Vous êtes ici : Accueil » FR-VOILE » Large » Monocoques » Open 40’ / 60’ » Louis Burton : "Je me suis fait massacrer au Cap Horn, ça a été ma plus (...)

mardi 28 mars
  Visiteurs connectés : 33

accueil en français home page in english

seasailsurf

Partenaires


Evénements

Vendée Globe

Site officiel | Cartographie | Cartographie 2D | Archives SeaSailSurf


Vidéos


Météo



SEASAILSURF Wear

Polo Dronautic
Polo blanc Dronautic®
Veste à capuche mixte SSS
Veste à capuche multicolor (choisissez celle que vous préférez) avec zip central.

Réseaux







Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.





#VOILE Vendée Globe

Louis Burton : "Je me suis fait massacrer au Cap Horn, ça a été ma plus grosse épreuve"

D 2 février 2017     H 14:22     A Information Vendée Globe     > 1558 visites     C 1

#LesSablesdOlonne | #IMOCA | #VG2016 |

agrandir
Heureux d’en finir avec son tour du monde en solitaire, qu’il boucle pour la première fois, le skipper de Bureau Vallée arrivé en septième position aux Sables-d’Olonne a répondu aux questions des journalistes, lors de sa conférence de presse.

Est-ce que tu te sens différent ?

Je viens de me voir dans un miroir et je me sens complètement différent. C’est un problème, j’étais vraiment pas mal avant et là je fais plus clochard ! Cette transformation arrive sans qu’on s’en rende compte, c’est quand on regarde le chemin parcouru que l’on prend conscience de la difficulté de l’épreuve que l’on vient de traverser. C’est un peu difficile à expliquer.

Tu as été le chef de file du peloton, tu as marché fort dans l’Indien !

J’ai pris un départ prudent, dans le but de faire l’inverse d’il y a 4 ans. Ensuite j’ai attaqué fort, avec tous les bateaux de 2008, il y avait un bon match. J’ai pris la route le long du Portugal et c’était une bêtise, ça n’a pas fonctionné. Après j’étais énervé, la descente dans l’Atlantique je l’ai faite le couteau entre les dents ; C’était comme une course de voitures qu’il faut ravitailler. La 1re moitié arrive quand la station est ouverte et quand l’autre moitié arrive, les cuves sont vides. Derrière ils sont revenus, ils allaient vite, il ne fallait pas dormir, mais naviguer avec les nuages, passer du bon côté, ça se jouait à quelques milles. C’était un combat de tous les instants et dans l’Indien ça s’est transformé en centaines de milles. C’était fou !

Quel sont les moments les plus forts de ta course ?

Un moment fort c’est le départ quand on est porté avec tous ces gens, ces passionnés qui nous accompagnent lors de la sortie du chenal. Ensuite, l’entrée dans l’Océan Indien où je suis en tête du peloton, ça a été un gros moteur pour moi. La découverte des mers du Sud, c’est un truc de malade. Tu es à fond pendant des jours et des jours, quand tu aimes ça c’est tellement grisant, c’est génial, les surfs incroyables, des vitesses fantastiques. Après Kito a perdu sa quille, je me suis dit qu’il fallait peut-être ralentir un peu. C’est des moments assez effrayants, puis il y a des icebergs qui d’un seul coup tombent sur ta trajectoire, donc il faut prier un petit peu. Je ne les ai pas vus mais je n’étais vraiment pas loin. Je me suis fait massacrer au Cap Horn, ça a été ma plus grosse épreuve, j’ai vraiment eu peur. Je n’aurais pas dû le serrer aussi près, c’était une vraie connerie…

Est-ce que tu t’es fait peur ?

C’est violent, ça souffle tout le temps, on enchaine les systèmes météos… On a une forte responsabilité vis à vis du matériel, et cela fait qu’on est une poussière. S’il y a un problème, ça peut vite être dramatique. Ce n’est pas une peur, c’est une angoisse permanente. Tout le monde se relâche un peu après le cap Horn, alors qu’en soi le cap Horn est tout aussi dangereux ! On se sent bizarrement plus en sécurité, cela vient du fait qu’on se rapproche de la terre.

