Vous êtes ici : Accueil » FR-VOILE » Large » Monocoques » Open 40’ / 60’ » Eric Bellion : "La peur a été présente pendant tout le Vendée (...)

#VOILE CommeUnSeulHomme

Eric Bellion : "La peur a été présente pendant tout le Vendée Globe"

D 13 février 2017     H 23:30     A Information Vendée Globe     > 961 visites     C 1

#LesSablesdOlonne | #IMOCA | #VG2016 |

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


agrandir
Eric Bellion (CommeUnSeulHomme) a franchi la ligne d’arrivée du 8e Vendée Globe, lundi 13 février 2017 à 17 heures 58 minutes et 20 secondes (heure française) à la 9e du classement général. Premier bizuth, le marin de 40 ans boucle son tour du monde en 99 jours 04 heures 56 minutes et 20 secondes, sur un Imoca de la génération 2008 – l’ex DCNS-. Éric termine ainsi une giration de 28 048 milles sur l’eau, à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 11,78 nœuds.

Conférence de presse d’Eric Bellion (CommeUnSeulHomme)

C’est avec toute l’énergie positive qui le caractérise qu’Eric Bellion est arrivé en conférence de presse. Lors de cet entretien d’une heure, le skipper de CommeUnSeulHomme est revenu sur son périple, qu’il a savouré du début à la fin. D’autres challenges attendent désormais Eric Bellion, mais avant cela, il compte bien prendre quelques jours de repos et rencontrer les autres skippers de cette huitième édition du Vendée Globe.

J’ai ramené tant de choses… il va falloir faire un inventaire. J’ai vécu en trois mois ce qu’on vit en 10 ou 15 ans à terre. Dans la vie on a des soucis, il faut être créatif mais sur un Vendée Globe c’est quotidien. Tous les jours on a un problème et il faut trouver une solution pour le régler. Tous les jours de nouvelles expériences. Tous les jours on découvre une nouvelle facette de sa personnalité. J’ai ramené de la force, des antidotes contre la peur, de l’envie, une force créatrice. J’ai l’impression que ma vision de la vie est à 360°. Le Vendée Globe a changé ma vie.

La peur a été présente pendant tout le Vendée Globe, mais au même titre que le bonheur et pleins d’autres sentiments. La peur n’est pas un tabou. Quand on part sur un 60 pieds faire le tour du monde en solitaire, si on n’a pas peur, c’est qu’on n’est pas câblé comme tout le monde. La peur nourrit la créativité. Il y a aussi la peur d’avoir peur. Il y a quelques jours encore je me demandais comment j’allais faire pour terminer.

Il y a trois ans, j’étais en Antarctique et je me suis dit que j’allais faire le Vendée Globe. Je n’avais jamais navigué en solitaire. Je ne savais pas où j’allais. Avec le recul je ne sais pas si j’y serais allé. J’ai été voir Michel Desjoyeaux, j’ai acheté un bateau. Et tout à coup on se trouve une équipe et on est dans le chenal avec des dizaines de milliers de personnes. J’ai mis 5 jours à me sortir de ça. J’étais pétrifié. Les IMOCA sont des bateaux spéciaux. Après ça allait mieux. J’ai descendu l’Atlantique, j’ai retrouvé mes repères. Mais dans les mers du Sud c’est rebelote, est-ce que je suis capable d’y aller ? Je me disais « T’as pas emmené 14 mécènes pour arrêter là. » Le déclic c’était au large des Kerguelen, une grosse dépression arrivait très Nord. Soit je pouvais subir soit agir, c’est à dire partir plein Nord et surfer la dépression. « J’arrête d’avoir la trouille au ventre ! » Je me suis pris une énorme baston dans la gueule. J’ai eu un problème de moteur que j’ai dû résoudre en plein tempête.

A partir de ce moment là, j’ai commencé à écouter mon bateau. J’avais 200 milles de retard sur mes camarades et je les ai rattrapés en 2 jours. Je n’ai jamais cherché la performance mais juste l’harmonie avec mon bateau. Et il est tellement incroyable que j’ai vu qu’il partait tout de suite dès qu’on lâchait la bride. J’avais basculé dans un univers d’action et non plus de soumission.

