Vous êtes ici : Accueil » FR-MER » Voile » Classique » Panerai Transat Classique : Altair l’emporte en temps réel en (...)

#MER Transatlantique

Panerai Transat Classique : Altair l’emporte en temps réel en Martinique

Stephane Benfield : "C’était une course très rapide, mais les deux derniers jours on a souffert"

D 21 janvier 2015     H 08:00     A Redaction SSS [Source RP]     > 3468 visites     C 1

#VoileClassique | #Portugal |

agrandir
La grande goélette aurique de 1931 s’impose en temps réel sur la Panerai Transat Classique 2015. Une remarquable performance pour Altair et son équipage qui se sont battus jusqu’à la ligne d’arrivée. Car derrière, les autres concurrents ne baissent pas les bras pour s’imposer en temps compensé.

A 13 heures 23 minutes et 53 secondes (heure martiniquaise), Altair, majestueuse goélette de 1931, a franchi en vainqueur (en temps réel) la ligne d’arrivée de la Panerai Transat Classique 2015, dans la baie de Fort-de-France. Pour être à la hauteur de cet événement, la météo a offert un magnifique spectacle, alternant ciel gris, passage de grains et, pour le final dans l’une des plus belles baies du monde, un chaud soleil qui ne voulait pas rater une telle fête. Depuis le rocher du Diamant, au Sud de l’île, l’équipage d’Altair a offert un show d’exception pour faire éclater son talent de manœuvrier : empannages, envoi du flèche, envoi du gollywobbler, affalages en série et plusieurs virements de bord pour rejoindre la ligne.

Sur les bateaux accompagnateurs, les photographes s’en donnaient à cœur joie et il était impossible de ne pas vibrer devant tant de puissance et d’harmonie : lorsque la navigation devient un art. Après un dernier virement bord, Altair s’adjugeait donc la première place en temps réel de la Panerai Transat Classique 2015, en 13 jours 3 heures 12 minutes et 53 secondes, à environ 8,8 nœuds de moyenne. La joie de l’équipage emmené par son capitaine Stephane Benfield était irradiante, et Joe Pytka et ses deux filles Sasha et Ariel partageaient cette allégresse. Un moment inoubliable pour eux tous après une course transatlantique menée tambour battant. Bravo à tout l’équipage d’Altair ! A peine amarré à la pointe Simon, Altair et son équipage se voyait assailli de reporters TV et radio pour de premières interviews. L’équipage recevait aussi, des mains des hôtesses de l’Office du Tourisme de Fort-de-France, un bouquet de fleurs exotiques, un splendide panier de fruits de la Martinique et un verre du cocktail emblématique des Antilles. Après tant de jours de mer, la fête peut commencer à terre.

La course n’est pas finie

Attention, neuf équipages sont encore en mer, bien décidés à venir contester la suprématie d’Altair en temps compensé. Tant que le dernier bateau n’a pas franchi la ligne, tout reste possible. Amazon devrait être le prochain à franchir la ligne d’arrivée à Fort-de-France, peut-être demain dans la soirée, selon les caprices d’Eole. Sur Argyll, l’équipage se donne à fond, grignotant milles après milles : des efforts récompensés, avec un gain d’une place au classement réel, au détriment d’Adventuress. Tous les poursuivants, de Faïaoahé à Desiderata, en passant par Corto, Gweneven, The Blue Peter et Vagabundo II ont la manivelle de winch entre les dents. Après plus de 13 jours de mer, les marins sont affûtés comme jamais et les bateaux menés avec précision et dextérité. Lorsque le podium se joue à la minute, le moindre relâchement est synonyme de rétrogradation. Hors de question pour les voiliers encore en course !

