Sea, Sail & Surf

From offshore to inshore: all the news abouts sea sports from 2000

Figaro-Bénéteau

Sardinha Cup 2022 : la 2e étape pour Morvan et Schwartz, le général pour Garnier et Leboucher

Sunday 19 June 2022Redaction SSS [Source RP]

Au terme d’une Course 2 Pays de Saint-Gilles Tourisme qui a vu la victoire dimanche matin à 7h12’27 de Gaston Morvan et Benjamin Schwartz (Région Bretagne-CMB Espoir), Maël Garnier et Pierre Leboucher (Ageas-Team Baie de Saint-Brieuc), quatrièmes de cette seconde étape, ont remporté la troisième édition de La Sardinha Cup. Les duos Tom Laperche/Morgan Lagravière (Région Bretagne-CMB Performance) et Elodie Bonafous/Alexis Loison (Quéguiner-La Vie en Rose) complètent le podium au général.

« Une étape de sanglier ! » En amarrant Région Bretagne-CMB Espoir au ponton de Port-la-Vie, dimanche matin à 7h30, Benjamin Schwartz a bien résumé cette Course 2 Pays de Saint-Gilles Tourisme qui aura usé nerfs et organismes. « C’était interminable ! On était tout le temps dans pas de vent, jusqu’à cette nuit, où ça s’est carrément inversé, c’est passé de 0 à 40 nœuds en très peu de temps », ajoute à ses côtés Gaston Morvan qui signe sa première victoire d’étape sur le circuit Figaro Beneteau.

Au prix d’une dernière nuit où, malgré la fatigue physique et nerveuse, il a fallu ne rien lâcher : « On s’est battus mètre par mètre. On changeait de voiles toutes les trois minutes parce qu’il fallait le faire, et cette nuit, on a remis de la bâche, on a attaqué sous gennaker, on était dans 40 nœuds avec toute la toile au maximum, on se demandait si ça allait tenir ou si tout allait péter, finalement, ça a tenu. On a poussé le curseur comme il fallait pour espérer l’emporter, mais jusqu’à la ligne, on ne savait pas qui était déjà arrivé, on a découvert au ponton qu’on avait gagné cette étape », ajoute celui qui, il y a trois ans sur La Sardinha Cup, avait disputé sa toute première course sur le support aux côtés de son père, Gildas.

Effectivement, jusqu’au bout, il a fallu attendre le verdict des options, entre les nordistes, menés par Région Bretagne-CMB Espoir, le centriste Région Bretagne-CMB Performance (Tom Laperche/Morgan Lagravière), constamment aux avant-postes sur cette étape et finalement troisième (et deuxième au général), coiffé sur la ligne, pour 25 petites secondes, par les sudistes de Quéguiner-La Vie en Rose (Elodie Bonafous/Alexis Loison), revenus du diable vauvert pour également souffler in extremis la troisième place au général à Skipper Macif (Erwan le Draoulec/Loïs Berrehar).

« On a juste récupéré ce matin les autres concurrents à l’AIS, on ne savait pas combien étaient arrivés ou pas, ce n’est qu’en passant la ligne qu’on a su qu’on était deuxièmes, et après, on s’est lancés dans des calculs et on a réalisé qu’on faisait finalement un podium, c’est une super nouvelle, une belle surprise ! », se réjouit Elodie Bonafous, déjà deuxième l’année dernière sur la La Sardinha Cup (avec Corentin Horeau).

De nouveau sur le podium cette saison après ses victoires sur la Solo Maître CoQ et la Le Havre All Mer Cup, Tom Laperche confirme de son côté sa régularité sur un circuit dont il est désormais une valeur sûre. « Une deuxième place au général, c’est très bien, c’était une belle course, j’ai pris beaucoup de plaisir à naviguer avec Morgan ; en cinq jours avec un paquet d’heures dans la pétole, on a eu le temps de se raconter des choses ! Et je suis super content pour Gaston et Ben qui signent une belle victoire d’étape », commente le skipper de Région Bretagne-CMB Performance.

Qui termine donc au général derrière les grands vainqueurs de cette troisième édition de La Sardinha Cup, Maël Garnier et Pierre Leboucher (Ageas-Team Baie de Saint-Brieuc), vainqueurs de la Course 1 Pays de Saint-Gilles Tourisme à Figueira da Foz, et qui ont su, sur la Course 2, garder la vitesse et le sang-froid nécessaires pour terminer quatrièmes et remporter cette victoire, la première sur le circuit Figaro Beneteau pour Maël Garnier, talent précoce de 21 ans.

« On savait que rien ne serait gagné avant d’avoir franchi la ligne, vu que les cartes ont été rebattues tout au long de l’étape, commente l’heureux vainqueur. Il fallait être bon dans les transitions, il y a eu énormément de changements de voiles à faire, c’était dur pour les nerfs, mais on s’en sort plutôt bien, on est contents. Ce n’est que ma deuxième saison sur le circuit Figaro Beneteau, ça permet de mesurer ma progression, mais, tout ça, c’est aussi grâce à Pierre, à ses conseils, il m’a énormément transmis sur l’eau, d’un point de vue humain, technique, météo, connaissance du bateau, tout ce qu’on veut ! Ça fait plaisir de batailler devant, il va maintenant falloir que j’applique en solo ce que j’ai appris avec Pierre. »

Les autres réactions :

