Vous êtes ici : Accueil » FR-VOILE » Large » Monocoques » Open 40’ / 60’ » Arnaud Boissières : "je rêve d’être à nouveau dans quatre ans au (...)

mardi 28 février
  Visiteurs connectés : 32

accueil en français home page in english

seasailsurf

Partenaires


Evénements

Vendée Globe

Site officiel | Cartographie | Cartographie 2D | Archives SeaSailSurf


Francis Joyon

Site officiel | Cartographie | Archives SeaSailSurf


Vidéos


Météo



SEASAILSURF Wear

Tshirt ML Stand-Up
"Stand Up & Ride" pour les SeaSailSurfer à paddle.
Sweat-shirt Stand-Up
"Stand Up & Ride" pour les SeaSailSurfeuses à paddle.

Réseaux







Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.





#VOILE Vendée Globe

Arnaud Boissières : "je rêve d’être à nouveau dans quatre ans au départ"

Le skipper de La Mie Câline se classe dixième et boucle le parcours en 102 jours, 20 heures et 24 minutes

D 17 février 2017     H 16:30     A Redaction SSS [Source RP]     > 4938 visites     C 1

#LesSablesdOlonne | #IMOCA | #VG2016 |

agrandir
Une foule é-nor-me, un soleil radieux, un skipper ému mais déjà déterminé à y retourner… Il y a des matins comme ce vendredi aux Sables d’Olonne, qui confirment que le Vendée Globe est une formule magique. Second après Armel Le Cléac’h à terminer trois fois consécutivement ce tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance, Arnaud Boissières confirme qu’il est un grand marin. Le skipper de La Mie Câline entre ainsi dans l’histoire et promet qu’elle ne s’arrêtera pas là.

« Et un, et deux, et trois Vendée Globe ! »

Des milliers de petits drapeaux jaunes s’agitent pour accompagner ce slogan qui sonne comme une évidence entre les quais de Port Olona. La Mie Câline vient de faire son entrée à 10 heures dans ce chenal quitté 102 jours plus tôt, sous un soleil printanier. A l’étrave ou perché sur le balcon avant, Arnaud Boissières lève tantôt les poings, enfile des gants pour allumer de nouveaux feux de bengale et se frotte les yeux. Oui, les quais sont noirs de monde. Les conditions – vacances scolaires et soleil - sont certes idéales mais Cali confirme encore une fois qu’il est bien le chouchou des Sablais. Sur le ponton, Jacques Caraës, le directeur de course, confirme « qu’il n’a jamais vu autant de monde, même pour les premiers ! » Micro à la main, Arnaud rend hommage à ce public qu’il redoutait moins nombreux : « Mon arrivée était incertaine. Ça devait être hier soir, ce matin, encore hier soir, finalement ce matin. Et puis, je fais 7e à mon premier Vendée, 8e au deuxième, là dixième, les gens auraient pu se dire « ras le bol ». Franchement, vous me mettez sur le c… » déclarait manifestement ému le skipper sur le podium une fois son IMOCA amarré. Hirsute, toujours en short, bottes et collants polaires, le marin pouvait savourer « cette journée récompense qui ne doit pas faire oublier les galères ». Retour en quelques mots clés sur ces 102 jours de mer.

Consécutifs : Arnaud est le second marin après Armel Le Cléac’h à terminer trois Vendée Globe consécutif. Quelques statistiques pour éclairer la valeur maritime de cet exploit : Sur les 92 skippers qui ont couru depuis 1989 au Vendée Globe, 19 y ont participé au moins trois fois. Parmi eux, seulement quatre (Dominique Wavre, Jean Le Cam, Mike Golding et Jean-Pierre Dick) ont été classés trois fois. Auxquels s’ajoutent donc Armel et Arnaud qui signent cette performance de manière consécutive.

Performance : « C’est ma plus mauvaise place en trois participations. Mais je vois cette dixième place comme une victoire. Une victoire de la ténacité et aussi une victoire collective. Celle de mon équipe et de mes partenaires qui ont cru en moi alors que ce projet a démarré très tard ».