Stephane Benfield, capitaine d’Altair : « Pour les dix premiers jours on ne peut avoir de meilleures conditions pour un bateau comme Altair. Il y avait 2 », 30 nœuds de vent : on a tout envoyé et on a marché à fond tous les jours, tous les jours, tous les jours… Je n’imaginais jamais faire une traversée comme ça dans ma vie. On a fait 2 000 milles en huit jours ! On faisait 268 milles, 264, 272 par 24 heures, à peine une différence de quelques milles tous les jours. Le bateau marchait à 11,5, 12 nœuds en permanence : c’était magnifique. Notre maximum a été de 16,2 nœuds !

C’était une course très rapide, mais les deux derniers jours on a souffert. C’est vraiment dommage. Il n’y avait pas beaucoup de vent et beaucoup de houle, beaucoup de grains avec le vent qui changeait complètement de direction et on a perdu beaucoup de temps. Toujours, quand on arrive près des Caraïbes, on veut aller dans une direction, mais avec les angles de vent on va par là ou par là, ailleurs. On ne voulait pas se servir du tangon avec la houle. Il y avait beaucoup de refus (le vent s’oriente dans une mauvaise direction par rapport à la route suivie, ndlr) et faire un empannage avec un bateau comme ça, il ne suffit pas juste de dire « Allez, on empanne ! ». Ça prend 20 à 30 minutes. Les empannages que l’on fait depuis le rocher du Diamant étaient parfaits. On a eu le temps de s’entraîner en 3 000 milles de course. »


Voir en ligne : Info presse www.paneraiclassicyachtschallenge.com


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message


Dans la même rubrique

Frégate Hermione

L’Hermione est de retour à Rochefort

Une première campagne d’essais en mer très positive : des performances nautiques au-delà des attentes et un équipage de professionnels et de volontaires prêt pour la traversée de l’Atlantique en 2015.
Lire la suite →

Voiles de Saint-Tropez

Partridge remporte à St Tropez le Trophée Rolex 2014

Auteur d’un parcours sans faute depuis le début de la compétition, le cotre aurique victorien Partridge remporte le Trophée Rolex 2014. Une très belle victoire pour ce voilier construit en 1885 qui a réussi à composer avec une météo capricieuse et des conditions très changeantes. En remportant la victoire, Partridge s’empare non seulement du Trophée mais également d’une montre Rolex Submariner.
Lire la suite →

Panerai Transat Classique

Pascal Stefani : "La Panerai Transat Classique 2012 restera un moment exceptionnel"

À 15h49 (heure de La Barbade), White Dolphin a franchi la ligne d’arrivée de la Panerai Transat Classique 2012 et inscrit son nom au palmarès de cette course d’exception pour voiliers exceptionnels.
Lire la suite →

Lakelands & Inland Waterways Ireland Sailing Raid

Un raid en Irlande dominé par des skippers étrangers

Plusieurs skippers sont venus de 7 pays parfois lointains, (Japon !), pour participer pendant 7 jours à cette épreuve de 195kms. Certains venus avec leurs propres bateaux, d’autres s’étaient procuré des Shannon O.D. ou des Water Wags irlandais. Les skippers étrangers ont remporté finalement deux des prestigieuses classes traditionnelles irlandaises, Shannon O.D. et Water Wags. Seule l’Irlandaise Monica Schaefer réussit à sauvegarder l’orgueil national en gagnant la classe Open.
Lire la suite →

Histoire

L’Hermione touche l’eau après 15 ans de construction

Vendredi 6 juillet 2012, 65 000 personnes sont venues fêter à Rochefort la sortie de l’Hermione de la cale de construction, la double forme de radoub de l’arsenal de Louis XIV où la coque était en chantier depuis 15 ans.
Lire la suite →

A la une

Régate

5e Monaco Sportsboat Winter Series • Act 3 : Ludovico Fassitelli (Junda – Banca del Sempione) continue sur sa lancée

Près d’une cinquantaine de bateaux et 150 régatiers de 9 nationalités étaient de nouveau sur le pont pour le troisième acte des Monaco Sportsboat Winter Series, série de régates organisées une fois par mois entre octobre et mars, par le Yacht Club de Monaco.
Lire la suite →

