Vous êtes ici : Accueil » FR-MER » Planète » Environnement » Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation de

mercredi 26 avril
  Visiteurs connectés : 27

accueil en français home page in english

seasailsurf

Partenaires


Evénements

Vendée Globe

Site officiel | Cartographie | Cartographie 2D | Archives SeaSailSurf


Vidéos


Météo



SEASAILSURF Wear

Tong SeaSailSurf 2013
Paire de tongs pour la plage ou la maison
T-shirt manches courtes
Choisissez la couleur de votre t-shirt.

Réseaux







Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.





#MER Tara Expéditions

Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation de déchets plastiques au nord de l’Europe

D 20 avril 2017     H 10:26     A Redaction SSS [Source RP]     > 318 visites     C 1

|

agrandir
Les expéditions de recherche scientifique Tara Oceans 2009-2013 (France) et Malaspina 2010 (Espagne) ont mis en évidence le transport à grande échelle de débris de plastique flottants depuis l’océan Atlantique jusqu’à l’Arctique. L’étude, publiée dans Science Advances, confirme qu’en seulement quelques décennies d’utilisation de matières plastiques, la pollution marine Marine Marine nationale résultante est déjà devenue un grave problème jusque dans l’Arctique.

Bien que la faible densité de population du bassin arctique ne produise que peu de déchets sur place, cette nouvelle étude montre que les mers du Groenland et de Barents (la partie nord de l’Atlantique Nord) accumulent de grandes quantités de débris plastiques, apportés par les courants océaniques. Dans cette région du monde, les répercussions écologiques potentielles de l’exposition aux débris plastiques sont amplifiées par le caractère unique de cet écosystème, encore vierge et reculé.

L’équipe chargée de l’étude, dirigée par le professeur Andrés Cózar de l’Université de Cadix en Espagne, est composée de 12 institutions de 8 pays : la Fondation Tara Expéditions (France), l’université des sciences et technologies du roi Abdallah (Arabie saoudite), le CNRS (France), l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni), le Lake Basin Action Network (Japon), l’université des îles Baléares, le Conseil supérieur de la recherche scientifique (CSIC, Espagne), l’université de la Sorbonne, l’université d’Aarhus (Danemark), l’université d’Utrecht (Pays-Bas), l’université de Harvard (USA), la Fondation basque pour la science IKERBASQUE (Espagne) et le Centre technologique expert en innovation marine Marine Marine nationale et alimentaire AZTI (Espagne).

L’équipe de recherche d’Andrés Cózar avait précédemment démontré que chacun des cinq gyres océaniques agit comme une immense zone de convergence pour les débris plastiques flottants. Dans une étude plus récente, ils ont montré que les mers semi-fermées à forte densité de population, telles que la Méditerranée, peuvent également constituer des zones d’accumulation importante de débris plastiques. L’océan Arctique, éloigné des zones d’habitation, n’était initialement pas candidat à l’accumulation de microplastiques.

Lors de l’expédition TARA OCEANS, la goélette Tara a effectué des prélèvements autour du bassin Arctique et échantillonné des microplastiques pendant cinq mois afin de réaliser une carte mondiale de la pollution plastique flottante.

« Les concentrations en plastique dans les eaux arctiques étaient faibles, comme nous nous y attendions, mais nous avons découvert un secteur au nord des mers du Groenland et de Barents présentant des teneurs relativement élevées » commente Andrès Cózar. « Il y a un transport continu de déchets flottants depuis l’Atlantique Nord, et les mers du Groenland et de Barents constituent une impasse pour ces plastiques, convoyés vers le pôle par les courants marins et contraints de rester en surface. »

La quantité de débris plastiques flottants piégés dans les eaux de surface de cette zone est estimée à plusieurs centaines de tonnes. Elle est constituée de près de 300 milliards d’éléments, principalement des fragments de la taille d’un grain de riz. Les quantités sont peut-être plus importantes encore. L’eau de surface n’étant pas la destination finale du plastique flottant, l’étude émet l’hypothèse que des quantités importantes existent sur les fonds océaniques de l’Arctique.

