Vous êtes ici : Accueil » FR-VOILE » Large » Multicoques » Ultimes » Ultimes en solitaire » Le vélo de Franck Cammas est-il légal ?

mercredi 26 avril
  Visiteurs connectés : 26

accueil en français home page in english

seasailsurf

Partenaires


Evénements

Vendée Globe

Site officiel | Cartographie | Cartographie 2D | Archives SeaSailSurf


Vidéos


Météo



SEASAILSURF Wear

T-shirt Dronautic
T-shirt blanc Dronautic®
TShirt Bio Stand-Up
"Stand Up & Ride" pour les SeaSailSurfeuses à paddle.

Réseaux







Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.





#VOILE Route du Rhum

Le vélo de Franck Cammas est-il légal ?

Le force des pieds n’est pas prise en compte dans les règles de course à la voile

D 5 novembre 2010     H 09:12     A Christophe Guigueno     > 5129 visites     C 1

#club #federation | #accastilllage | #RouteDuRhum | #Ultim #multicoque |

agrandir
agrandir
La question peut surprendre. En quoi le vélo de Franck Cammas qui lui permet, à bord du trimaran de 31,50 mètres Groupama 3, de se servir de la puissance de ses jambes pour monter sa grand-voile, pourrait-il bien être… illégal ? Et bien, tout simplement, parce que les règles de course de voile définies par l’ISAF interdisent tout autre action que manuelle sur les bouts d’un bateau !

La question est posée sur le site www.SailingAnarchy.com par un Hongrois qui avait été surpris en lisant un papier sur le blog ValenciaSailing à propos du vélo fixé sur le pont de Groupama 3. Une idée qui serait venue d’une discussion entre le skipper et le cycliste Bernard Hinault. Le Breton trouvait étonnant que des skippers ne se servent pas de la puissance de leurs jambes pour tirer sur les écoutes.

A bord du trimaran de 31,50 mètres de long, le plus lourd de la catégorie Ultime de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum 2010 (18 tonnes), monter la grand-voile demande un effort surhumain. Or, toute assistance électrique sur les winchs d’un bateau de course est interdite. L’équipe de Franck Cammas a donc installé un cadre de vélo pour qu’en pédalant Cammas puisse tenir la demi-heure que demande la montée complète de la grand-voile.

Si l’idée semble excellente, elle pose un problème. Comme le souligne Laszlo Szeremley depuis le lac Balaton en Hongrie (lire ici) ceci ne serait pas conforme à la règle 52 de l’ISAF.

Rule 52 : MANUAL POWER
- A boat’s standing rigging, running rigging, spars and movable hull appendages shall be adjusted and operated only by manual power.

- En français : Les gréements dormant et courant d’un bateau ainsi que les espars et ou les appendices mobiles de la coque doivent être ajustés ou actionnés par la puissance des mains.

Des mains ? Mais alors : Cammas qui se sert de ses pieds pour manoeuvrer sa grand-voile ?

Le Hongrois étant malin, il sait que les règles de la fédération internationale de voile peuvent être modifiées par les règles des fédérations nationales, de l’organisateurs de la course ou de la classe de bateau concernée.

Pour cette dernière, c’est simple, la classe ultime n’existe pas. Il n’y a donc pas de règle. On est dans le domaine du « no limit » cher à Bruno Peyron. La FFV qui valide les classe n’a donc pas de règle spécifique en ce qui concerne un trimaran géant comme celui de Franck Cammas.

Du côté de l’avis de course, voici le paragraphe qui concerne les sources d’énergie :

11- SOURCE D’ENERGIE
- 11.1 Aucun moyen de propulsion autre que la force du vent ne peut être employé en course (RCV 42.1).
- 11.2 Modification de la RCV 52 : les voiliers sont autorisés à employer une énergie autre que manuelle pour utiliser un pilote automatique. Pour les monocoques, cette énergie peut servir pour manœuvrer le système de ballast et/ou d’inclinaison de la quille.

Il est bien écrit « manuelle » concernant l’énergie avec une dérogation pour pour le pilote, électrifié, tout comme les pompes des ballasts des monocoques. Quant au maniement des quilles, il se fait par des pompes hydrauliques dont l’énergie est électrique, elle aussi. Rien n’est donc précisé en ce qui concerne l’énergie fournie par les cuisses et les pieds du skipper qui appuient sur des pédales pour faire tourner un winch qui, lui-même, fait monter la drisse de grand-voile.

Si bien entendu, il est impensable d’imaginer Franck Cammas puisse être disqualifié ou même pénalisé pour avoir utilisé la force de ses jambes pour manoeuvrer une voile de son bateau, est mise au jour une coquille des règles de course internationales. Comme il est bien fait remarqué par un Anarchist sur le forum du site américain, il suffirait de changer force « manuelle » par force « humaine » dans les textes. Mais de là à imaginer des bateaux équipés de nuées de pédaliers pour manoeuvrer les voiles… heureusement, les Class America lourds et puissants ne sont plus. Ils ont été remplacés par des trimaran légers et ailés…

Ch. Guigueno

Plus d’infos sur :
- Cammas / Groupama : www.cammas-groupama.com
- Sailing Anarchy : www.sailinganarchy.com
- ISAF : www.sailing.org
- FFV : www.ffvoile.fr
- Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum - La Banque Postale : www.routedurhum-labanquepostale.com

67 votes

2 Messages

  • La bonne traduction de "by manual power" c’est "par la force musculaire." Alors la question ne se pose plus ...