Avaries : « Ce qui est dur, c’est lorsque les avaries surviennent à répétition. Le doute s’installe, tu navigues moins bien, tu freines… Je n’ai pas honte de dire que j’ai pleuré de rage, notamment avec l’histoire des chariots de grand-voile. C’est de ma faute, c’était à moi de prendre la décision avant le départ de les changer et d’y affecter un budget. C’est comme la trappe de ballast, je m’en veux aussi. En tout, j’ai affalé cinq fois la grand-voile, à chaque fois dans des conditions dures. A chaque fois, je ne me sentais pas capable physiquement de le refaire. Alors, quand tu y arrives et que tu vois qu’en plus ça fonctionne, c’est comme un arc en ciel ».

Superstition : « Je ne l’ai pas dit avant le départ, mais depuis le Vendée Globe 2013, je n’avais pas terminé une seule course. Abandon en Class40 dans la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum , abandon sur la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 en IMOCA. Et puis ce bateau, La Mie Câline, qui avait été fait pour Jean-Pierre Dick en 2008 n’avait jamais terminé un Vendée Globe. C’est aussi pour tout ça que je ne voulais pas abandonner ».

Cap Horn : « Je sais que j’ai envoyé une vidéo où je faisais la g… et que certains n’ont pas compris. Mais en mer, tu ne peux pas fêter le cap Horn comme tu le fais à terre. Je sortais d’une phase difficile, je m’étais fait doubler, et je savais qu’il y avait encore une dépression devant. C’est un moment de la course où j’étais fatigué, très tendu, avec la boule au ventre. »

Ange gardien : « J’ai hâte d’aller accueillir Fabrice, il a été un peu mon ange gardien pendant la moitié du tour. On n’avait aucune raison de devenir amis mais c’est vrai qu’on a beaucoup échangé. J’ai apprécié sa franchise, je lui ai dit mes avaries, lui les siennes. On a discuté comme deux êtres humains ordinaires plutôt que comme deux voileux et ça fait du bien ».

Foilers : « L’évolution m’inspire beaucoup de confiance … et de l’envie bien sûr. De la confiance parce que ils ont finalement très peu cassé. De l’envie parce que c’est l’avenir. Mais refaire un Vendée Globe sur un foiler acheté un an avant le départ, non. Il faut construire une vraie campagne, se donner le temps d’apprendre à naviguer sur ces bateaux, de casser, de faire évoluer. Dans ces conditions, je rêve d’être à nouveau dans quatre ans au départ »

Paternité : « Ça a été un poids, une pression supplémentaire. C’est aussi très dur pour ceux qui restent, j’en ai conscience. Je crois qu’on ne refera pas d’enfant avec Julia à 1 mois d’un départ de Vendée Globe ! »


Voir en ligne : Info presse www.lequipedarnaud.fr


Portfolio

2 votes
Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message


Dans la même rubrique

CommeUnSeulHomme

Eric Bellion : "La peur a été présente pendant tout le Vendée Globe"

Eric Bellion (CommeUnSeulHomme) a franchi la ligne d’arrivée du 8e Vendée Globe, lundi 13 février 2017 à 17 heures 58 minutes et 20 secondes (heure française) à la 9e du classement général. Premier bizuth, le marin de 40 ans boucle son tour du monde en 99 jours 04 heures 56 minutes et 20 secondes, sur un Imoca de la génération 2008 – l’ex DCNS-. Éric termine ainsi une giration de 28 048 milles sur l’eau, à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 11,78 nœuds.
Lire la suite →

Carac 2

Class 40 : Un nouveau plan Lombard pour Louis Duc

Le 5 janvier dernier, devant l’ensemble de leurs salariés, les dirigeants de la Carac ont annoncé la bonne nouvelle : la mutuelle d’épargne reprend le large pour les deux prochaines saisons sportives aux côtés du skipper Louis Duc qui sera cette fois à la barre d’un tout nouveau Class40, innovant et conçu entièrement par des entreprises de l’Ouest de la France.
Lire la suite →

Spirit of Hungary

Vendée Globe : Le Hongrois Nandor Fa a franchi la ligne d’arrivée à la 8e place

Le Hongrois Nandor Fa (Spirit of Hungary) a franchi la ligne d’arrivée aux Sables-d’Olonne le 8 février à 11 heures 54 minutes 09 secondes (heure française). II s’empare d’une très belle 8e place pour sa troisième participation au Vendée Globe. Son temps de course est de 93jrs 22h 52mn 09s. Il a parcouru 27 850 milles à 12,35 noeuds de moyenne.
Lire la suite →

Vendée Globe

Louis Burton : "Je me suis fait massacrer au Cap Horn, ça a été ma plus grosse épreuve"

