SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#Imoca #VendéeGlobe

Maxime Sorel : "C’est une super répétition avant le Vendée Globe ! "

mardi 30 juin 2020Redaction SSS [Source RP]

Le confinement ayant provoqué l’annulation des courses The Transat The Transat #thetransat #ostar CIC et de la New York – Vendée Les Sables d’Olonne, la classe IMOCA Imoca #IMOCA organise une course inédite : la Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne. Une épreuve en solitaire de 3600 milles où les prétendants au tour du Monde s’élanceront le 4 juillet pour une boucle en Atlantique Nord via le cercle arctique et les Açores. Un galop d’essai grandeur nature pour Maxime Sorel, skipper du voilier V and B – Mayenne, qui prendra le départ de son premier tour du monde en solitaire en novembre.

Après une très belle cinquième place en mai 2019 sur sa première compétition en solo à bord de V and B – Mayenne, la Bermudes 1000 Race, la Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne sera sa deuxième grande épreuve en solo. Malgré, la pause contextuelle dûe à la crise sanitaire, le parrain national de Vaincre la Mucoviscidose a réussi à s’entraîner depuis la mi-mai et se présentera sur la ligne de départ avec beaucoup d’envie et la ferme intention de figurer parmi les meilleurs concurrents disposant d’un voilier à dérives droites.

La Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne est une course océanique en solitaire inédite et atypique pour les skippers de course au large, plus habitués aux transatlantiques. Le 4 juillet, 24 skippers s’élanceront pour un parcours triangulaire de 3600 milles, soit dix à douze jours de mer, entre les Sables-d’Olonne, l’Ouest de l’Islande et le Nord des Açores. « 

J’ai vraiment hâte d’y être, je pense que je vais encore emmagasiner de l’expérience. Le parcours est vraiment atypique. Je suis super content d’aller naviguer dans le cercle polaire. Je trouve ça génial de pouvoir franchir 60° Nord et potentiellement 60° Sud la même année. Je ne suis jamais allé aussi Nord. Cela s’annonce plus compliqué qu’une transatlantique classique, avec notamment des vents très forts dans le nord et des températures très froides, comme ce que l’on vivra dans le grand Sud cet hiver. On peut aussi rencontrer des brumes épaisses avec un trafic intense au large de Terre-Neuve. » se réjouit le jeune Cancalais.

Cette course est un véritable galop d’essai avant le Vendée Globe et permettra à Maxime de tester son bateau sur lequel il navigue depuis moins de 2 ans. Avec une cinquième place sur la Bermudes 1000 Race 2019, Maxime prendra le départ de sa deuxième grande épreuve en solo en IMOCA Imoca #IMOCA qui lui permettra ainsi d’engranger un maximum d’expérience :

« C’est une super répétition avant le Vendée Globe ! Je vais embarquer les mêmes équipements que pour le tour du monde. Le but sera de valider de nombreuses choses sur le bateau puisque ce sera notre seule course au large avant le Vendée Globe. On a beaucoup de points à valider notamment les nouveaux jeux de voiles, l’électronique et les aménagements que l’on a mis en place pendant l’hiver. L’objectif sera donc de préserver le bateau et répéter nos gammes pour partir cet hiver dans les meilleures conditions. »


- Communiqué Agence TB Press / www.sailingtogether.fr



A la une