    • En effet, d’après le traducteur de Google, "manual power" pourrait être traduit par "force musculaire" ce qui clorait le débat si l’avis de course de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum ne parlait d’ "énergie manuelle". Quant au Harrap’s, il donne "à la force des mains". "A la force du poignet" dirait VDH ! Qui a une réponse ? si un arbitre fédéral lit SeaSailSurf.fr, ou si quelqu’un en croise un, qu’il donne son avis officiel…
  • La réflection du hongrois Laszlo Szeremley est peut-être pertinente ...en théorie ; dans les faits, elle ne l’est plus : Car enfin, même pour actionner un moulin à café, il semble bien que l’on soit bien obligé de prendre appui sur les jambes... ou aussi sur les genoux dans le cas d’un winch... (Voir les fesses si on reste assit !) Et alors, les termes utilisés par l’ISAF pourrait faire jurisprudence...

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message


Dans la même rubrique

Route du Rhum

Sidney Gavignet : " le bateau s’est couché à la verticale"

Hier, mercredi 3 novembre, à 16h48 CET (GMT+1), Sidney Gavignet a déclenché sa balise de détresse, bras de liaison tribord, flotteur et mât cassés. Une avarie grave survenu à quelques 250 milles des Açores alors que Oman Air Majan occupait la 5e place du classement et progressait à 18-20 nœuds au près dans une mer peu formée.
Lire la suite →

Route du Rhum - La Banque Postale

Sidney Gavignet déclenche sa balise de détresse

A 16h48 (GMT+1) Le skipper d’Oman Air Majan, Sidney Gavignet a appelé pour dire que son bateau avait subi une avarie majeure au niveau de la poutre avant sous le vent.
Lire la suite →

Route du Rhum-La Banque Postale

Jean Maurel : "Bertrand Quentin a été hélitreuillé"

Le skipper du foiler Côte d’Or 2 (classe Ultime) a été hélitreuillé. Epuisé, le skipper de l’ancien bateau d’Eric Tabarly n’était plus en mesure de manoeuvrer. C’est donc la direction de course de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum qui lui a demandé de déclencher sa balise de détresse afin que les secours soient mis en place.
Lire la suite →

Route du Rhum

Servane Escoffier : "je me suis fait le film du départ"

Dire que la belle baigne dans le Rhum depuis son plus tendre enfance ne serait pas flatteur, mais pourtant, dans la réalité Servane Escoffier a bien grandi des histoires de Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum plein la tête… Dimanche 31 octobre, elle s’élancera à son tour pour la deuxième fois sur la course à la barre de Saint-Malo 2015. Sereine à une semaine du départ, la malouine nous livre ses plus beaux souvenirs de Rhum.
Lire la suite →

Route du Rhum

9 Ultimes au départ de la 9e Route du Rhum

On les a découvert sous le nom de G-Class pour The Race, le tour du monde en équipage organisé par Bruno Peyron. Les organisateurs de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum ont préféré « Ultime » pour définir cette classe des géants.
Lire la suite →

A la une

#Ultim

The Bridge : Vincent Riou et Billy Besson embarquent à bord de Sodebo Ultim’

Lancement de la saison le 25 juin prochain avec comme perspective, une confrontation inédite entre quatre gigantesques multicoques menés en équipage et le Queen Mary 2. Sodebo Ultim Ultim #Ultim #multicoque ’ et ses concurrents s’élanceront en effet le 25 juin de Saint-Nazaire en direction de New-York.
Lire la suite →

Figaro-Bénéteau

Solo Maître CoQ : victoire d’Adrien Hardy sur la 3e manche • Pierre Quiroga leader du général

Changement de décor sur la Solo Maître CoQ en cette deuxième journée de compétition en baie des Sables d’Olonne. Après le grand soleil et la dizaine de noeuds de vent d’hier, la grisaille et des conditions de navigation plus sportives ont animé le terrain de jeux de la flotte des 40 figaristes. Sur zone le vent de Nord-Est d’une dizaine de noeuds, qui soufflait le matin, est rapidement monté en puissance en tout début d’après-midi atteignant les 20-25 noeuds de moyenne, voir plus dans les rafales.
Lire la suite →

Voile olympique

World Cup Series France : Début des régates à Hyères

Du 25 au 30 avril se tient à Hyères la World Cup Series, rendez-vous français de la Coupe du monde de voile, qui regroupe l’élite mondiale. Avec plus de 500 coureurs, le spectacle promet de nouveau d’être au rendez-vous dans la baie hyéroise. Les 2.4mR et les kiteboarders débuteront la compétition dès ce mardi.
Lire la suite →

Mini 6.50 Arkema 3

Pornichet Select : Quentin Vlamynck deuxième des prototypes

Quentin Vlamynck participait ce week-end à la Pornichet Select, première épreuve du Championnat de France de Course au Large en Solitaire de la saison, à bord de son prototype Mini 6.50 Arkema 3. Parti de Pornichet le 22 avril vers 13h00, le skipper a franchi la ligne d’arrivée en 2e position à 5h22 ce lundi 24 avril, après 40 heures et 8 minutes de course. Bénéficiant de superbes conditions sur les 300 milles nautiques (555 km) du parcours, avec une pointe de vitesse Vitesse #speedsailing à 20,59 nœuds (37km/h), Quentin a su tirer profit de son innovante machine et démontré le potentiel de son bateau aux 24 autres prototypes engagés.
Lire la suite →

Griffon Solo

Mini 650 : Ian Lipinski a remporté la Pornichet Select 6.50 2017

C’est la deuxième victoire de la saison pour le navigateur lorientais d’adoption. Griffon.fr a coupé la ligne d’arrivée de cette classique du circuit à 2h50 ce matin avec 2h30 d’avance sur son poursuivant. C’est une belle démonstration de force alors que quasi l’ensemble des concurrents de la future Mini Transat était sur la ligne de départ.
Lire la suite →