Vous êtes ici : Accueil » FR-VOILE » Large » Monocoques » Open 40’ / 60’ » Yann Eliès : "la bagarre avec Jean aura véritablement marqué mon Vendée (...)

#VOILE Vendée Globe

Yann Eliès : "la bagarre avec Jean aura véritablement marqué mon Vendée Globe"

D 25 janvier 2017     H 21:21     A Redaction SSS [Source RP]     > 1160 visites     C 1

#LesSablesdOlonne | #IMOCA | #VG2016 |

agrandir
A 16h13, ce mercredi 25 janvier, Yann Eliès a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe, au large des Sables d’Olonne. Le skipper de Quéguiner – Leucémie Espoir s’est ainsi octroyé la cinquième place (premier bateau non équipé de foil Foil #foil ) de l’épreuve au terme de de 80 jours de mer et des poussières, mais aussi et surtout au terme d’une incroyable aventure Aventure marquée par des problèmes de hook de grand-voile, une effroyable tempête au large de la Nouvelle-Zélande, un duel de toute beauté avec Jean Le Cam sur près de la moitié du parcours et un finish haletant à seulement 1h25 du quatrième et 1h43 du le sixième. Ses premières impressions à chaud !

Yann, on vous imagine content d’arriver, d’avoir bouclé ce tour du monde ?

« C’est vrai, même si j’avoue avoir un peu vécu comme une agression la vision du premier bateau venu à ma rencontre. Dans un premier temps, j’ai pensé que j’aurais préféré finir mon Vendée Globe « tranquillou » et rentrer à la maison directement. Finalement, c’est monté petit à petit. Les gens, les sponsors et les proches sont arrivés progressivement. Malgré tout, il a fallu que je reste concentré jusqu’au bout car c’était dur d’aller couper la ligne d’arrivée à cause des conditions. De plus, il fallait vraiment que j’arrive à rentrer dans le chenal avant 18 heures pour des questions d’horaires de marée. A 16h13, lorsque je suis arrivée, j’ai commencé à m’ouvrir, à décompresser. Avant, j’étais en mode « Figaro » depuis un moment car c’était très intense avec Jean (Le Cam). Lors de la dernière nuit, je n’ai pas dormi du tout. A un moment, j’ai même eu peur de ne pas réussir à profiter de mon arrivée mais ça n’a pas été le cas. Faut dire, cette 5e place, je me suis quand même battu pour pendant 80 jours ! Il n’était pas question que je me relâche dans les derniers mètres. Comme un Figariste, je me suis donné jusqu’au bout et j’arrive fatigué. Fatigué et soulagé. Content aussi. »

Vous terminez 5e mais aussi premier bateau sans foil Foil #foil . On imagine que c’est également une satisfaction ?

« Finir 5e, c’est le mieux que je pouvais espérer et terminer premier bateau à dérive classique, c’est effectivement une petite victoire quelque-part. Les foilers ont réussi leur pari et c’est tant mieux pour eux. Moi, je ne suis battu avec les armes que j’avais. Je suis aussi content de finir devant Jean, mon idole de jeunesse. Il a démontré une fois encore qu’il est bel et bien le « Roi Jean ». Il ne m’a pas lâché. Il a toujours maîtrisé son bateau autant que ses trajectoires. Il a fallu que ça se dénoue à la fin, sur une portion plus côtière où je suis un peu plus à l’aise. Ca a été un sacré client et je suis content de m’être battu contre lui. Contre lui mais aussi contre Jean-Pierre (Dick). »

Aujourd’hui vous bouclez votre troisième tour du monde, mais votre premier en solo. Ce n’est pas anodin…

« C’est vrai que faire un tour du monde en équipage c’est quelque chose, mais le faire en solitaire, c’est encore un autre défi. Il y a une autre dimension. Il faut passer les coups durs et sur ce type d’exercices, ils sont nombreux. Heureusement, j’avais mon ange-gardien avec moi, Erwan Steff (le Directeur administratif et logistique du projet, ndlr). Il connait le bateau sur le bout des doigts. A chaque fois que j’ai eu besoin de l’appeler, il avait la solution à mon problème. Un Vendée Globe, au final, c’est tout seul et pas tout seul. C’est un sacré truc. »

Ce que vous retiendrez principalement de ce tour du monde ?

