SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

VOILES DE SAINT-TROPEZ

Un final en apothéose à St Tropez

samedi 5 octobre 2002Redaction SSS [Source RP]

Il y a des journées qui marquent une édition… Et bien ce samedi sera sans aucun doute une de ces journées là. Le golfe de Saint-Tropez a offert aujourd’hui une dernière journée de régate d’anthologie. 15 nœuds de vent, mer belle, ciel bleu : tous les ingrédients étaient réunis pour laisser s’exprimer les quelques 291 bateaux inscrits à l’édition 2002. Et si les mains étaient rougies par l’effort, les sourires fleurissaient sur tous les visages car ce sont toutes voiles dehors que se sont jouées les régates du jour qui seront sans aucun doute, la plus belle journée de cette semaine de voile qui clôture le circuit méditerranéen de yachts de Tradition et la fin de la saison des régates pour les voiliers modernes. On ne pouvait rêver mieux !

Moonbeam

Pour ce final en beauté, le vent commença à pointer le bout de son souffle vers 12h00 pour grimper progressivement à force 3 établie. Les 125 yachts inscrits en Tradition prenaient position aux pieds de la Tour du Portalet et les 166 Modernes au large de la plage des Salins pour les 166 bateaux inscrits. Et le premier départ donnée à 13h10 sanctionna d’entrée Thendara (1936) pour un départ anticipé. Options en milieu de Baie de Saint-Tropez ou à la côte, chacun y va de son choix et rapidement, une fois de plus, Tuiga (1909) va s’envoler et dominera de la proue et du mât cette dernière régate. Un Tuiga en grande forme cette semaine puisqu’il aura remporté les cinq manches courues en classe Aurique de plus de 20 mètres. Moonbeam (1903) terminera deuxième et montre clairement sa bonne forme dès que le vent fraîchit. Nan of Fife (1896) est troisième. Le duel Antonisa contre Windrose en Spirit of tradition sera également de toute beauté. Il faut imaginer ces deux « monstres » de 40 mètres, toutes voiles dehors, déboulant à plus de 10 nœuds au près et perforant la mer de leurs étraves majestueuses. Rien ne pouvait arrêter ces deux bateaux qui termineront respectivement 1er et 2e en temps réel de leur classe mais 3e et 13e en temps compensé. C’est Calima (Swan 43 en bois) qui gagne dans cette classe la course du jour. Pour l’anecdote, les quelques 18 milles du parcours seront avalés en 1h46 pour Antonisa… Impressionnant ! En 12M JI, c’est Ikra qui remporte la manche du jour devant Challenge 12. Marilee (1926), pour ce qui est peut-être sa dernière manche courue sur le circuit méditerranéen de l’année puisqu’il s’en retournera aux Etats-Unis la saison prochaine, gagne une nouvelle fois la manche du jour en Epoque Aurique. On laisse imaginer la qualité du plateau réuni puisque c’est Jap (1897) qui termine derrière suivi de Pesa (1911) et Avel (1896)… Même ambiance dans la classe Epoque Marconi, puisque le beau Stormy Weather (1934) l’emporte devant le nouveau venu sur le circuit Tradition Sonny (1935) et Havsornen (1937).

Pierrick Garenne


Dans la même rubrique

VOILES DE SAINT-TROPEZ : Petit temps et maxis modernes contre yachts de tradition

VOILES DE SAINT-TROPEZ : Une journée défi ? lente !

VOILES DE SAINT-TROPEZ : La Baie de Saint-Tropez cajole les Tradition

VOILES DE SAINT-TROPEZ : 4 500 équipiers dans le vent... dans la baie de St Tropez


A la une