Heureux d’en finir avec son tour du monde en solitaire, qu’il boucle pour la première fois, le skipper de Bureau Vallée arrivé en septième position aux Sables-d’Olonne a répondu aux questions des journalistes, lors de sa conférence de presse.
Lire la suite →

Vendée Globe

Yann Eliès : "la bagarre avec Jean aura véritablement marqué mon Vendée Globe"

A 16h13, ce mercredi 25 janvier, Yann Eliès a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe, au large des Sables d’Olonne. Le skipper de Quéguiner – Leucémie Espoir s’est ainsi octroyé la cinquième place (premier bateau non équipé de foil Foil #foil ) de l’épreuve au terme de de 80 jours de mer et des poussières, mais aussi et surtout au terme d’une incroyable aventure Aventure marquée par des problèmes de hook de grand-voile, une effroyable tempête au large de la Nouvelle-Zélande, un duel de toute beauté avec Jean Le Cam sur près de la moitié du parcours et un finish haletant à seulement 1h25 du quatrième et 1h43 du le sixième. Ses premières impressions à chaud !
Lire la suite →

A la une

FFVoile

Fédération Française de Voile : Jean-Luc Denéchau ou Nicolas Hénard nouveau président le 25 mars

Le 25 mars prochain se tiendra à Paris l’Assemblée Générale de la Fédération Française de Voile avec, comme tous les 4 ans, l’élection de son Conseil d’Administration et de son Président. Le scrutin de liste proportionnel à 1 tour permettra aux représentants des Ligues régionales de désigner les membres du Conseil d’administration. Jean-Pierre Champion, actuel Président, a de son côté choisi de ne pas de se représenter. Deux listes officielles ont été déposées : celle de Jean-Luc Denéchau et celle de Nicolas Hénard.
Lire la suite →

Natation en mer

Pierre Julian Pourantru veut traverser la Manche à la Nage en juin 2017

Nageur depuis l’âge de 3 ans, spécialisé en nage en eau libre et élève-ingénieur à l’INSA de Lyon, Pierre Julian Pourantru, 22 ans, s’est lancé le pari un peu fou de traverser la Manche à la Nage en juin 2017. Soit un peu plus de 45 Kms à parcourir en 10h de nage dans une eau en dessous de 15°C et en maillot de bain !
Lire la suite →

Foil

La Semaine Affoilante : 3e édition du 5 au 9 avril à l’ENVSN

Plus grand événement rassemblant les dériveurs, surfs, planches, kitesurfs, …, équipés de foils, la 3e édition de La Semaine Affoilante® se déroule du 5 au 9 avril en Baie de Quiberon. Berceau du foil Foil #foil et terrain de jeu idéal pour la voile légère, la Baie de Quiberon va se parer d’une multitude d’engins reposant sur ces « ailes » profilées permettant de gagner en vitesse Vitesse #speedsailing et de voler littéralement sur l’eau.
Lire la suite →

Retours aux Sables

Vendée Globe : Le “crazy kiwi" Conrad Colman se classe seizième

Le Néo-Zélandais Conrad Colman a rajouté une nouvelle page à la légende de l’Everest des mers, lorsqu’il a franchi la ligne d’arrivée de cette huitième édition sous gréement de fortune, le 24 février 2017, à 15 heures 00 minutes et 41 secondes (heure française) . Conrad Colman (Foresight-Natural Energy) prend la seizième place du Vendée Globe, qu’il a parcouru en 110 jours 1 heure 58 minutes et 41 secondes, à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 10,57 noeuds pour 27 929 milles.
Lire la suite →

Class 40

Jean Galfione : « Le chantier d’hiver suit son cours »

Modifier le gréement pour le passer sur emmagasineur, reprendre les peintures de la carène, revoir légèrement les réservoirs de fioul, effectuer un peu de stratification ici et là : voilà, dans les grandes lignes, ce qui figurait sur la job-list de Jean Galfione pour son chantier d’hiver. Un chantier a pour but de faire gagner son Class40 en performance pour la saison à venir mais aussi et surtout de l’adapter à sa façon de fonctionner. Pour l’heure, celui-ci suit son cours dans les temps impartis, chez PL Yachting, à Port-la-Forêt. Cela devrait donc permettre au skipper de Serenis Consulting de remettre, comme prévu, son bateau à l’eau à la mi-mars, puis de reprendre les entraînements dans la foulée avant de se présenter au départ de sa première course – le Grand Prix Guyader - fin avril.
Lire la suite →