Est-ce que tu as eu des problèmes techniques ?

Aucun ! J’ai une équipe vraiment formidable. Si je pouvais continuer à naviguer sur des bateaux préparés par eux je signe tout de suite. Bravo à eux ! Depuis 2011, on navigue sur cet Imoca Bureau Vallée et on a toujours fait les choix en corrélation avec nos objectifs. On a travaillé sur la fiabilité du bateau pendant 5 saisons. On n’a jamais cherché à suréquiper le bateau ou à mettre des chevaux en plus. Moi je n’ai pas fait de Figaro ou d’Optimist, ni toutes ces filières classiques. Le Festival de la Voile dans le Golfe du Morbihan jusqu’en 2010 constituait ma plus grande victoire. Il fallait donc apprendre et mes partenaires m’ont fait confiance. On a fait un bateau solide.

Est-ce que tu as vraiment lu Germinal ?

C’est le seul livre que j’ai lu alors que ce n’était pas du tout comme ça que c’était censé se passer. Ma belle-mère m’avait offert une liseuse avec pleins de bouquins dessus, et il y avait Germinal. J’ai attaqué ça et quand je l’ai fini il y a eu un empannage asiatique on va dire et la liseuse est partie à l’eau. Donc ma course littéraire se réduit à la lecture de Germinal.

Physiquement te sens-tu fatigué ?

Je n’ai pas passé assez de temps à m’occuper de la partie avitaillement. Dans ma vie à terre la nourriture est assez secondaire. Je n’ai donc pas vraiment pris le temps de bien préparer cette partie et c’est ma plus grosse erreur sur ce Vendée Globe.Globalement j’ai eu des petits soucis d’alimentation qui font qu’aujourd’hui je me sens fatigué. Jusqu’à la moitié de la course j’étais assez en forme, après ça a été un peu rock n roll. En me regardant tout à l’heure je me suis dit « ce n’est pas beau à voir ». Je suis fatigué mais ça ne va pas m’empêcher de veiller tard ce soir !


Dans la même rubrique

Vendée Globe

Yann Eliès : "la bagarre avec Jean aura véritablement marqué mon Vendée Globe"

A 16h13, ce mercredi 25 janvier, Yann Eliès a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe, au large des Sables d’Olonne. Le skipper de Quéguiner – Leucémie Espoir s’est ainsi octroyé la cinquième place (premier bateau non équipé de foil Foil #foil ) de l’épreuve au terme de de 80 jours de mer et des poussières, mais aussi et surtout au terme d’une incroyable aventure Aventure marquée par des problèmes de hook de grand-voile, une effroyable tempête au large de la Nouvelle-Zélande, un duel de toute beauté avec Jean Le Cam sur près de la moitié du parcours et un finish haletant à seulement 1h25 du quatrième et 1h43 du le sixième. Ses premières impressions à chaud !
Lire la suite →

Vendée Globe

Jean-Pierre Dick : "finir un tour du monde en solitaire, ce n’est jamais anodin"

Jean-Pierre Dick sur StMichel-Virbac, a franchi ce 25 janvier à 14 heures 47 minutes et 45 seconde la ligne d’arrivée du Vendée Globe en 4e position après 80 jours 1 heure et 45 minutes de course, devenant l’un des cinq solitaires les plus rapides autour de la planète, avec Armel Le Cléac’h, Alex Thomson, François Gabart et Jérémie Beyou. Le Niçois qui a parcouru 27 857 milles à la moyenne de 14,50 nœuds boucle le cinquième de ses six tours du monde classé (Vendée Globe et Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace ), et est le seul avec Armel Le Cléac’h à avoir terminé trois Vendée Globe.
Lire la suite →

#VG2016

Jérémie Beyou : "cette troisième place, c’est un très beau résultat"

Après 78 jours 6 heures 38 minutes et 40 secondes, Jérémie Beyou a coupé la ligne du Vendée Globe 2016/2017 lundi à 19h40m40s aux Sables d’Olonne. Le skipper de Maître CoQ signe une magnifique troisième place derrière le vainqueur Armel le Cléac’h et le Britannique Alex Thomson. Sa moyenne réelle est de 14,43 nœuds (27 101 milles parcourus).
Lire la suite →

