Vous êtes ici : Accueil » FR-MER » Rame • Aviron » Passage du Nord-Ouest à la rame : Charles Hedrich est arrivé à (...)

#MER #Rame

Passage du Nord-Ouest à la rame : Charles Hedrich est arrivé à Pond Inlet

D 18 septembre 2015     H 11:31     A Redaction SSS [Source RP]     > 1267 visites     C 1

| | #sailingrecord |

agrandir
3 saisons, 2 hivernages et 1 première mondiale... C’est mercredi 16 septembre à 22h heure française (16h heure locale) que Charles Hedrich est arrivé à Pond Inlet (Nunavut, Canada), après un périple de plus 6000 km parcourus à la force des bras sur le mythique passage du Nord-Ouest. Il devient le 1er Homme à réaliser l’exploit en solo.

L’aventure Aventure existe encore... Après Roald Amundsen, le 1er Homme à franchir le passage du Nord-Ouest en équipage 1906 et le duo Jeff MacInnis / Mike Beedel, le 1er à traverser le passage à la voile pure en 1990, Charles Hedrich devient en 2015 le 1er à réussir la performance en solo et à la rame de Béring à Baffin. Pour y parvenir, l’aventurier de 57 ans a dû faire preuve d’une ténacité démesurée et d’un esprit marin exceptionnel.

2013, une saison dans un des climats les plus rudes du Monde

Dès le départ de Wales (Alaska) le 1er juillet 2013, le ton de l’expédition est donné : la mer des tchouktches est particulièrement inhospitalière. Déjà des falaises abruptes projettent les vents (catabatiques) vers le Rameur des Glaces. Charles Hedrich progresse lentement et développe la technique de « l’arpentage » avec la mise à l’ancre pour ne pas reculer ou être jeté à la côte. Il rencontre la glace à Barrow, les ours à Kaktovik et se fait soulever par une baleine intriguée avant qu’elle le repose habilement sur la mer. Charles Hedrich a quand même douté avant de pouvoir apprécier ce contact unique... Il est finalement bloqué par les glaces à Tuktoyaktuk (Canada) après 3000 km parcourus. Le passage est fermé pour l’année, les garde-côtes recueillent les derniers voiliers en perdition.

2014, c’est la glace qui décide

Été arctique 2014, les pingos et le soleil sont très accueillants. Charles Hedrich reprend les rames là où il les avait laissées. Á bord, il retrouve ses automatismes et s’accommode bien de son intérieur d’1 m2 tout compris (chambre, cuisine, dressing...). Malgré sa taille (1.94m), il se plie en 4 et se change systématiquement pour être au sec : un rituel indispensable dans ce climat d’humidité constante.

Les paysages sont magnifiques et le contact avec la faune toujours aussi présent. Avancer à la rame, sans moteur, dans le silence, a ses avantages : les animaux viennent à sa rencontre. Des phoques joyeux accompagnent cette année Charles Hedrich sur son parcours, essayant parfois de monter à bord. Tout au long de ces côtes sauvages, il doit gérer le vent. Il est capricieux, changeant, jamais là où on l’attend et fait bouger la banquise. C’est bien lorsque le vent est absent qu’il rame le mieux. Pour avancer rapidement dans cette partie du Globe, les voiliers sont généralement au moteur. Charles Hedrich, lui, progresse à 5 km/h en moyenne à la force des bras quand tout va bien. Sur sa route, il croise des Inuits, chasseurs de caribous à proximité des villages où il fait parfois escale. Sa rusticité l’aide fondamentalement à tenir. Ramer 24h par jour n’est pas un souci pour lui tant que c’est le moyen de réussir. Il est en veille la plupart du temps et dort par sommeil flash de 10 minutes.

2014 est l’année de tous les records de glace dans le mythique passage. La saison de navigation a été réduite au minimum. Après 2000 km parcourus, Charles Hedrich hiverne à Taloyoak début septembre. Les Inuits sont sympathiques et intrigués par cet homme venu de Béring, à 5000 km de là, à la force des bras : c’est du jamais vu pour eux.

2015, la réussite de l’exploit polaire

Août 2015, Charles Hedrich s’attaque à la partie la plus nord du passage. Á peine arrivé, sur place le maire de Taloyoak a déjà tout prévu : le Rameur des Glaces est remis à flot par les villageois. Il ne faut pas perdre de temps, la route est encore longue et les conditions météo incertaines. 1000 km pour finir. Le bateau est prêt, l’aventurier aussi mais la glace n’a pas encore décidé de s’écarter. Il faut attendre. C’est le 13 août qu’il peut enfin reprendre la route mais au bout de quelques heures, c’est en mer à l’abri de la côte que Charles Hedrich est obligé d’attendre encore 7 jours et 7 nuits pour que le vent faiblisse et change de sens. Le vent de face ne se remonte pas, sauf au moteur, et l’aventurier n’en a pas. La patience et la détermination sont nécessaires.

