SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actu des sports de glisse depuis 2000

#TALM

Thierry Chabagny : "J’ai couru sept fois cette Transat AG2R, mais jamais je n’étais arrivé en vainqueur"

Erwan Tabarly : "Je ne voulais pas revivre l’année où j’ai fini deuxième pour 4 minutes"

lundi 25 avril 2016Redaction SSS [Source RP]

Thierry Chabagny et Erwan Tabarly viennent de gagner la Transat AG2R Transat AG2R #TALM La Mondiale, à 14h14 heure française, pour 4 minutes et 4 secondes d’avance sur les deuxièmes, le duo Lunven/Mahé ! Les co-skippers de Gedimat ont été menacés de toute part dans une incroyable dernière nuit sans vent. Ils ont du faire parler toute leur expérience, toute leur science de la régate pour finalement s’offrir la transatlantique à armes égales.

Deux ans après leur désillusion sur cette même course, Thierry Chabagny et Erwan Tabarly offrent à leur sponsor Gedimat la plus belle des consécrations, alors que celui-ci est présent dans la voile depuis treize ans déjà ! C’est aussi une magnifique revanche, puisque ces deux mêmes champions avaient vu leur bateau démâter alors qu’ils étaient en tête de cette même Transat AG2R Transat AG2R #TALM La Mondiale, voilà deux ans. Ils peuvent se congratuler les deux marins Finistériens, amis dans la vie et en bateau, compagnons de kitesurf Kitesurf #Kitesurf et de Figaro Bénéteau, parce que ce qu’ils ont fait tout au long des 22 jours de cette course est extraordinaire. Quasiment en tête en permanence, ils ont d’abord résisté à la grosse tempête du départ, longé les côtes africaines à en distinguer les plages mais aussi et surtout osé investir dans une option sud dès le début de la traversée de l’Atlantique alors qu’ils étaient en tête.

Un final de légende !

Attaqué au Sud par Agir Recouvrement, puis au Nord par Generali, ils ont à chaque fois pris la bonne décision, réalisé le bon marquage au millimètre. Le tout dans un vent complètement évanoui cette nuit, il a fallu tricoter pour ne jamais laisser l’espoir de revenir à des adversaires tout proches… Et pas au même endroit !

Pendant de très longues heures, Gedimat a dû défendre à chaque instant un tout petit mille d’avance et parfois moins d’un demi-mille ! Thierry et Erwan ont même dû prendre la décision très importante de changer d’adversaire à moins de 10 milles de l’arrivée en refusant de suivre vers le sud de l’île le duo Adrien Hardy/Vincent Biarnes pour se préoccuper de celui formé par Nicolas Lunven et Gildas Mahé, car celui-ci devenait extrêmement menaçant… mais dans le Nord cette fois ! C’est sur ce bord totalement décisif que Gedimat parvenait à retrouver enfin le vent qui se levait en même temps que le jour sur Saint Barth et parvenait à croiser juste devant (un petit mille) Generali.

Mais encore fallait-il sortir vainqueurs du dernier supplice : le tour de l’île à partir de la Pointe à Colombier. Naviguant à vue depuis de longues heures, aucun faux pas, aucune manœuvre ratée ne pouvait être tolérée puisque la victoire pouvait encore les abandonner dans les 3 derniers milles ! Thierry Chabagny et Erwan Tabarly n’ont pas craqué. Ils ont navigué en grands professionnels, implacables défenseurs après avoir été de grands attaquants, et cela même poussés dans leurs tout derniers retranchements. En tirant des derniers bords de près, ils ont fini par franchir la ligne devant le port de Gustavia à 14h14 heure française aujourd’hui lundi 25 avril, après 22 jours 1 heure et 6 minutes de course, à plus de 9,3 nœuds de moyenne sur la route réellement parcourue. Et donc quatre minutes après eux c’était au tour de Generali de prendre la deuxième place, alors que la troisième revenait à Agir Recouvrement qui fut le grand adversaire de Gedimat pendant quasiment toute cette Transat AG2R Transat AG2R #TALM La Mondiale. Quelle course ! Quel final ! Quels grands champions ! Ces trois équipages entrent aujourd’hui dans la légende de la course au large, et celui de Gedimat en premier.


Ils ont dit :

Thierry Chabagny : « C’est de la folie, on la voulait tellement cette victoire ! »

« C’est de la folie ! J’ai couru sept fois cette Transat AG2R, mais jamais je n’étais arrivé en vainqueur. C’est une joie énorme, une vraie explosion, surtout qu’on n’a jamais pu se relâcher avant la ligne, il fallait être concentrés jusqu’au bout du bout ! Mais en la passant cette ligne d’arrivée, tout qui est remonté à la surface : cette dernière nuit de folie, les retournements de situation, le fait de devoir changer d’adversaire à marquer. Et puis, là, avec la pression jusqu’au bout de Generali qui sort de nulle part. On ne peut pas imaginer un truc pareil, le scenario était impossible à écrire à l’avance, c’est dingo !!! Là, je n’ai pas dormi une seconde depuis 30 heures et mon cerveau a du mal à fonctionner avec tout ce déluge d’émotions. Gagner avec Erwan alors qu’on avait démâté voilà deux ans c’est génial, génial… ce truc énorme on l’a réussi tous les deux. Il y a tout qui se mélange, les six ans de partenariat avec Gedimat qui ont continué à y croire avec nous. On a tout donné alors que ça n’a jamais été gagné… On la voulait tellement que de toutes façons c’était la victoire ou le drame ! »

Erwan Tabarly : « C’est incroyable ! »

« Je ne voulais pas revivre l’année où j’ai fini deuxième pour 4 minutes, je sais que c’est dur à encaisser. Là c’est fabuleux, c’est incroyable ! Et gagner avec Thierry c’est encore plus beau parce qu’on est amis dans la vie. Il y a une grande complicité entre nous, on s’entend super bien alors gagner cette Transat AG2R La Mondial ensemble c’est génial ! On est très fatigués mais la victoire efface toutes les rides ! On a eu des discussions sur la stratégie entre nous, on a commis quelques erreurs mais dans l’ensemble nous avons souvent pris les bonnes décisions, dont la dernière ce matin. Ce n’était vraiment pas facile de laisser partir Agir Recouvrement qu’on marquait depuis de longues heures pour décider d’aller chercher Generali, qui était la nouvelle menace imprévue. C’était vraiment compliqué et… Et on est super heureux maintenant ! »



A la une