Tour du monde en équipage

Volvo Ocean Race : Cap sur Melbourne pour une 3e étape où les points comptent double

Le départ de la troisième étape de la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace a été donné dimanche à 12:00 UTC du Cap. Dans 25 nœuds de vent, Dongfeng Race Team a bouclé en tête le parcours préliminaire de cette longue étape de 6500 milles à destination de Melbourne, une étape capitale, puisque les points comptent double !
Lire la suite →

Trimaran Macif

Trophée Alain Colas : François Gabart a passé l’équateur avec 5 jours 13 heures et 23 minutes d’avance sur le temps de référence

Une semaine après avoir passé la longitude du Cap Horn, François Gabart a signé un nouveau chrono exceptionnel à l’équateur, franchi ce dimanche 10 décembre à 11h35, soit 36 jours 01 heure et 30 minutes après son départ d’Ouessant. Le skipper du trimaran MACIF compte donc désormais 5 jours 13 heures et 23 minutes d’avance sur le temps de passage de l’actuel détenteur du record Record #sailingrecord du tour du monde en solitaire, Thomas Coville, qui avait basculé dans l’hémisphère Nord après 41 jours 14 heures et 53 minutes. Il signe en outre le deuxième temps absolu, équipage et solitaire confondus, sur le parcours Ouessant-équateur dans le sens de la montée, seuls Francis Joyon et ses cinq hommes d’équipage sur IDEC Sport ayant fait mieux à ce jour (35 jours 4 heures et 09 minutes).
Lire la suite →

Ultim Actual

Tour du monde à l’envers : Yves Le Blevec se prépare à attaquer le Horn en milieu de semaine prochaine

« Yves est entré dans le vif du sujet » , résume son routeur Christian Dumard. Le long des côtes sud-américaines, le skipper Actual, engagé depuis près de deux semaines sur sa tentative de tour du monde à l’envers en Ultim Ultim #Ultim #multicoque , négocie, depuis deux jours, système dépressionnaire après système dépressionnaire. Une situation tendue qu’Yves commence à bien maîtriser, avant d’attaquer le Horn en milieu de semaine prochaine.
Lire la suite →

Golden Globe Race

Golden Globe Race 2018 : 23 participants à un stade avancé pour partir des Sables le dimanche 1er juillet

La Golden Globe Race Golden Globe Race Golden Globe 2018 partira des Sables d’Olonne le dimanche 1er juillet 2018. L’événement marque le 50e anniversaire de la course du Golden Globe du Sunday Times en 1968/9, date à laquelle les concurrents pouvaient partir des ports du nord de la France ou du Royaume-Uni entre le 1er juin et le 31 octobre. Neuf aventuriers avaient pris le départ incluant les Français Bernard Moitessier et Loïc Fourgeron. Mais un seul d’entre eux est parvenu à bon port - Robin Knox-Johnston et son yacht Suhaili. Moitessier, naviguant sur le bateau le plus grand et le plus rapide, Joshua, aurait pu gagner (il a passé le Cap Horn 17 jours derrière le Suhaili) mais au lieu de chasser Knox-Johnston dans l’Atlantique, Moitessier a tourné vers l’est pour commencer une deuxième circumnavigation - " pour sauver mon âme" a-t-il dit.
Lire la suite →

mardi 12 décembre
  Visiteurs connectés : 24

accueil en français home page in english

seasailsurf

Partenaires


Evénements

Vidéos


Météo



SEASAILSURF Wear

Blue Sweat SeaSailSurf
Veste à capuche multicolor (choisissez celle que vous préférez) avec zip central. Impression des logos en bleu permanent.
T-shirt manches courtes
SeaSailSurfeuses : choisissez la couleur de votre t-shirt.

Réseaux





Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.