Enfin, il se faufile dans l’ouverture laissée par la glace et le paysage change très vite. La banquise se retire. Il arrive au fameux détroit de Bellot qu’il avait déjà emprunté à bord du Glory Of The Sea en 2009 lors du 1er Tour du Monde à la voile par les 2 pôles, mais à la rame tout est différent. Cet étranglement génère des vents et des courants que le Rameur des Glaces subi. Á sa sortie, il y a même une espèce de « rapide » avec des tourbillons. Charles Hedrich gère tant bien que mal et ressort indemne direction la mer de Baffin. Plus que 500 km !

Une rencontre humaine est programmée pour le 2 septembre sur le Soleal, navire de croisière de luxe de 142 mètres de long (7 mètres pour le Rameur des Glaces). La routine du solitaire est modifiée. L’aventurier improvise une conférence pour ce public captivé et pionnier. Respectueusement remis au point de rencontre, Charles Hedrich poursuit sa route en solo. Il échappe à une attaque d’ours blanc, se fait surprendre par des icebergs d’1 km de long... La saison avance, il est dans les temps, mais il faut se dépêcher, l’hiver arrive vite dans ces régions polaires. Le vent contraire fait encore des siennes et ne veut pas le laisser progresser. Michel Meulnet, le routeur en liaison par téléphone satellite, est essentiel dans ce cas : il ne faut pas louper les rares fenêtres météo. Le soleil décline chaque jour un peu plus et ses rayons sont de plus en plus bas. Charles Hedrich ne peut plus recharger les batteries de son téléphone satellite dont le niveau ne cesse de baisser. Il ne garde que l’essentiel : un contact quotidien avec le routeur. D’autant qu’il doit encore attendre dans l’île de Bylot : 1, 2, 3, 4, 5 jours sans bouger. Une épreuve de fair-play intéressante.

Accalmie annoncée, Charles Hedrich saute sur ses rames et attaque les 35 km qui le séparent de Pond Inlet : l’arrivée. Mais pour pimenter les choses, un incendie sérieux se propage à bord. L’aventurier extirpe le réchaud grâce à des gants trempés dans l’Océan arctique. Quelques dégâts matériels dans la cabine, une main légèrement brûlée et des poils roussis. Une dernière frayeur qui aurait pu mal tourner et Charles Hedrich entame la dernière ligne droite. Quelques habitants prévenus par Facebook sont sur la plage. Ils ne sont pas victimes d’une hallucination. Charles Hedrich est bien là, après 6000 km à la rame, 165 jours de mer, 2 hivernages, un passage du Nord-Ouest dans les bras. Le changement climatique illustré par le sport et l’aventure Aventure ... toute une histoire.


Voir en ligne : Info presse www.charleshedrich.com


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message


Dans la même rubrique

L’Atlantique à la rame

Rame Guyane : Antonio De La Rosa a remporté l’édition 2014

Antonio De La Rosa a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée de la 4e édition de Rames Guyane, course transatlantique à la rame, ce dimanche 21 décembre à 14 heures 48 minutes. Le rameur a mis 64 jours, 2 heures et 48 minutes pour rallier Cayenne depuis Dakar d’où il s’était élancé le 18 octobre dernier en compagnie de 17 autres concurrents.
Lire la suite →

GP Guyader

Le Morbihannais Yannick Laousse remporte la course de sélection des kayaks de mer

C’était une grosse journée pour les Kayak de mer qui couraient pour la sélection de l’équipe de France. Le vainqueur est le Morbihannais Yannick Laousse, déjà sacré champion de France.
Lire la suite →

ARCTIC PASSAGE

Anne Quéméré vise maintenant le passage du Nord-Ouest en kayak

Après ses traversées solitaires de l’Atlantique et du Pacifique, à la rame et en kiteboat, Anné Quéméré se lance un nouveau défi en 2013, l’ARCTIC PASSAGE : rien moins que le mythique passage du Nord-Ouest… en kayak. En fonction de l’évolution des glaces, l’expédition devrait intervenir entre juin et septembre prochain.
Lire la suite →

Aventure

Liz Wardley veut se consoler du Vendée Globe par une traversée de l’Atlantique en pirogue

Plus de deux mois après la rupture du contrat la liant à un pseudo-sponsor et malgré le lancement d’un nouveau projet Vendée Globe 2012, ayant permis de nouer quelques contacts, Liz Wardley est mise devant le fait accompli. De sponsor prêt à l’accompagner dans ce tour du monde, à boucler les 500 000 € de budget nécessaire, il n’y aura pas.
Lire la suite →

Bouvet Rame Guyane

Pascal Vaudé : "J’ai bouclé la boucle en remportant cette édition"