« La première chose, c’est que je casse mon hook de grand-voile très rapidement et que cela me pénalise beaucoup car j’ai eu du mal à accrocher le bon wagon. La deuxième, c’est cette grosse tempête rencontrée au large de la Nouvelle-Zélande. A ce moment-là, il y a eu des images vraiment hors du commun et je me suis posé beaucoup de questions. Je me suis même dis que si ça franchisait un cap supplémentaire, alors j’étais vraiment mal. Enfin, la troisième, c’est la bagarre avec Jean. Elle aura véritablement marqué mon Vendée Globe. Depuis le cap Horn, je ne crois pas que lui et moi ayons été séparés de plus de 30 ou 40 milles ! Sa vitesse Vitesse #speedsailing m’a surpris au début. Je pensais que j’aurais un petit avantage or ce que je n’avais pas bien calculé, c’est que lui avait déjà fait un tour du monde sur son bateau et qu’il le connaissait vraiment par cœur. Il m’a aussi étonné dans la dimension physique des choses car les 60 pieds sont des bateaux qui sont difficiles à mener et à vivre et il a tenu le rythme. Vraiment bravo à lui ! »

On sent que ça a été dur…

« Ca l’a été. Bien sûr, lors de ces 80 jours de mer, il y a eu des moments de plaisir mais j’ai souvent été dans le dur. Dans la descente de l’Atlantique, ça a été difficile de voir les foilers partir devant. Ca a été compliqué à gérer. Il a fallu trouver un os, un objectif, un nouveau truc… Heureusement, j’ai réussi à me faufiler dans un petit trou de souri avant le cap de Bonne Espérance, ce qui m’a permis de rester à peu près dans le match. Reste que ça a été dur mentalement. Heureusement aussi, j’ai ensuite pu faire la compétition avec Jean et Jean-Pierre, deux formidables marins. Au final, cela ne me donne qu’une envie : revenir avec un bateau qui soit le plus compétitif possible. On va digérer tout ça puis voir comment on peut s’y prendre. »

Le Yann qui rentre aujourd’hui est-il le même que celui qui est parti le 6 novembre dernier ?

« Ce tour du monde a levé les doutes que j’avais sur la véritable envie que j’avais de faire ce Vendée Globe après mon accident survenu en 2008. Je me suis rendu compte, quelques heures seulement après le départ, que ce n’était pas si clair que ça dans ma tête, qu’il y avait encore des doutes. Aujourd’hui, il n’y en a plus. Cela m’a vraiment permis de me dire que j’étais prêt pour une troisième édition et l’attaquer pied au plancher. »


Voir en ligne : Info presse Rivacom / www.queguiner-voiles-ocean.fr



Dans la même rubrique

#VG2016

Jérémie Beyou : "cette troisième place, c’est un très beau résultat"

Après 78 jours 6 heures 38 minutes et 40 secondes, Jérémie Beyou a coupé la ligne du Vendée Globe 2016/2017 lundi à 19h40m40s aux Sables d’Olonne. Le skipper de Maître CoQ signe une magnifique troisième place derrière le vainqueur Armel le Cléac’h et le Britannique Alex Thomson. Sa moyenne réelle est de 14,43 nœuds (27 101 milles parcourus).
Lire la suite →

Hugo Boss

Vendée Globe : Alex Thomson a pris la 2e place aux Sables 15h59’ après Armel Le Cléac’h

Alex Thomson a franchi la ligne d’arrivée du 8e Vendée Globe ce vendredi 20 janvier 2017 à 8 heures 37 minutes et 15 secondes, heure française, 15 h 59 mn et 29s après le vainqueur Armel Le Cléac’h. Pour sa quatrième participation au Vendée Globe (3e en 2013, abandon en 2004 et 2008), le Britannique a imprimé un rythme d’enfer battant le record Record #sailingrecord de distance parcourue sur 24 heures avec 536,81 milles avalés à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 22,4 nœuds ! Privé de son foil Foil #foil depuis le 19 novembre, Alex a su maintenir la pression sur son adversaire Armel Le Cléac’h… jusqu’au bout.
Lire la suite →

Vendée Globe

Armel Le Cléac’h : "Je suis quand même bien fatigué car les derniers jours "

Armel Le Cléac’h, grand vainqueur de la 8e édition du Vendée Globe a été joint par son équipe à terre, quelques minutes avant le franchissement de ligne. Ce jeudi 19 janvier 2017, le skipper du Mono Banque Populaire VIII, a franchi la ligne d’arrivée à 16h 37min et 46sec, après 74j, 3h, 35min et 46s de course sans aucun répit, il a navigué à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 15,43 noeuds. Armel améliore le temps de référence de 3j 22h et 41m.
Lire la suite →

Final atlantique

Vendée Globe : Armel Le Cléac’h a franchi la ligne d’arrivée du 8e Vendée Globe à 16h37 en vainqueur

Armel Le Cléac’h a franchi la ligne d’arrivée du 8e Vendée Globe ce jeudi 19 janvier 2017 à 16 heures 37 minutes et 46 secondes, heure française. Pour sa 3e participation, le skipper de Banque Populaire VIII, signe une performance remarquable et impose un nouveau temps de référence sur ce tour du monde en solitaire en monocoque : 74 jours 03 heures 35 mn 46 s (soit 3 jours 22h et 41 mn de moins que François Gabart en 2013).
Lire la suite →