Hugo Boss

Vendée Globe : Alex Thomson a pris la 2e place aux Sables 15h59’ après Armel Le Cléac’h

Alex Thomson a franchi la ligne d’arrivée du 8e Vendée Globe ce vendredi 20 janvier 2017 à 8 heures 37 minutes et 15 secondes, heure française, 15 h 59 mn et 29s après le vainqueur Armel Le Cléac’h. Pour sa quatrième participation au Vendée Globe (3e en 2013, abandon en 2004 et 2008), le Britannique a imprimé un rythme d’enfer battant le record Record #sailingrecord de distance parcourue sur 24 heures avec 536,81 milles avalés à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 22,4 nœuds ! Privé de son foil Foil #foil depuis le 19 novembre, Alex a su maintenir la pression sur son adversaire Armel Le Cléac’h… jusqu’au bout.
Lire la suite →

Vendée Globe

Armel Le Cléac’h : "Je suis quand même bien fatigué car les derniers jours "

Armel Le Cléac’h, grand vainqueur de la 8e édition du Vendée Globe a été joint par son équipe à terre, quelques minutes avant le franchissement de ligne. Ce jeudi 19 janvier 2017, le skipper du Mono Banque Populaire VIII, a franchi la ligne d’arrivée à 16h 37min et 46sec, après 74j, 3h, 35min et 46s de course sans aucun répit, il a navigué à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 15,43 noeuds. Armel améliore le temps de référence de 3j 22h et 41m.
Lire la suite →

A la une

Kitesurf

Photo à la une : L’Hydrofoil pro tour fait escale au Mexique

Les kitefoilers sont au Mexique pour l’étape de l’Hydrofoil pro tour. Tous les meilleurs kitesurfers sont présent comme Oliver Bridge, Maxime Nocher ou Alex Mazella. La photo des ailes à caisson est signée Sebastian Tron.
Lire la suite →

SMA

Transat Jacques Vabre : Paul Meilhat embarque Gwénolé Gahinet

Pour le principal objectif de la saison 2017, Paul Meilhat a choisi de retrouver son compère Gwénolé Gahinet, avec lequel il avait remporté une transatlantique en double il y a trois ans. Pendant les 7 mois qui mèneront au départ de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 , le programme sportif et technique est dense pour l’équipe de SMA : deux chantiers, de nombreux tests en navigation, en course, à l’entraînement et l’essai d’un nouveau système de foil Foil #foil .
Lire la suite →

CEM

Diam24 : SFS remporté le Grand Prix de La Grande Motte

SFS est-il l’acronyme de « Sans Faute Sofian » ? En tout cas, le barreur du team méditerranéen et ses acolytes Achille Nebout, Gaulthier Germain et Noé Delpech ont survolé les débats à La Grande Motte. SFS a remporté 10 des 14 manches disputées dans le stade nautique de la Baie d’Aigues Mortes et s’impose logiquement dans ce Grand Prix qui clôturait trois mois d’entraînement intensif au CEM.
Lire la suite →

FFVoile

Fédération Française de Voile : Nicolas Hénard élu président avec 53% des voix

Ce samedi, Nicolas Hénard a été élu Président de la Fédération Française de Voile pour les quatre prochaines années. Sa liste a obtenu 53% des voix contre celle de Jean-Luc Denéchau (47%), permettant de constituer le nouveau Conseil d’Administration. Composé de 35 membres, ce dernier a désigné son Président lors de sa première séance.
Lire la suite →

Sport féminin

Figaro-Bénéteau : Cécile Laguette portera les couleurs d’Eclisse France

Eclisse France, fabricant spécialiste de la porte d’intérieur de haute qualité, renouvelle le sponsoring Sponsoring #Sponsoring sportif voile pour la deuxième année consécutive. Après Martin Le Pape, c’est Cécile Laguette, skipper féminin, qui portera les couleurs de la marque italienne, dont la filiale française se trouve à Quimper (29), sur toute sa saison 2017 en Figaro Bénéteau.
Lire la suite →