Un crachin accompagnait l’arrivée victorieuse de Pascal Vaudé ce matin. Un crachin genre breton sinon que la température est déjà douce au jour levant. L’eau jaune/marron charriée par les fleuves voisins ne donne pas envie d’aller se baigner. La mer levée par les hauts fonds est brutale et escarpée. Pascal a vécu ces dernières 48 heures en mer non sans une pointe d’anxiété vu le temps ponctué par les grains parfois violents et un courant puissant.
Lire la suite →

A la une

Imoca

Défi Azimut : Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet s’adjugent une victoire construite tout au long des 221 milles des 24H

Toujours aux avant-postes de la course des 24H AZIMUT-IMOCA 60, Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet décrochent la victoire au terme d’une navigation exemplaire, ne laissant, au fil des milles, aucune chance à leurs plus proches concurrents de leur voler la vedette à l’arrivée du parcours au large des côtes bretonnes. Après un ultime virement de bord dans les courreaux de Groix, Paul Mailhat et Gwénolé Gahinet ont coupé la ligne à 14h02, ce samedi 23 septembre, après 20h et 29 mn de course rondement menée, où ils n’ont cessé de démontrer que la paire parfaitement entraînée qu’ils forment fonctionne et performe.
Lire la suite →

Course au large

Lorient-Les Bermudes-Lorient : Revival en 2019 avec les multicoques géants

La transatlantique à la voile Lorient-Les Bermudes-Lorient partira de Lorient La Base au printemps 2019, 40 ans après sa première édition. Cette nouvelle édition, proposée au territoire par Lorient Grand Large, l’association en charge de l’animation du seul port entièrement dédié à la course au large dans le monde, le site de Lorient La Base, partira au printemps 2019, et se courra en équipage sur un sprint équivalent à deux transatlantiques. Elle sera ouverte aux multicoques Ultim Ultim #Ultim #multicoque , qui l’ont inscrite à leur calendrier, et les autres classes sont les bienvenues.
Lire la suite →

Défi Bemedia

Yvan Bourgnon : "Ce Défi a été à coup sûr le plus difficile de tous ceux que j’ai accompli depuis 7 ans"

Deux mois et six jours : c’est le temps qu’il aura fallu à Yvan Bourgnon pour boucler son défi Bimedia. Parti le 13 juillet dernier de Nome en Alaska, Yvan a rejoint Nuuk, capitale du Groenland, point final de son extraordinaire périple : le passage du Nord-Ouest, qui relie l’Océan Atlantique à l’Océan Pacifique, en passant par les îles arctiques du grand Nord Canadien, sur un catamaran de sport Catamaran de sport #catamaran en solitaire, sans habitacle, ni assistance !Un exploit sportif hors-norme, qui avait également pour but de sensibiliser le grand public aux effets du réchauffement climatique.
Lire la suite →

Team Banque Populaire

Maxi Solo Banque Populaire IX : Mise à l’eau fixée au 16 octobre à Lorient

Après deux années et plus de 135 000 heures de chantier depuis fin 2015, le nouvel Ultim Ultim #Ultim #multicoque , le Maxi Banque Populaire IX sera mis à l’eau le 16 octobre* à Lorient, où s’achève actuellement sa construction. Concentré de haute technologie et d’innovations, le trimaran de 32 mètres a été conçu pour voler en toute sécurité à des vitesses désormais proches de 50 nœuds.
Lire la suite →

Figaro-Bénéteau

Nicolas Lunven : "Je suis maintenant pour la première fois Champion de France Elite de course au large"

Nicolas Lunven clôture sa saison 2017 sur le circuit des Figaro Bénéteau 2 par une deuxième place sur la Douarnenez Fastnet Solo. Le navigateur, originaire de Vannes, remporte de ce fait le titre de Champion de France Elite de Course au Large décerné par la Fédération Française de Voile. Le skipper Generali a réalisé une année quasi sans-faute à bord de son monotype Monotype #sportboats rouge en remportant la Solo Maître Coq aux Sables d’Olonne, La Solitaire Urgo Le Figaro pour la deuxième fois et le Tour de Bretagne à la voile avec Gildas Mahé. Ces victoires et cette régularité aux avant-postes sont une sacrée récompense pour le membre du pôle Finistère de course au large qui n’a pas cessé depuis 10 ans d’améliorer son niveau de jeu sur ce circuit si difficile. C’est la fin d’un cycle pour Nicolas qui va dès octobre et jusque juin 2018 embarquer à bord du voilier « Turn Tide on Plastic » de la Britannique Dee Cafari à l’occasion de la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace , tour du Monde en équipage et avec escale.
Lire la suite →

dimanche 24 septembre
  Visiteurs connectés : 52

accueil en français home page in english

seasailsurf

Partenaires


Evénements

Vidéos


Météo



SEASAILSURF Wear

T-shirt Dronautic
T-shirt femmes blanc Dronautic®
T-shirt ML Dronautic
T-shirt Manches longues blanc Dronautic®

Réseaux





Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.