Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Imoca LinkedOut

Thomas Ruyant, 1er Imoca de la Route du Rhum : "Celle là, je voulais la gagner"

lundi 21 novembre 2022Redaction SSS [Source RP]

Le skipper Dunkerquois Thomas Ruyant plane sur la Classe IMOCA Imoca #IMOCA . A bord du voilier LinkedOut, le réseau de ceux qui en n’ont pas, il vient de s’adjuger de très haute lutte la 12e édition de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum -Destination Guadeloupe, la Reine des transats en solitaire.

Un an après un triomphe entre Le Havre et la Martinique, dans le cadre de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 , en double, accompagné de Morgan Lagravière, il marque de son empreinte le cycle d’épreuves de Vendée Globe à Vendée Globe, triomphant deux années de suite dans une course transatlantique majeure en monocoque. Son voilier LinkedOut accéléré par Advens, plan Verdier de 2019, achève de magistrale manière sa maturation au sein de TR Racing, l’équipe sportive de Thomas. Il sera dès 2023 remplacé par un nouveau foiler, Advens 2, plan Koch-Finot Conq dont la mise à l’eau est programmé début d’année prochaine.

Ces succès viennent prolonger la liste singulière et rare des victoires de Thomas sur l’Atlantique, à la barre de tous les autres supports monocoques de la course au large, avec cette victoire en 2009 sur la Mini Transat 6,50, une victoire en Figaro lors de la transat AG2R Transat AG2R #TALM (avec Adrien Hardy), et une première victoire dans la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum mais en Class40 Class40 #Class40 . Cet éclectisme, cette capacité à performer sur tous les supports, en double ou en solitaire, place de manière irréfutable ce jeune (41 ans) marin discret, d’une rare humilité, et profondément attachant, au panthéon des grands marins Français.

Thomas Ruyant remporte la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum catégorie Imoca Imoca #IMOCA . Son temps de course est de 11 jours, 17 heures, 36 minutes et 25 secondes. Il parcouru les 3542 milles du parcours à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 12,6 noeuds. Il a en réalité parcouru 4 362,5 milles sur le fond à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 15,5 noeuds.

Le record Record #sailingrecord de l’épreuve en Imoca Imoca #IMOCA , détenu depuis 2014 par François Gabart (Macif) en 12 jours, 4 heures, 38 minutes et est ainsi grandement amélioré de près de 9 heures.

Ils ont dit :

Thomas Ruyant sur les pontons d’arrivée : « Celle là, c’est la plus belle ! »

« Je suis heureux, tout simplement. Je suis ému ! Une Route du Rhum, c’est un monument de la course au large, avec 38 bateaux et de sacrés marins au départ. Celle là, je voulais la gagner, c’est la plus belle, et c’est la dernière course du bateau. J’ai mis de l’énergie, mais toute mon équipe aussi. On est un sport collectif. C’est moi qui marque, mais c’est l’équipe qui travaille ! Je serai remplaçant ces prochains jours (Rires). Je savais que Charlie Dalin pourrait se barrer en première partie de course et que mon heure viendrait ensuite. Il a eu 80 milles d’avance et à mi course, je ne me suis jamais dit que c’était fini. J’ai pris un petit coup au moral quand il est revenu à vue hier. Je me suis remobilisé, avec quelques messages de soutien de mon équipe, et j’ai remis du charbon. Ce fut dense et intense. J’ai aimé la deuxieme partie de course. J’y ai mis de l’envie et de l’engagement. Je n’ai pas fait d’erreurs dans alizé et ce n’était pas simple. Il y avait de la stratégie lors du contournement de l’anticyclone, mais aussi de l’action dans les grains de l’alizé. Il ne fallait pas hésiter à en jouer. Il fallait de la chance et de la réussite, et savoir les provoquer aussi. La deuxième partie de la course s’est passée comme dans un rêve. Je passe Charlie. Il en remet derrière, et j’en ai remis une plus grosse. Ce n’est pas un rythme que l’on peut tenir sur un Vendée Globe. C’est un vrai sprint. Je suis allé puiser très loin. J’ai rarement été si fatigué. Je vascillais sur le tour de la Guadeloupe. Je ne voulais pas lâcher. 20 25 noeuds dans l’alizée, il faut un bateau bien préparé et j’avais confiance dans le travail de mon équipe. Je n’ai pas envie de m’arrêter là. J’ai beaucoup appris l’an passé avec Morgan (Lagravière). Ce bateau, je ne veux pas m’en séparer (rires). Je tiens à remercier profondément Advens, mon grand partenaire, et j’engage un maximum de personnes à partager les CV des candidats LinkedOut afin qu’ils retrouvent un emploi. »


- Communiqué AGENCE TB PRESS / www.thomasruyant.com



A la une