Si une partie des plastiques trouvés dans l’Arctique provient de sources locales, principalement du fait de l’augmentation de l’activité maritime dans cette zone, les charges élevées de plastique dans l’océan Arctique résultent en majeure partie du transport à grande échelle de déchets, provenant des côtes densément peuplées de l’Atlantique Nord, généré par les courants océaniques. Ce transfert de plastique vers les pôles est lié à la circulation méridienne de retournement dans l’Atlantique, un « tapis roulant » connu jusqu’à présent pour redistribuer la chaleur des latitudes les plus chaudes vers les pôles.

Pour déterminer le devenir du plastique dans l’Atlantique Nord, l’équipe a utilisé des données provenant de plus de 17 000 bouées dérivantes flottant à la surface de l’océan et suivies par satellite. « 

Ce qui est vraiment inquiétant, c’est que nous pouvons suivre ce plastique jusqu’aux abords du Groenland et dans la mer de Barents directement depuis les côtes du nord-ouest de l’Europe, du Royaume-Uni et de la côte est des États-Unis. Ce sont nos déchets plastiques qui finissent là-bas », déclare van Sebille de l’Institut Grantham à l’Imperial College de Londres.

L’humanité utilise du plastique depuis seulement quelques décennies, mais la pollution générée dans les milieux marins est déjà un problème à l’échelle mondiale – preuve indubitable que les hommes ont la capacité d’altérer notre planète.

« La mer n’a pas de frontière, » souligne Maria Luiza Pedrotti du CNRS, « une pollution plastique générée dans un endroit peut souiller d’autres régions isolées et exercer ainsi des effets dévastateurs sur un écosystème vierge tel que l’Arctique. Cette zone forme un cul-de-sac, une impasse où les courants laissent les débris à la surface. Nous assistons peut-être à la formation d’une autre poubelle de la planète, sans comprendre totalement les risque encourus pour la faune et la flore locales ».

« Les résultats de cette étude soulignent l’importance de minimiser et de mieux gérer les déchets plastique dès leur source par les industriels, dans les foyers, par les collectivités et les Etats car une fois que ceux-ci atteignent l’océan, leur destination et leurs impacts deviennent incontrôlables » dit Romain Troublé, directeur de la Fondation Tara Expéditions.


Voir en ligne : Info presse Fondation Tara Expéditions / taraexpeditions.org


Référence : A. Cózar, E. Martí, C. M. Duarte, J. García-de-Lomas, E. van Sebille, T. J. Ballatore, V. M. Eguíluz, J. I. González-Gordillo, M. L. Pedrotti, F. Echevarría, R. Troublè, X. Irigoien, The Arctic Ocean as a dead end for floating plastics in the North Atlantic branch of the Thermohaline Circulation. Science Advances 3, e1600582 (2017).

- Retrouvez la publication sur le site de Science Advances à l’adresse suivante : http://advances.sciencemag.org/content/3/4/e1600582


Dans la même rubrique

Race for Water Odyssey

Race for Water : Départ de Lorient pour faire escale aux Bermudes

Le navire Race for Water a quitté Lorient ce dimanche 9 avril pour son Odyssée de cinq ans au service de la préservation des océans. Au rendez-vous le soleil, des festivités et plus de 8 000 personnes pour accompagner le navire Ambassadeur et son équipage. Un navire à la pointe de la technologie avec sa propulsion mixte : le solaire, l’hydrogène et une voile de kite. Prochaine escale Les Bermudes, à l’occasion de l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup où Groupama Team France, partenaire environnement Environnement de la Fondation, attend le navire Race for Water.
Lire la suite →

The Sea Cleaners

Yvan Bourgnon lance la construction d’un navire collecteur de déchets plastiques

Il a souvent, au cours de ses traversées, heurté des objets flottants non identifiés. En 2015 notamment, lorsque le bateau avec lequel il participait à la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 entra en collision avec un container, l’obligeant à abandonner la course. Confronté de façon brutale à la pollution océanique lors de cet incident mais aussi à l’occasion de son récent Tour du monde en catamaran de sport Catamaran de sport #catamaran , Yvan Bourgnon a décidé d’agir. Avec la création de son association « THE SEA CLEANERS » dédiée à la lutte contre la pollution océanique, il se lance dans la construction d’un navire révolutionnaire « LE MANTA », collecteur de déchets plastiques.
Lire la suite →

#Environnement

Les Comptoirs de la Mer lancent une opération « Plage et mer propres » le 4 juin prochain