Pour moi, le bateau est une personne. J’assume. Le bateau nous fournit protection, déplacement, nourriture, sécurité. Comment ne pas humaniser ce bateau ? Il a des sentiments. Il est content, il n’est pas content. Quand il y a un mauvais réglage, il me le fait savoir, il tape dans les vagues. Il s’appelle CommeUnSeulHomme mais son autre nom c’est Ruahatu, c’est un dieu polynésien de la mer. Il y a eu beaucoup de chocs avec des OFNI. Mais je me sentais protégé. Il parlait aux poissons et aux oiseaux et le chemin était clair, dégagé. L’océan m’a laissé passer.

Je ne me suis pas réjoui à l’idée d’arriver. J’étais tendu comme un arc jusqu’à la ligne. Je me disais que je devais rester vigilant, que tout pouvait arriver. Je m’étais quand même préparé à arriver, mais suite aux problèmes, je me suis interdit d’y penser. Je parlais à l’océan. Et je disais, « ok c’est toi qui décide, s’il faut passer deux ou trois jours en mer en plus, c’est toi qui décide ». Et en fait je suis passé dans un trou de souris.

Je n’irai pas faire un autre Vendée Globe et ça qui a rendu celui-ci unique. Je savourais chaque instant, même les galères.

Armel est un champion hors catégorie. Je n’ose même pas imaginer ce qu’ils ont vécu avec Alex. Ce sont des extraterrestres. C’est le rêve de participer à mon petit niveau à une course avec ces sportifs de l’extrême.

J’ai été très proche d’Alan Roura et Rich Wilson. Alan, c’est fou ce qu’il fait. Il est sur un vieux bateau et il est dans un groupe de bateaux plus jeunes. Il est incroyable ce garçon, il a un talent extraordinaire. Et Rich, non seulement il fait le Vendée Globe à 66 ans mais en plus il éduque des millions d’étudiants.

Je vais prendre quelques jours de vacances et je vais aller déjeuner avec chacun des skippers pour qu’on puisse parler.



Dans la même rubrique

Spirit of Hungary

Vendée Globe : Le Hongrois Nandor Fa a franchi la ligne d’arrivée à la 8e place

Le Hongrois Nandor Fa (Spirit of Hungary) a franchi la ligne d’arrivée aux Sables-d’Olonne le 8 février à 11 heures 54 minutes 09 secondes (heure française). II s’empare d’une très belle 8e place pour sa troisième participation au Vendée Globe. Son temps de course est de 93jrs 22h 52mn 09s. Il a parcouru 27 850 milles à 12,35 noeuds de moyenne.
Lire la suite →

Vendée Globe

Louis Burton : "Je me suis fait massacrer au Cap Horn, ça a été ma plus grosse épreuve"

Heureux d’en finir avec son tour du monde en solitaire, qu’il boucle pour la première fois, le skipper de Bureau Vallée arrivé en septième position aux Sables-d’Olonne a répondu aux questions des journalistes, lors de sa conférence de presse.
Lire la suite →

Vendée Globe

Yann Eliès : "la bagarre avec Jean aura véritablement marqué mon Vendée Globe"

A 16h13, ce mercredi 25 janvier, Yann Eliès a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe, au large des Sables d’Olonne. Le skipper de Quéguiner – Leucémie Espoir s’est ainsi octroyé la cinquième place (premier bateau non équipé de foil Foil #foil ) de l’épreuve au terme de de 80 jours de mer et des poussières, mais aussi et surtout au terme d’une incroyable aventure Aventure marquée par des problèmes de hook de grand-voile, une effroyable tempête au large de la Nouvelle-Zélande, un duel de toute beauté avec Jean Le Cam sur près de la moitié du parcours et un finish haletant à seulement 1h25 du quatrième et 1h43 du le sixième. Ses premières impressions à chaud !
Lire la suite →

Vendée Globe

Jean-Pierre Dick : "finir un tour du monde en solitaire, ce n’est jamais anodin"

Jean-Pierre Dick sur StMichel-Virbac, a franchi ce 25 janvier à 14 heures 47 minutes et 45 seconde la ligne d’arrivée du Vendée Globe en 4e position après 80 jours 1 heure et 45 minutes de course, devenant l’un des cinq solitaires les plus rapides autour de la planète, avec Armel Le Cléac’h, Alex Thomson, François Gabart et Jérémie Beyou. Le Niçois qui a parcouru 27 857 milles à la moyenne de 14,50 nœuds boucle le cinquième de ses six tours du monde classé (Vendée Globe et Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace ), et est le seul avec Armel Le Cléac’h à avoir terminé trois Vendée Globe.
Lire la suite →