Pierre Leboucher (Ageas-Team Baie de Saint-Brieuc), 4e de l’étape et vainqueur au général : « Il y a eu pas mal de regroupements, notamment un très gros après le Cap Finisterre, c’était comme une nouvelle ligne de départ au bout de deux jours et demi, il y a eu ensuite une dernière transition, on sentait que c’était celle qu’il ne fallait pas louper. On a joué notre jeu, on a essayé de ne faire que du bord rapprochant, en espérant que la dernière oscillation soit de notre côté. Je pense qu’on aurait pu finir deuxièmes de l’étape, mais les deux dernières heures, le vent n’a pas tourné en notre faveur, mais c’était chouette à bord, on a été très complémentaires. J’adore le double, c’est génial tout ce qu’on peut partager. »

Alexis Loison (Quéguiner, La Vie en Rose), 2e de l’étape, 3e au général : « On n’a jamais vu ça ! Du début à la fin, ça n’a pas arrêté, je ne sais pas combien de fois on a manœuvré, changé de voiles, trop tôt ou trop tard, c’était l’enfer ! Et on a passé notre temps à se poser des questions, avec presque rien à bord comme infos météo ; à un moment, on s’est retrouvés à quatre, puis trois puis deux avec Mutuelle Bleue, on a commencé à se gratter la tête. Parfois, on se disait que c’était sûr qu’on allait gagner, à d’autres moments, que les autres nous avaient collé 30 milles. Finalement, c’est une grosse satisfaction que notre plan ait marché. On voulait faire notre course, ne pas regarder les autres, se servir des éléments qu’on avait en temps réel, ce n’était pas simple. »

Erwan Le Draoulec (Skipper Macif), 6e de l’étape, 4e au général : « C’était une étape super longue et compliquée, avec soit pas de vent, soit 40 nœuds, des orages, ça allait dans tous les sens, ce n’était pas facile, mais on a toujours gardé le moral, on a quand même continué à bien avancer. La vitesse est là, mais franchement, en météo, on n’a rien compris. Du coup, on faisait toujours le bord le plus rapprochant, c’était un peu le gros flou, je ne sais pas si les premiers ont compris quelque chose, si c’est le cas, on a du boulot ! Le résultat est quand même super, on n’a même pas de points d’écart avec ceux de devant [Quéguiner-La Vie en Rose et Skipper Macif ont le même nombre de points, NDLR], ça se joue à rien, mais bravo à eux ! »

Violette Dorange (Devenir), 5e de l’étape et au général : « C’était un truc de dingue, cette étape, on ne savait pas du tout ce qu’il se passait, on était un peu à l’aveugle sur toute la traversée du Golfe de Gascogne, on a réussi à faire de notre mieux avec le vent qu’on avait en essayant de faire toujours la route directe, et à l’arrivée, c’est une belle surprise, on voit qu’on est cinquièmes, on est trop contents ! On s’est arrachés, cette nuit, c’était hyper physique, c’était incroyable, une mer agitée, des éclairs, la mousse des vagues était bleue, on était dans un autre monde, et en même temps, on se faisait défoncer par le vent, on a eu un passage avec des claques à 35 nœuds, voire 40. Cinquième sur l’étape et au général, c’était pile poil l’objectif ! »

Basile Bourgnon, 12e de l’étape et au général, vainqueur du classement bizuth : « On est contents d’être arrivés, c’était long et dur, la fin ne nous aura pas épargnés. On était dans le match au début sur les côtes portugaises, c’est après le Cap Finisterre que les options ont commencé à se jouer. Nous avons choisi une option au large pour contourner l’anticyclone. On pensait que ça allait mieux fonctionner, finalement, ça s’est plutôt bien passé. C’est pas si pire ! On est contents de terminer premiers bizuths, c’est la bonne nouvelle, ça a été assez stressant tout au long de la course, on a toujours eu cette ambition. »

Classement général provisoire Sardinha Cup 2022

  • 1. Ageas - Team Baie de Saint-Brieuc (Maël Garnier/Pierre Leboucher)
  • 2. Région Bretagne - CMB Performance (Tom Laperche/Morgan Lagravière)
  • 3. Quéguiner - La Vie en Rose (Elodie Bonafous/Alexis Loison)
  • 4. Skipper Macif (Erwan Le Draoulec/Loïs Berrehar)
  • 5. Devenir (Violette Dorange/Julien Pulvé)
  • 6. Région Bretagne - CMB Espoir (Gaston Morvan/Benjamin Schwartz)
  • 7. Amarris-Primeo Energie (Achille Nebout/Pierre Quiroga)
  • 8. Smurfit Kappa – Kingspan (Tom Dolan/Alan Roberts)
  • 9. La Charente Maritime (Alexis Thomas/Swann Hayewski)
  • 10. Région Normandie (Guillaume Pirouelle/Robin Follin)
  • 11. Mutuelle Bleue (Corentin Horeau/Julien Villion)
  • 12. Edenred (Basile Bourgnon/Brieuc Lebec), premier bizuth
  • 13. Alva Yachts (Jörg Riechers/Robin Marais)
  • 14. Teamwork (Nils Palmieri/Pierre Le Roy)
  • 15. Team Vendée Formation-Botte Fondations (Charlotte Yven/Pierre Daniellot)
  • 16. Marine Marine Marine nationale Nationale/Fondation de la Mer (Philippe Hartz/Eric Delamare)
  • 17. Région Bretagne/CMB Océane (Chloé Le Bars/Ronan Treussart)
  • 18. ADEPS-FFYB (Sophie Faguet/Benoît Charon)
  • 19. Passion Santé-Trans-Forme (Romen Richard/Victor Le Pape)
  • 20. Mercy Ships (Victor d’Ersu/Tiphaine Ragueneau)
  • 21. Interaction (Yannig et Erwan Livory)
  • 22. Prisme Océan (Pierre Grenié/Valentin Dantec)

Portfolio



Head news