SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trophée Jules Verne

Geronimo croise un iceberg ... Kingfisher2 reprend de la vitesse

vendredi 14 février 2003Redaction SSS [Source RP]


La nuit dernière, Geronimo a croisé ses premiers icebergs alors qu’Olivier de Kersauson et ses 10 hommes d’équipage naviguaient à 53° Sud. Une véritable surprise à ces latitudes.

« C’est ce qui m’inquiète un peu. On en voit rarement aussi Nord sauf les années de grandes débâcles. Rencontrer de la glace à cet endroit, avec des températures d’eau relativement élevées (entre 7 et 10°), m’a mis un petit coup de froid, c’est le cas de le dire. C’est assez alarmant. On se retrouve dans un schéma de navigation très particulier. D’un côté, des systèmes cycloniques où il est impossible de mettre les pieds. De l’autre, un Sud compliqué. On se fait chahuter entre des hautes pressions qui s’installent et des dépressions qui essayent de monter. Résultat : des routes inconfortables, des grains, des systèmes perturbés avec des fronts. Si en plus il y a des glaces, ça va vraiment devenir la fête. Depuis 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures , on a un peu l’impression d’être à la peine, d’avoir du mal à passer et à trouver une latitude où ça glisse. On est un peu le nez dedans ».

Les moyens de détection des icebergs et growlers restent limités, aussi bien le jour que la nuit. « Ce qui est dangereux pour nous, ce sont tous les morceaux qui s’échappent des icebergs ou qui flottent au ras de l’eau. Seul 10% de la glace dépasse à la surface. Pour exemple, un bloc de 100 m3 ne va dépasser que d’un mètre de l’eau. Avec des bateaux comme Sport Elec, moins rapides, c’était plus simple. Un trimaran tel que Geronimo va toujours au-delà de 20 nœuds alors que nos moyens techniques de détection ne se sont pas améliorés. Il y a également une part de hasard dans tout ça. Donc on fait attention car si on touche avec le carbone, c’est un drame ! Lorsque la mer est levée et qu’il y a 5/6 mètres de creux, quelque chose qui ne dépasse de l’eau que d’un mètre ne sera vu qu’au dernier moment. C’est donc un peu effrayant. D’ici à une dizaine de degrés de longitude plus Ouest, le danger sera dissipé. Faut-il encore y aller ! ».

Actuellement le trimaran aux couleurs de Cap Gemini et Schneider Electric fait une route relativement abattue et marche à 20/21 nœuds. « Depuis 7 ou 8 heures, on a des vents faibles, entre 23 et 24 nœuds. Le ciel est très clair, aucun nuage. La visibilité est excellente, contrairement à ce matin, lorsque nous étions dans la glace. Nous n’avions que 4 milles de visibilité au maximum ».

Information http://www.grandsrecords.com

Position de Geronimo : Jour 34
- Position du bateau à 15H00 TU ce jour : 51°43S.- 147°26 W
- Distance parcourue en 12 heures : 220 milles
- Vitesse Vitesse #speedsailing moyenne sur les 12 dernières heures : 18,33 nœuds, point à point.


KINGFISHER2 engrange les milles. Plus de 180 milles parcourus depuis le relevé de positions de 7h00 GMT ce matin, et à la clef une nouvelle distance de plus de 500 milles d’ici demain.

C’est tout ce que l’équipage attendait : "le fauve est lâché ! déclare Damian Foxall à la vacation radio cet après midi. Après avoir passé la semaine à le cajoler pour qu’il avance, on doit maintenant tout faire pour s’accrocher... au travers à plus de 25 noeuds dans une mer de face".

"On avance bien, affirme Ellen MacArthur. On vient le franchir le 40e degré de latitude sud il y a environ une heure. Le ciel est gris et nuageux, typique des mers du sud. Le baromètre a chuté. On est à la poursuite d’une dépression juste devant nous avec une autre plus grosse derrière qui devrait nous toucher dans deux jours, mais entre les deux on a aussi du bon vent..."

KINGFISHER2 espère rester avec la dépression suivante le plus longtemps possible, mais pour cela il devra se positionner à la bonne latitude (environ 43 Sud), pour être aux premières loges.

Le prochain record Record #sailingrecord sur le parcours du Jules Verne est Ouessant - Cap de Bonne Espérance. Geronimo détient ce record Record #sailingrecord en 16 jours, 14 heures et 35 minutes, ce qui est impossible à battre pour KINGFISHER2 car il lui faudrait franchir la longitude 18 28’ W avant 21h demain, alors qu’il lui reste environ 1890 milles à parcourir... Le temps qu’il lui faudra pour dépasser cette longitude dépendra évidemment de l’évolution des dépressions mais il lui reste une chance de battre le temps d’Orange s’il arrive avant mardi 18 février à 01h28 GMT...

Information Kingfisher Challenges

LES CHIFFRES : à 15h00 GMT le 14.02.03
- Position : 40 14’S 23 45’W
- VITESSE Vitesse #speedsailing moy / maxi BATEAU (sur la dernière heure) : 18 / 27.4 nds
- VITESSE moy / maxi VENT (sur la dernière heure) : 29.8 / 39.8 nds / Direction : 300
- Distance du WP5 42 00’S / 18 28’W au sud de Cape Town : 1891 milles (distance théorique la plus courte)



A la une