Sea, Sail & Surf news

From offshore to inshore: all the news abouts sea sports from 2000

Imoca Fives Group – Lantana Environnement

Louis Duc : "Nous avons bien pris notre rythme de course avec Rémi Aubrun "

Friday 10 November 2023Redaction SSS [Source RP]

Après trois jours de course sur cette Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 Normandie Le Havre, Louis Duc et Rémi Aubrun bataillent dans le trio de tête des IMOCA Imoca #IMOCA à dérives. Le jeu est serré et stimulant, d’autant que tout reste à faire côté stratégie. « On a le choix entre la peste et le cholera ! » s’amuse le skipper de l’IMOCA Imoca #IMOCA Fives Group – Lantana environnement Environnement qui décrit une situation météo très complexe dont on ne connaitra l’issue que quelques jours avant la fin de la course…

La flotte des IMOCA Imoca #IMOCA de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 glisse ce matin au large du Portugal et s’apprête à négocier une zone sans vent qui va bientôt s’étirer sur tout l’Atlantique, du détroit de Gibraltar à la Floride ! Les foilers vont clairement tenter de passer tout droit dans la dernière brèche qui se profile à l’est de Madère. Les bateaux à dérives ont commencé à faire des choix : le duo Fives Group – Lantana Environnement Environnement et quatre autres concurrents ont viré ce matin pour aller rechercher du vent dans l’ouest, pour le moment…

Rien n’est encore clair

Louis Duc : « On va chercher un peu plus de vent, mais rien n’est encore clair, les fichiers météo évoluent beaucoup. Pour le moment on se recale à l’ouest et on verra dans quelques heures ce que l’on décide pour la suite.

On va essayer de bien analyser la stratégie : ce n’est pas facile, c’est un peu la peste ou le cholera : dans le sud il faut aller vraiment, vraiment loin. Dans l’ouest, il y a une phase qui se passe très bien et une autre très aléatoire.

On a, à priori, plus envie d’aller dans l’ouest, mais on n’est pas du tout sûrs que ce soit le bon choix. Ça va se jouer assez rapidement : d’ici demain soir il faudra avoir tranché. »

Voies sans issues

Louis Duc : « Les cinq derniers jours de transat sont incertains et décisifs : une dépression tropicale va se former dans le golfe du Mexique la semaine prochaine : ça va casser l’alizé. Et des centres dépressionnaires au centre de l’Atlantique vont influer aussi… En fonction de l’évolution de ces phénomènes, il peut y avoir 100 à 400 milles (185 à 740 km) d’écarts à l’arrivée ! C’est très aléatoire.

D’habitude, tu vois toujours la sortie quelque part. Là, ce n’est pas le cas, quelle que soit l’option choisie. »

Marins et bateau en pleine forme !

Ce casse-tête météo offre cependant un peu de répit physique aux marins comme au matériel, très sollicités depuis le coup d’envoi de cette Route du Café.

Louis Duc : « Il n’y a rien de cassé à bord, rien d’important en tous cas. Tout roule… C’est rare et très agréable ! Sur la descente du golfe de Gascogne, nous étions assez à l’aise en vitesse. Nous avons des configurations de voiles qui marchent bien au reaching.

Nous avons bien pris notre rythme de course avec Rémi, c’est vraiment cool. J’arrive même mieux à me reposer en mer qu’à terre ! C’est hallucinant ! Rémi est au taquet sur les réglages.

Chaud ou froid ?

Ça se réchauffe un peu. Si nous partons sud, dans trois jours il fera trop chaud et si c’est de l’ouest, ça va se refroidir. »

A 11h ce matin, l’IMOCA Imoca #IMOCA Fives Group Lantana Environnement Environnement pointe en 14e position, 2e des bateaux à dérives. Les positions sont très serrées et les classements évolutifs en fonction des placements de chacun par rapport à la route directe, très à l’ouest de la flotte. Pour le moment, seul le jeu tactique compte.


- Communiqué Soazig Gueho



Head news