SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#Multi50

Erwan Le Roux : "La casse est liée à un évènement extérieur"

jeudi 26 mai 2016Redaction SSS [Source RP]

Depuis son arrivée au chantier CDK à Port-la-Forêt le 13 mai dernier, le Multi50 Multi50 #multi50 FenêtréA-Cardinal a été passé au crible par une batterie d’experts ainsi que par ses architectes afin de définir l’origine de la casse de son flotteur bâbord survenue le 3 mai alors qu’il était en course dans The Transat The Transat #thetransat #ostar bakerly, au large du cap Finisterre. Les conclusions de leurs analyses viennent de tomber : l’avarie n’est en aucun cas liée à un problème structurel mais à un évènement extérieur.

Maintenant que la cause est déterminée, le chantier va pouvoir débuter. Au programme : le tirage d’un moule, la fabrication d’une nouvelle pièce et un greffage pour une reconstruction du bateau à l’identique, soit environ deux moins de travaux pour une remise à l’eau de la machine début août. Par conséquent, l’équipe ne participera donc malheureusement pas à la Transat Québec – Saint-Malo, en revanche elle d’alignera, comme prévu, aux autres courses inscrites à son calendrier 2016.

Après un peu plus de dix jours d’analyses, les résultats des experts sont donc désormais connus : la casse du flotteur bâbord est liée à un évènement extérieur.

« Nous nous sommes efforcés à examiner les bouts qu’il restait et cela à démontré, d’une part que le flotteur, au moment de l’avarie, était parti vers le haut et, d’autre part, qu’il s’était rompu de l’extérieur vers l’intérieur. Au bout du compte, cela permet d’affirmer que c’est un évènement extérieur qui a fragilisé le flotteur et que c’est cet évènement qui a entraîné la casse »,

a commenté Erwan Le Roux qui peut donc imaginer que la perte de son flotteur lors de The Transat The Transat #thetransat #ostar bakerly a été provoquée par un choc, par un OVNI (objet flottant non identifié), une mauvaise vague, une cloison qui aurait cassé, ou tout autre chose.

« En réalité, c’est difficile de dire avec précision ce qui est à l’origine de cette avarie mais c’est évidemment un soulagement de savoir que ce n’est pas structurel »,

a ajouté le navigateur, avant de revenir avec précision sur les circonstances de l’accident.

« Le bateau était parti en surf Surf #Surf à 28 nœuds. En bas de la vague, il est parti en contre-gîte puis il a enfourné, ralentissant ainsi subitement à 20 nœuds. Le pilote automatique a fait partir le bateau au lof. C’est à ce moment-là que j’ai choqué le gennaker, que je suis sorti pour voir ce qu’il se passait et que j’ai constaté qu’il manquait trois mètres du flotteur bâbord. Je n’ai rien vu d’autre. »

Un programme chamboulé, mais pas trop

La suite ? Maintenant que les experts ont terminé leur travail, les travaux de reconstruction vont pouvoir prochainement débuter chez CDK.

« Pour l’heure, les gars continuent de meuler la future zone de greffage à l’extérieur mais le bateau devrait être rentré dans le hangar dès la fin de cette semaine. Les différentes phases ? Dans un premier temps, nous allons tirer un moule à partir du flotteur tribord, ensuite nous fabriquerons une nouvelle pièce puis nous procéderons à la greffe. L’idée est de faire une reconstruction à l’identique »,

a détaillé le skipper de FenêtréA-Cardinal qui estime ainsi la fin du chantier pour la fin juillet et la remise à l’eau de son 50 pieds pour de la première semaine d’août.

« De ce fait, nous ne pourrons malheureusement pas participer à la Transat Québec – Saint-Malo début juillet et nous le regrettons, reste que nous prendrons part, comme prévu, à la Dreahm Cup (14 août), au Trophée Prince de Bretagne (26-28 août), puis à nos différentes campagnes de relations publiques programmée en septembre, avant de mettre le Multi50 Multi50 #multi50 à disposition des acheteurs », a conclu Erwan Le Roux.


Voir en ligne : Info presse www.class-multi50.org



A la une