Émanations des Coopératives Maritimes créées par les patrons pêcheurs à la fin de XIXe siècle, les Comptoirs de la mer, particulièrement sensibles à la préservation du milieu marin, s’engagent en initiant une dynamique de changement comportemental des citoyens afin de réduire la pollution du littoral. Le lancement officiel de l’opération Plage et mer propres, je participe a eu lieu le 1er mars, au Salon Salon #Salonnautique International de l’Agriculture, en présence de Mr Alain Vidalies (Secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Environnement Environnement , de l’Énergie et de la Mer), venu apporter officiellement le soutien du ministère.
Lire la suite →

#Environnement

Initiatives Océanes : Rendez-vous du 17 au 20 mars 2016 pour collecter des déchets plastiques

Comme chaque année, Surfrider Foundation Europe donne rendez-vous aux citoyens européens le 1er weekend de printemps pour participer à son programme emblématique : les Initiatives Océanes. En 2015, 1265 collectes ont été organisées par plus de 45000 personnes.
Lire la suite →

#R4WO

Race for Water Odyssey : L’expédition environnementale est de retour à Bordeaux après 9 mois de périple

La Race for Water Odyssey (R4WO) est de retour à Bordeaux pour conclure cette aventure Aventure humaine et scientifique inédite débutée dans cette même ville le 15 mars dernier. En 9 mois, la R4WO aura effectué 17 escales dans les océans Atlantique, Pacifique et Indien pour explorer, analyser et sensibiliser à la pollution de l’eau par les plastiques. Un premier constat, dramatique : le plastique pollue partout.
Lire la suite →

A la une

#Ultim

The Bridge : Vincent Riou et Billy Besson embarquent à bord de Sodebo Ultim’

Lancement de la saison le 25 juin prochain avec comme perspective, une confrontation inédite entre quatre gigantesques multicoques menés en équipage et le Queen Mary 2. Sodebo Ultim Ultim #Ultim #multicoque ’ et ses concurrents s’élanceront en effet le 25 juin de Saint-Nazaire en direction de New-York.
Lire la suite →

Figaro-Bénéteau

Solo Maître CoQ : victoire d’Adrien Hardy sur la 3e manche • Pierre Quiroga leader du général

Changement de décor sur la Solo Maître CoQ en cette deuxième journée de compétition en baie des Sables d’Olonne. Après le grand soleil et la dizaine de noeuds de vent d’hier, la grisaille et des conditions de navigation plus sportives ont animé le terrain de jeux de la flotte des 40 figaristes. Sur zone le vent de Nord-Est d’une dizaine de noeuds, qui soufflait le matin, est rapidement monté en puissance en tout début d’après-midi atteignant les 20-25 noeuds de moyenne, voir plus dans les rafales.
Lire la suite →

Voile olympique

World Cup Series France : Début des régates à Hyères

Du 25 au 30 avril se tient à Hyères la World Cup Series, rendez-vous français de la Coupe du monde de voile, qui regroupe l’élite mondiale. Avec plus de 500 coureurs, le spectacle promet de nouveau d’être au rendez-vous dans la baie hyéroise. Les 2.4mR et les kiteboarders débuteront la compétition dès ce mardi.
Lire la suite →

Mini 6.50 Arkema 3

Pornichet Select : Quentin Vlamynck deuxième des prototypes

Quentin Vlamynck participait ce week-end à la Pornichet Select, première épreuve du Championnat de France de Course au Large en Solitaire de la saison, à bord de son prototype Mini 6.50 Arkema 3. Parti de Pornichet le 22 avril vers 13h00, le skipper a franchi la ligne d’arrivée en 2e position à 5h22 ce lundi 24 avril, après 40 heures et 8 minutes de course. Bénéficiant de superbes conditions sur les 300 milles nautiques (555 km) du parcours, avec une pointe de vitesse Vitesse #speedsailing à 20,59 nœuds (37km/h), Quentin a su tirer profit de son innovante machine et démontré le potentiel de son bateau aux 24 autres prototypes engagés.
Lire la suite →

Griffon Solo

Mini 650 : Ian Lipinski a remporté la Pornichet Select 6.50 2017

C’est la deuxième victoire de la saison pour le navigateur lorientais d’adoption. Griffon.fr a coupé la ligne d’arrivée de cette classique du circuit à 2h50 ce matin avec 2h30 d’avance sur son poursuivant. C’est une belle démonstration de force alors que quasi l’ensemble des concurrents de la future Mini Transat était sur la ligne de départ.
Lire la suite →