Jeux

Matt Johnston a remporté l’édition 2016-2017 du Vendée Globe Virtuel

Sur son bateau noir et jaune aux couleurs de l’IMOCA Hugo Boss, Matt Johnston, Mangina-PYR, remporte l’édition 2016-2017 du Vendée Globe Virtuel. Au terme d’une course très serrée et après plus de 49 000 kilomètres autour du monde, ce marin virtuel devance 451 000 joueurs. Le néo-zélandais, Derek Watt (NZ-Eligo ‘’IST’’) et le français Didier Flament (Didflam) complètent le podium.
Lire la suite →

A la une

Défi Bemedia

Yvan Bourgnon : "Ce Défi a été à coup sûr le plus difficile de tous ceux que j’ai accompli depuis 7 ans"

Deux mois et six jours : c’est le temps qu’il aura fallu à Yvan Bourgnon pour boucler son défi Bimedia. Parti le 13 juillet dernier de Nome en Alaska, Yvan a rejoint Nuuk, capitale du Groenland, point final de son extraordinaire périple : le passage du Nord-Ouest, qui relie l’Océan Atlantique à l’Océan Pacifique, en passant par les îles arctiques du grand Nord Canadien, sur un catamaran de sport Catamaran de sport #catamaran en solitaire, sans habitacle, ni assistance !Un exploit sportif hors-norme, qui avait également pour but de sensibiliser le grand public aux effets du réchauffement climatique.
Lire la suite →

Team Banque Populaire

Maxi Solo Banque Populaire IX : Mise à l’eau fixée au 16 octobre à Lorient

Après deux années et plus de 135 000 heures de chantier depuis fin 2015, le nouvel Ultim Ultim #Ultim #multicoque , le Maxi Banque Populaire IX sera mis à l’eau le 16 octobre* à Lorient, où s’achève actuellement sa construction. Concentré de haute technologie et d’innovations, le trimaran de 32 mètres a été conçu pour voler en toute sécurité à des vitesses désormais proches de 50 nœuds.
Lire la suite →

Figaro-Bénéteau

Nicolas Lunven : "Je suis maintenant pour la première fois Champion de France Elite de course au large"

Nicolas Lunven clôture sa saison 2017 sur le circuit des Figaro Bénéteau 2 par une deuxième place sur la Douarnenez Fastnet Solo. Le navigateur, originaire de Vannes, remporte de ce fait le titre de Champion de France Elite de Course au Large décerné par la Fédération Française de Voile. Le skipper Generali a réalisé une année quasi sans-faute à bord de son monotype Monotype #sportboats rouge en remportant la Solo Maître Coq aux Sables d’Olonne, La Solitaire Urgo Le Figaro pour la deuxième fois et le Tour de Bretagne à la voile avec Gildas Mahé. Ces victoires et cette régularité aux avant-postes sont une sacrée récompense pour le membre du pôle Finistère de course au large qui n’a pas cessé depuis 10 ans d’améliorer son niveau de jeu sur ce circuit si difficile. C’est la fin d’un cycle pour Nicolas qui va dès octobre et jusque juin 2018 embarquer à bord du voilier « Turn Tide on Plastic » de la Britannique Dee Cafari à l’occasion de la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace , tour du Monde en équipage et avec escale.
Lire la suite →

Figaro-Bénéteau

Douarnenez - Fastnet Solo : Charlie Dalin s’impose de 101 secondes devant Nicolas Lunven

On ne pouvait rêver dénuement plus symbolique. Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) Champion de France en titre, vainqueur de la Douarnenez Fastnet Solo qui cède son fauteuil à son dauphin sur la course Nicolas Lunven (Generali), l’image a de la gueule. D’autant que moins de deux minutes séparent les deux compères sur la ligne d’arrivée.
Lire la suite →

#Dériveur

Mondial Laser : Jean-Baptiste Bernaz termine 7e à Split (Croatie)

Le Français Jean-Baptiste Bernaz était à Split, en Croatie, depuis une semaine pour y disputer le Championnat du Monde de Laser. Après six jours de compétition, le Varois termine finalement à la 7e place de ce Championnat du Monde. Longtemps devant au classement général provisoire, le Français a rétrogradé de 6 places, à la suite d’une mauvaise journée, et n’a pas pu refaire son retard aujourd’hui, où aucune course n’a été lancée à cause d’un vent trop léger.
Lire la suite →

vendredi 22 septembre
  Visiteurs connectés : 141

accueil en français home page in english

seasailsurf

Partenaires


Evénements

Vidéos


Météo



SEASAILSURF Wear

Tshirt MC Stand-Up
"Stand Up & Ride" pour les SeaSailSurfer à paddle.
Veste à capuche mixte SSS
Veste à capuche multicolor (choisissez celle que vous préférez) avec zip central.

Réseaux





Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.