suffisamment. Ces cochons ont démarré aussi… Pour ce qui est de leur vitesse au portant, c’est difficile de comparer quand on n’est pas bord à bord. Nous ne sommes pas dans la même zone météo et notre différence de vitesse, si elle existe, n’est pas assez grande pour revenir sur Ecover. Il va falloir trouver autre chose pour les recoller… Il fait grand beau, le vent souffle du nord ouest à 20 nœuds. Dans la journée il fait bon, mais le soir, la température reste encore fraîche. Nous avons vu des poissons volants, des tortues de mer, ça sent le sud, malgré les nuages en forme de peau de mouton qui s’élèvent dans le ciel. » 

Information Rivacom/Véronique Guillou

- Vincent Riou - PRB : « Tout va bien à bord de PRB. Nous sommes bien dans le coup. Ce qui nous attend, au niveau météo, est un peu compliqué. Il va falloir faire des choix ! Les heures qui viennent vont être importantes. Actuellement, nous avons 20 nouds et le bateau avance vite. Cette nuit, nous n’avons pas dormi tôt car nous ne voulions pas rater le flux de Nord Ouest. Il n’y a pas de gros souci à bord du bateau et lorsqu’il y a une petite bricole, cela va très vite car je connais bien PRB maintenant. Va-t-on croquer Bilou ? Pour l’instant, c’est difficile à dire mais c’est vrai qu’on aimerait bien changer de place au classement. Cela fait un petit moment que nous sommes quatrième ! »

Information Effets Mer

- Pascal Bidégorry - BANQUE POPULAIRE : « le bateau marche à 26 nds, la nuit a été agitée et c’est encore très agité maintenant. BANQUE POPULAIRE est un bateau qui aime la brise, Lalou Roucayrol est un skipper qui aime la brise et Pascal Bidégorry aussi ! Les conditions seront changeantes et musclées jusqu’à demain. Avec le parcours modifié (la flotte des trimarans 60 pieds ne virera pas l’Ile de l’Ascension), c’est maintenant qu’il est important de bien jouer pour sortir du système dépressionnaire. Après, sous le Cap Saint Vincent, la route avec les alizés sera déterminante pour cette première partie de course. Ce sera une occasion de se refaire, il est primordial d’être bien placé d’ici demain soir et après-demain ».

Information Caroline Concetti

- Laurent Bourgnon - Sopra Group : "Je prépare un petit plat à Philippe qui est là-haut. Des pâtes à l’italienne, lyophilisées. On a eu quelques bricoles : notre trinquette s’est ouverte en deux. On a dû grimper au mât pour enlever la moitié supérieure qui était restée en haut. Et bien évidemment on a eu à le faire au passage du front ! On s’est mis vent arrière pour faire la man ?uvre, c’est pour cela qu’on était parfois au 300 sur le tracé comme vous avez dû le voir. C’était assez périlleux d’envoyer Philippe là-haut. C’était se fatiguer pour pas grand-chose. Maintenant que le vent baisse, on regrette la trinquette alors on attend qu’il baisse encore pour mettre le Solent. Une voile en moins, c’est comme une vitesse en moins sur un boîtier de vitesse. Pour la suite, on a trois sources de fichiers météo qui sont toutes différentes. Alors on attend que ce soit plus clair pour établir une stratégie. A priori une route sud serait mieux. Affaire à suivre, mais c’est pas évident. On s’occupe de nos bricolages à bord pour l’instant. Au départ, on avait pris une position soft. Maintenant, on essaye d’être vraiment dans la course. On a une voile en moins, il va falloir faire avec. Mais il faut garder à l’esprit qu’on n’est jamais tiré d’affaire avec les multi, c’est à surveiller comme le lait sur le feu. Il ne faut jamais se détendre. La configuration actuelle : grand voile un ris et Solent. Depuis 99, je n’avais pas fait de course en double. C’est une formule que je trouve assez sympathique, tout en restant sportive. C’est une recette avec pleins de bons ingrédients. On retrouve vite ses marques sur le bateau, c’est comme le vélo, ça ne se perd pas."

- Ellen MacArthur - Foncia : "Alain est à la barre. Il ne fait pas chaud mais nous avons du soleil et c’est bon pour le moral. On navigue au près à 16-18 noeuds de sud. Pour le moment c’est un peu galère car il y a beaucoup de mer, une houle très croisée avec des creux de trois mètres. On tente de franchir le front qui se trouve au large de l’Espagne et une petite dépression en train de se former et après ça devrait aller. "

Information G.Du Penhoat

- Michel Desjoyeaux - Géant : « Depuis ce matin la mer est moins heurtée. La longue houle de l’Atlantique a succédé aux vagues croisées. En plus nos bulles de protection de barre rendent la vie moins humide que celles de nos petits camarades qui n’ont pas une telle protection. Un jour où l’autre nous allons bénéficier du vent de nord-ouest qui nous permettra de progresser vers le sud. Mais avant d’atteindre les Alizés la situation sera compliquée. Ce n’est pas simple de savoir par où passer. La position atteinte cet après-midi peut décider de la suite des opérations. Sinon nous avons les petits aléas qui rythment la vie quotidienne à bord d’un multi : notre souci est la rupture d’un petit cordage de retenu des poulies de bosses de ris. J’irais le refixer dès que l’on sera voile haute et donc que la bôme sera moins inaccessible. Rien de grave ».