#VG2016

Jérémie Beyou : "cette troisième place, c’est un très beau résultat"

Après 78 jours 6 heures 38 minutes et 40 secondes, Jérémie Beyou a coupé la ligne du Vendée Globe 2016/2017 lundi à 19h40m40s aux Sables d’Olonne. Le skipper de Maître CoQ signe une magnifique troisième place derrière le vainqueur Armel le Cléac’h et le Britannique Alex Thomson. Sa moyenne réelle est de 14,43 nœuds (27 101 milles parcourus).
Lire la suite →

A la une

#Dériveur

Mondial Laser : Jean-Baptiste Bernaz termine 7e à Split (Croatie)

Le Français Jean-Baptiste Bernaz était à Split, en Croatie, depuis une semaine pour y disputer le Championnat du Monde de Laser. Après six jours de compétition, le Varois termine finalement à la 7e place de ce Championnat du Monde. Longtemps devant au classement général provisoire, le Français a rétrogradé de 6 places, à la suite d’une mauvaise journée, et n’a pas pu refaire son retard aujourd’hui, où aucune course n’a été lancée à cause d’un vent trop léger.
Lire la suite →

Figaro-Bénéteau

Douarnenez - Fastnet Solo : Loison devance Luven et Dalin à 50 milles du Fastnet

Ils ne sont plus qu’à une petite cinquantaine de milles du phare du Fastnet. Toujours aussi compacte, la flotte progresse à plus de huit nœuds de moyenne vers le célèbre caillou que les solitaires devraient contourner en milieu de nuit. Du phare, ils ne verront que son faisceau lumineux qui balaiera la nuit toutes les cinq secondes.
Lire la suite →

Multi50 Drekan

Transat Jacques Vabre : Eric Defert embarque Christophe Pratt

Le binôme qui devait prendre le départ de cette course était initialement composé d’Éric DEFERT et de Thibaut GEORGE, patron de la société Drekan, passionné de course au large et principal sponsor du Multi50 éponyme. Mais la gestion simultanée de ce beau projet sportif et de l’entreprise Drekan, en pleine croissance, s’est avérée plus compliquée que prévue.
Lire la suite →

Catamaran à foils

GC32 Racing Tour : La victoire finale à Calvi échappe à Malizia-Yacht Club de Monaco

La victoire finale a finalement échappé à Malizia-Yacht Club de Monaco, du fait d’une erreur commise par accident lors de la dernière journée de la GC32 GC32 #GC32 Orezza Corsica Cup, laissant ainsi le champ libre à l’équipe Suisse de Realteam qui remporte sa deuxième victoire sur le Championnat 2017 du GC32 GC32 #GC32 Racing Tour.
Lire la suite →

IMOCA Newrest

Fabrice Amedeo : "Je repars donc pour un nouvel Everest avec l’envie d’énormément travailler et progresser"

Il y a un an, Fabrice Amedeo était dans les starting-blocks pour prendre le départ du rêve de sa vie, le Vendée Globe. A l’époque, le journaliste/navigateur réalisait à peine qu’il allait vivre l’exceptionnel et gravir avec succès son Everest. Quelques mois après son retour, il démontre une nouvelle fois sa capacité à mener son projet avec rigueur et progression en officialisant le rachat d’un monocoque de dernière génération ; celui précédemment aux mains de Pieter Hereema. Une bonne nouvelle n’arrivant pas seule, le groupe Newrest, acteur mondial du catering aérien et ferroviaire ainsi que de la restauration collective, lui renouvelle sa confiance et l’accompagnera sur la prochaine édition du tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance en 2020.
Lire la suite →

mercredi 20 septembre
  Visiteurs connectés : 51

accueil en français home page in english

seasailsurf

Partenaires


Evénements

Vidéos


Météo



SEASAILSURF Wear

Blue Sweat SeaSailSurf
Veste à capuche multicolor (choisissez celle que vous préférez) avec zip central. Impression des logos en bleu permanent.
Sweat marron
Un sweat et à capuche pour se tenir au chaud

Réseaux





Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.