SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse

Marseille

9e Calanques Classique : “On n’a jamais été aussi bien accueilli !“

mardi 23 mai 2017Redaction SSS [Source RP]

La 9e édition de la Calanques Classique a encore proposé son décor incroyable aux 21 bateaux qui se sont élancés de Marseille. Si le vent a fait quelques caprices, les équipages ont été à la hauteur d’une “régate épicurienne“ sur le port de Bandol. Une belle première pour Pierre Sathal, le nouveau Président de la Société Nautique de Marseille, organisatrice de l’événement.

Le mistral n’est pas (toujours) l’ami de la voile classique Voile Classique #VoileClassique . Les propriétaires de voiliers de tradition apprécient de naviguer, régater dans des conditions musclées, mais ont la crainte, à juste titre, de casser. C’est ainsi qu’en cette première journée, la décision est prise de s’élancer vers Bandol, nouvelle destination.

Tom Grainger, président du jury : “Les conditions sont plutôt musclées, surtout à la fin, mais ce n’est pas déraisonnable, sourit-il. C’est un bon mistral, on a 25 nœuds, on doit rester près des côtes. Les 21 bateaux vont s’éclater…“

Irene VII et Alcyon 1871 déclarent forfait avant le départ, ce dernier ayant un problème sur son bout dehors. En fin de cette première journée, où l’on dénote deux spis déchirés, Kertios III, Andale et l’incontournable Sonda savourent leur victoire du jour, après une descente au portant sous le soleil, accueillis comme des princes par “L’escale des vignerons“ sur le port de Bandol. Instant épicurien pour l’ensemble de la flotte…

Jour 2 de course, le mistral se fait plus costaud. Les courses sont justement annulées, ce qui n’atténue pas la bonne humeur des participants. Les équipages participent à la journée dégustation des vins de Bandol offerte par les hôtes qui ont souhaité, pour l’occasion, marier les amoureux du vin et de la mer.

Dans l’après-midi, un jury décerne le prix de l’élégance à l’équipage de Nagaïna et Jean-Paul Joseph, maire de Bandol, décerne le Trophée de la ville à Ran II pour sa persévérance. Le (tout) petit Sloop a, en effet, bravé le mistral, la veille, pour rallier Bandol.

Durant cette même journée, l’association des vignerons propose une expérience des papilles aux concurrents. Chaque bateau se voit offrir un lot de bouteilles… qui seront ouvertes à l’occasion de l’édition 2018. Chacune restera, durant un an, au fond de l’eau, dans un chaix et au fond de la cale des bateaux. En 2018, les concurrents ouvriront leurs bouteilles et feront le jeu des comparaisons, à l’occasion d’une dégustation hors du commun.

Retour au calme le 3e jour où la traversée des Calanques s’opère dans du petit temps… et au moteur pour rejoindre le Vieux-Port.


Les classements généraux après deux courses :

Epoque Marconi (supérieur à 200)

1/ Sonda (Eric Leprince)

2/ Lulu (Denis Rebufat)

3/ Briseïs (Benoit Girerd)

Epoque Marconi (Inférieur à 200)

1/ Andale (Laurent Vernet)

2/ Jour de Fête (Pascal Oddo)

3/ Nagaïna (Frédéric Berthoz)

Classique Marconi

1/ Kertios 3 (Franck Bourriot)

2/ Palynodie II (Henri Ferbus)

3/ Ratafia (Carl Ollivier)



A la une