Information Effets Mer


• CLASSEMENT 07/11/03 15:00:00 GMT

Carte de positions ESRI : http://voile.esrifrance.fr/default_...
- Rang Nom du Bateau Latitude Longitude Vit Cap Date - Heure Dist. Arrivée Dist. du 1er

MONOCOQUES 60 Open IMOCA Imoca #IMOCA
- 1 ECOVER 32 53.60’ N 19 58.64’ W 15.2 196 07/11/03 14:44:00 2979.5 0.0
- 2 VIRBAC 33 28.56’ N 18 22.50’ W 17.2 185 07/11/03 12:00:00 2998.0 18.5
- 3 SILL 34 52.12’ N 22 00.40’ W 16.9 199 07/11/03 14:44:00 3056.6 77.2
- 4 PRB 34 36.24’ N 20 01.32’ W 15.5 193 07/11/03 14:44:00 3074.4 94.9
- 5 TEAM COWES 35 45.44’ N 19 47.76’ W 15.6 207 07/11/03 14:36:00 3140.9 161.5
- 6 VMI 35 27.88’ N 18 51.88’ W 13.1 206 07/11/03 14:46:00 3143.7 164.3
- 7 CHEMINEES POUJOULAT-ARMOR LUX 36 38.16’ N 21 25.68’ W 13.9 174 07/11/03 14:00:00 3157.0 177.5
- 8 CARREFOUR PREVENTION 36 19.80’ N 19 03.20’ W 11.7 203 07/11/03 14:44:00 3188.1 208.7
- 9 ARCELOR-DUNKERQUE 37 13.56’ N 17 11.12’ W 15.3 197 07/11/03 14:16:00 3265.0 285.5
- 10 GARNIER 38 28.20’ N 16 46.92’ W 15.0 203 07/11/03 14:00:00 3337.1 357.7
- 11 60e SUD 40 42.72’ N 17 15.64’ W 9.7 205 07/11/03 14:44:00 3463.5 484.1
- 12 LOIRE ATLANTIQUE 39 51.24’ N 13 52.20’ W 10.7 190 07/11/03 14:44:00 3481.0 501.5
- 13 ADECCO 39 52.60’ N 13 35.68’ W 11.1 160 07/11/03 14:44:00 3488.0 508.5
- 14 TIR GROUPE 42 12.96’ N 14 37.52’ W 9.4 258 07/11/03 14:44:00 3593.8 614.4

MULTICOQUES 60 Open ORMA
- 1 BELGACOM 39 56.40’ N 13 57.28’ W 17.0 193 07/11/03 14:44:00 3483.6 0.0
- 2 BANQUE POPULAIRE 40 33.68’ N 14 29.08’ W 15.0 205 07/11/03 14:44:00 3506.5 22.9
- 3 GROUPAMA 41 08.84’ N 16 01.60’ W 18.4 198 07/11/03 14:44:00 3509.1 25.5
- 4 SERGIO TACCHINI 41 36.88’ N 15 59.72’ W 18.1 183 07/11/03 14:44:00 3535.4 51.8
- 5 GEANT 41 25.16’ N 15 21.92’ W 13.1 225 07/11/03 14:44:00 3536.4 52.7
- 6 BONDUELLE 41 42.80’ N 15 23.72’ W 9.2 172 07/11/03 14:44:00 3552.1 68.4
- 7 SODEBO 41 40.04’ N 14 11.60’ W 13.4 256 07/11/03 14:44:00 3572.2 88.6
- 8 FONCIA 42 31.68’ N 15 32.60’ W 7.1 247 07/11/03 14:44:00 3594.1 110.5
- 9 SOPRA GROUP 42 40.24’ N 15 35.16’ W 12.3 238 07/11/03 14:44:00 3601.0 117.4
- 10 GITANA 42 44.92’ N 15 25.12’ W 15.7 231 07/11/03 14:36:00 3606.3 122.6
- 11 BAYER CROPSCIENCE 43 22.12’ N 16 07.92’ W 21.3 195 07/11/03 14:44:00 3629.6 146.0
- 12 BISCUITS LA TRINITAINE 43 11.84’ N 15 33.60’ W 3.3 226 07/11/03 14:44:00 3630.6 147.0
- 13 TIM 42 33.84’ N 13 02.40’ W 4.5 091 07/11/03 11:31:00 3649.8 166.1
- 14 BANQUE COVEFI 46 04.68’ N 12 21.72’ W 19.2 226 07/11/03 14:44:00 3844.5 360.8

MULTICOQUES 50 Open
- 1 MOLLYMAWK 44 18.64’ N 8 04.12’ W 10.6 232 07/11/03 14:44:00 3883.0 0.0

MONOCOQUES 50 Open
- 1 HELLOMOTO 40 44.52’ N 15 35.40’ W 14.1 200 07/11/03 14:44:00 3495.1 0.0
- 2 STORAGETEK 40 33.96’ N 14 40.04’ W 9.6 175 07/11/03 14:44:00 3503.4 8.3
- 3 DEFI VENDEEN 42 06.64’ N 14 38.72’ W 8.7 260 07/11/03 14:36:00 3587.1 92.0
- 4 BRANEC III 48 37.16’ N 5 16.28’ W 7.4 023 07/11/03 14:44:00 4120.8 625.7



A la une