SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse

Pipof à la plage

Pratiquer le kite après 45 ans : 60 sessions au cours de cette 4e saison

lundi 1er janvier 2018Christophe Guigueno

J’ai commencé le kitesurf Kitesurf #Kitesurf (kiteboard pour le FFVoile) à l’âge de 44 ans. Après cette 4e saison, la cinquantaine approche mais l’âge moyen des kitesurfers reste suffisamment élevé sur les plans d’eaux pour ne pas (encore) se sentir hors jeu. Cette année 2017 voit quand même le nombre de kitesurfeuses et jeune kitesurfers augmenter sur les plans d’eaux de Bretagne sud. Pas toujours pour le meilleur...

Pour ma dernière session de l’année 2017, j’ai emprunté la Fuse 7m2 et sa barre à un ami. Le vent soufflait à plus de 25 noeuds avec des rafales à 30 sur Fort-Bloqué et ma 9m2 était trop toilée pour les conditions. Mais cela s’est mal fini. Longeant la plage tribord amure, je vois un jeune kiteux revenir de la pointe de cailloux sur l’amure opposée. L’ayant repéré depuis plusieurs sessions en raison de ses manœuvres scabreuses, je choisis d’abattre pour passer largement en dessous et le laisser poursuivre bâbord vers l’autre côté de la plage. On arrive face à face. Il m’a forcément vu d’autant que j’ai un autre kitesurfer plus à mon vent qui arrive aussi tribord.

Et bien non ! Le gars décide d’envoyer un saut pour me retomber dessus en catastrophe. Mon aile s’engage dans ses lignes et "zip !" elle s’échappe vers la route. Le temps de comprendre que les 4 lignes ont fondu sous le choc des frottements (les lignes North fondent à 180 degrés pour ne pas trancher un os), je cours vers la plage et largue ma barre devenue orpheline. Des passants restent les bras ballants, surpris de voir cette aile débouler vers eux. Puis elle se pose. Et redécolle avant de finir sa course dans la dune à 5 mètres de la route où une famille l’a enfin bloquée. Merci... Belles sensations pour cette navigation du 29 décembre !

60 session dans l’année

Cette sortie en 7m2 était donc ma dernière navigation de l’année. Une année au cours de laquelle j’ai pu naviguer assez souvent puisque je suis de retour à plein temps en Bretagne. Cette année j’ai d’ailleurs réussi à tenir un agenda précis de mes navigations.

Voici le bilan :
- 1 session en Fuse 7m2
- 25 sessions en Log 9m2
- 24 sessions en Log 12m2
- 6 sessions avec ma nouvelle Furia 11m2
- 7 (petites) sessions avec le kitefoil

Sur ces 60 sessions, 40 se sont déroulées de mai à septembre 2017. C’est dire si c’est l’été que l’on navigue le plus facilement (malgré les zones de baignades qui limitent les spots). Pour naviguer plus l’hiver, j’ai donc investi dans une combinaison Ion 5,5-4,5 mm. C’est un vrai chausson qui maintient très bien au chaud quand il fait 10 degrés dehors. Mais le problème du kite n’est pas tant la température (de l’air ou de l’eau) que la force du vent (je reviendrai dans prochain post sur la météo et le test d’un Wezr). Le nombre de sorties en 9 m2 confirme une saison où le vent était plutôt aux alentours de 20 nœuds que de 15. Et les tempêtes de Noël ont apporté leur lots de sessions dans 30 - 40 nœuds. Il va donc falloir acheter une petite aile !

Nouvelles ailes et barre et amélioration des sauts

Cette année, j’en ai profité pour changer ma Takoon Log 12m2 de 2013 pour une Furia 11m2 de 2016. C’est un très bon choix même si le peu de condition 15-20 nœuds ne m’a pas permis de bien en profiter. Avec une barre 2017 et des lignes bien raides, cela change la vie. Du vieux matos pour débuter, c’est bien mais, les kites, c’est comme les voiles, ça se déforme avec le temps. Il faut changer régulièrement.

