SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#TheTransat

The Transat bakerly : Le Cleac’h vainqueur en IMOCA

"Je suis heureux de gagner, avec à la clé une belle trajectoire et un belle avance à l’arrivée"

samedi 14 mai 2016Information The Transat

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

En franchissant la ligne d’arrivée mouillée par la Sandy Hook Pilot Association à 11h 27’ 39’’ locales ce samedi (soit 17h 27’ 39’’ heure française), Armel Le Cléac’h remporte sa première grande victoire en classe IMOCA Imoca #IMOCA sur ce parcours Plymouth-New York particulièrement exigeant. Sous la pression de Vincent Riou qui est toujours resté offensif et percutant, le skipper de Banque Populaire VIII équipé de foils, confirme qu’il est l’un des grands favoris du prochain tour du monde en solitaire et que les développements techniques effectués sur son monocoque ont porté leurs fruits.

Arrivé à New-York ce samedi 14 mai à 11h 27’ 39’’ (soit à 17h 27’ 39’’, heure française), Armel Le Cléac’h termine victorieux dans sa classe, avec un temps de course officiel de 12 jours 02 heures 28’ minutes 39 secondes à la moyenne de 12,91 nœuds sur l’eau (pénalité de 31’ incluse, suite à la rupture d’un plomb moteur déclaré hier vendredi). Le skipper du monocoque IMOCA Imoca #IMOCA Banque Populaire VIII a parcouru sur l’eau 3 751 milles, un rallongement de la trajectoire lié à une option très Sud dès le départ, avant de revenir près de la route directe après avoir subi une méchante dépression au large des Açores.

Le skipper a réellement commencé à faire le break après l’abandon de Sébastien Josse au large de l’Espagne, puis a conforté son coussin d’avance sur Vincent Riou en anticipant judicieusement les changements incessants de la brise qui ont marqué cette quatorzième édition de The Transat The Transat #thetransat #ostar bakerly. Armel Le Cléac’h en profite pour améliorer le temps de référence de la transat anglaise en monocoque, puisque Loïck Peyron vainqueur en 2008 avait mis 12j 08h 45’ pour rallier Boston (moins éloigné que New York) au départ de Plymouth.

Déclaration d’Armel juste après le franchissement de ligne [Source www.voile.banquepopulaire.fr]

Une super victoire !

Je suis fatigué. La fin a été très difficile avec peu de vent….C’est une super victoire ! Je suis heureux de gagner, avec à la clé une belle trajectoire et un belle avance à l’arrivée. Que du positif ! Arriver à New York est magique. C’est ma première grande victoire en Imoca Imoca #IMOCA , en solitaire, sur une transat majeure ! C’est un très belle chose de faite !

Que la victoire est jolie !

« Il a fallu aller la chercher ! On a connu beaucoup de dépressions et de transitions. Chaque mille était important, notamment avant l’arrivée avec la météo très changeante près de l’Amérique. J’ai pris la tête très tôt et je me suis bien battu avec Vincent, en duel jusqu’au bout. J’ai pu le garder à distance tout en soignant mes trajectoires. »

Franchir un cap.

« J’étais en phase avec le bateau et la météo. Le travail de cet hiver a porté ses fruits. J’ai tiré sur le bateau en pleine confiance. Je n’ai pas rechigné à la manoeuvre, tout en consacrant beaucoup de temps à la météo… C’est important pour la confiance par rapport à un bateau comme PRB qui est très au point. On a franchi un cap !

Ce n’est pas un sans faute. On fait toujours de petites erreurs, mais je suis content de ma trajectoire. Le bateau était bien préparé et j’ai beaucoup tiré dessus. J’ai retrouvé les sensations de mes victoires en Figaro et dans la transat AG2R Transat AG2R #TALM .

C’est une course très physique. Mon travail de l’hiver m’a permis d’avoir le physique pour ne pas subir le bateau, anticiper les manœuvres surtout dans les conditions difficiles… »

Heureux pour le Team Banque Populaire

« J’avais à coeur de la gagner, après mes 2e places du Vendée Globe et de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 … Je suis heureux de remplir cet objectif, pour moi et le Team Banque Populaire. J’ai pu tirer sur le bateau et bien profiter des foils. On a désormais plus de certitudes sur la fiabilité du système et on peut vraiment bénéficier de leurs capacités. Ils nous ont permis de creuser un peu l’écart et de maintenir notre matelas d’avance. »



A la une