Avec une nouvelle barre et un aile plus propulsive, j’ai enfin pu progresser en saut. Il y a encore du travail pour monter mais avec une bonne aile, de bonnes lignes et une bonne planche (mon twintip Décathlon), je suis sur la voie du progrès. C’est finalement assez sympa de décoller et de tenter le demi-tour aérien. Pour les figures, va falloir travailler... ou laisser cela aux jeunes. ;-)

Le kitefoil en suspens

La veille de Noël 2016, je recevais le kitefoil Manta avec sa grosse planche verte, son mât et son fuselage en alu et ses ailes en fibre trouvés d’occasion sur Leboncoin. Je compte 7 tentatives à Gâvres d’une demi-heure - 3/4 d’heure maxi en relais avec un pote. Comme j’avais coupé le mât d’origine, cela a permis de voir avec celui de 25 cm et de faire du rodéo avec celui de 60 ! Au bilan : pas terrible faute de conditions idéales pour débuter. C’est vrai qu’attendre que ce soit marée haute sur la petite mer de Gâvres et qu’il y ait 15-20 nœuds réguliers d’ouest à sud-ouest sur le plan d’eau... ça n’aide pas. Surtout cette année où les conditions médium ont été rares.

Au cours de ces rares sessions, il y a eu une de catastrophique où le vent est tombé alors que j’étais seul sur la petite mer. Après une nouvelle chute, en rejoignant la planche, le chicken s’est décroché et la voile est tombée. Mais tout s’est mal enchaîné et j’ai passé une demi-heure à tenter de revenir vers la plage en tentant de me faire tracter par l’aile retenue à la main par ses oreilles. Mais entre temps, les lignes s’étaient emmêlées dans chacun de mes pieds et impossible de les enlever. Commençant à trouver le temps long puisque je faisais du surplace au milieu de la petite mer un éclair de sagesse m’a fait penser que le niveau de la mer avait peut-être suffisamment baissé pour avoir pieds ? Bingo. J’ai pu rentrer ainsi et croiser un kitesurfer du spot qui avait enfilé sa combinaison et monté sur son paddle Paddle #standuppaddle #paddleboard pour venir voir si j’avais besoin d’aide... Sympa

Sur une saison de kite, on n’oublie pas les plans galère mais s’ils sont heureusement rares, ils ne sont jamais inévitables. Trois des meilleurs kitefoilers du coin en ont vécu un beau il y a peu avec la visite d’un hélico venu les secourir au large de Guidel-Plages alors que le vent était tombé les laissant à la dérive. Le kitesurf Kitesurf #Kitesurf reste un sport qui demande une attention permanente...

Les enfants et le kite

En 2017, il y a quand même une pratique inquiétante qui se développe : celle de faire du kitesurf Kitesurf #Kitesurf avec son enfant entre les jambes ! J’ai vu plusieurs fois des pères de famille sortir en kitefoil ou en twintip avec un garçon coincé entre les genoux, parfois casqué et avec un gilet, parfois sans aucun élément de sécurité ! Le pire père irresponsable, je l’ai croisé cet été à Fort-Bloqué. Il y avait 20-25 nœuds de vent, des grains, peu de visibilité et une mer formée. Le type n’avait aucun scrupules à faire des allers-retours à plus de 200 mètres avec son gosse entre les genoux. Que dire ? Surtout quand cela ne choque pas d’autres locaux...

Mais à côté de cela, il y a les pères responsables qui ont des enfant de 10-12 ans et qui se posent la question de débuter leur apprentissage quand ce ne sont pas les enfants qui réclament de naviguer. Il va y avoir un marché en développement pour les petites ailes et les petites planches ! Et on n’a pas fini de prendre des coups de vieux sur les plans d’eaux. Mais heureusement, la pratique régulière du kitesurf entretient la forme !



A la une