SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Tour de Belle-Île : Victoire et record pour Sébastien Josse

Paul Meilhat s’impose chez les monocoques

samedi 9 mai 2015Redaction SSS [Source RP]

La huitième édition du Tour de Belle-Ile a été remportée par le Multi 70 Groupe Edmond de Rothschild qui a devancé de peu Oman Sail (Sidney Gavignet) et Paprec Recyclage (Jean-Pierre Dick). Sébastien Josse et ses hommes d’équipage battent au passage le record Record #sailingrecord de l’épreuve (2h24’15), tandis qu’en monocoques, Paul Meilhat s’impose sur SMA.

Sébastien est chez lui sur le Tour de Belle-Ile ! Déjà vainqueur de l’épreuve en 2011 et 2012, le skipper du Multi 70 Groupe Edmond de Rothschild a remis ça samedi, remportant la huitième édition qui s’est élancée à 10h dans des conditions idéales, à savoir un ciel dégagé, une mer peu formée et une brise de sud-ouest d’une bonne quinzaine de nœuds. A la droite du bateau comité, la goélette Tara Expéditions, les grands multicoques auront fait le spectacle au moment du départ, lancés tribord amure à plus de 20 nœuds sur un flotteur, cap sur le chenal de la Teignouse. Ils deviendront vite des petits points dans l’horizon pour le gros de la flotte, engagé sur les deux parcours, le Grand Tour de 42 milles (382 bateaux inscrits) et le Petit Tour de 39 milles (89), qui n’aura pas eu le loisir d’assister à la bataille de tous les instants en tête entre Groupe Edmond de Rothschild, Oman Sail (Sidney Gavignet) et Paprec Recyclage (Jean-Pierre Dick).

« Jean-Pierre est passé en tête aux Poulains, racontera après-coup Sébastien Josse. Mais dans le bord de portant derrière Belle-Ile, nous avons réussi à combler notre retard. Après, il a fallu trouver une ouverture pour passer, nous étions un peu coincés, mais ils ont empanné un peu trop tôt avant les Galères, ce qui nous a permis de faire la différence. » Preuve de l’intensité de la régate, Oman Sail ne termine que 1’35 derrière le vainqueur, Paprec Recyclage complétant le podium, à 4’45. A l’arrivée, non content de s’offrir une troisième victoire sur le Tour de Belle-Ile, Sébastien Josse bat de 17 minutes et 15 secondes le record Record #sailingrecord de la course, qu’il détenait depuis 2011, avec un nouveau temps de référence de 2 heures 24 minutes et 45 secondes (17,41 nœuds de moyenne théorique). « C’est toujours bon à prendre », sourit l’intéressé, qui disputait sa première course de la saison sur son trimaran largement modifié l’hiver dernier, avec notamment des nouveaux foils et safrans destinés à rendre l’engin plus « volant ». Le premier bilan ? « Les modifications ont été bénéfiques et sensibles sur le bord de portant derrière Belle-Ile, nous avons réussi à reprendre 200-300 mètres à Paprec. »

Le vainqueur de l’édition 2014, Sensation Océan (Alain Gautier), termine au pied du podium devant Qingdao, l’ancien IDEC de Francis Joyon, présent à bord au côté du nouveau skipper chinois Guo Chuang, et FenêtréA-Prysmian (Erwan Le Roux), vainqueur de son duel en Multi 50 face à Arkema (Lalou Roucayrol), arrivé 2 minutes et 5 secondes après lui. « C’était un coup à nous, un coup à eux, il a fallu s’arracher pour les battre », a commenté à l’arrivée Erwan Le Roux qui confirme sa domination sur la classe des Multi 50. L’Extreme 40 Groupama (Julien Villion) prend quant à lui la huitième place, gagnant pour 2 minutes et 15 secondes son combat « fratricide » face à l’AC45 AC45 #AC45 skippé par Franck Cammas (*). En monocoques, sans surprise, SMA, le 60 pieds IMOCA Imoca #IMOCA de Paul Meilhat, a dominé les débats, bouclant les 42 milles du Grand Tour en 4 heures 7 minutes et 55 secondes, tandis que son rival Initiatives Cœur (Tanguy de Lamotte) prend la deuxième place 23 minutes et 45 secondes plus tard. « Nous sommes très contents de la façon dont nous avons navigué et de partager ce beau moment avec tous les concurrents du Tour de Belle-Ile, d’autant qu’au bout, il y a le prix du premier monocoque, c’était notre objectif », s’est réjoui Paul Meilhat.

Du côté du Petit Tour, c’est encore un bateau de l’écurie Groupe Edmond de Rothschild qui s’impose, en l’occurrence le GC32 GC32 #GC32 barré par Gurvan Bontemps, auteur d’un chrono impressionnant (2h45’10). « C’est un beau clin d’œil que les deux bateaux gagnent en même temps ce Tour de Belle-Ile, d’autant qu’il y avait à bord du GC32 GC32 #GC32 tous les gars du bureau d’études de Gitana », a souligné Sébastien Josse, qui n’a pas manqué d’arroser ce doublé à grandes rasades de champagne déversées sur ses équipiers. Le triomphe est donc total pour le Team Gitana sur ce huitième Tour de Belle-Ile qui aura tenu toutes ses promesses, entre compétition sportive de haut vol et fête nautique encore loin d’être terminée au moment où Sébastien Josse et son équipe partaient s’offrir un déjeuner bien mérité…

(*) Groupama 45 ne pouvait être classé car les foils de l’AC45 AC45 #AC45 se commandent non manuellement


Voir en ligne : Info presse www.tourdebelleile.com


Ils ont dit…

Sébastien Josse (Groupe Edmond de Rothschild) : « Troisième victoire sur le Tour de Belle-Ile, c’est sympa ! Jean-Pierre (Dick) et Sidney (Gavignet) nous ont donné du fil à retordre, mais nous sommes parvenus à faire la différence au niveau des Galères en empannant plus tard. Nous battons en plus notre propre record, c’est toujours bon à prendre ! »

Paul Meilhat (SMA) : « Le départ était vraiment impressionnant, nous avons commencé par une belle bataille de virements de bord avec Initiatives Cœur, le jeu était d’enrouler le premier les Poulains parce que ça débridait derrière au reaching. La descente derrière Belle-Ile puis jusqu’à la Teignouse a été super, nous avons eu de très bonnes sensations de glisse, c’était une belle journée. Ce qui est génial sur cette course, c’est que vu le nombre de bateaux, il y en a toujours un à côté pour se bagarrer, nous nous sommes bien amusés avec les multicoques. Nous sommes très contents de la façon dont nous avons navigué et de partager ce beau moment avec tous les concurrents du Tour de Belle-Ile, d’autant qu’au bout, il y a le prix du premier monocoque, c’était notre objectif. »

Erwan Le Roux (FenêtréA-Prysmian) : « Il a fallu s’arracher pour gagner notre duel avec Arkema. C’était un coup à eux, un coup à nous, la différence s’est faite au dernier passage de marque, ils ont roulé leur gennaker alors que nous avons gardé le nôtre, c’était la bonne option. Tout l’équipage a bien travaillé pour faire de belles manœuvres. »

Gurvan Bontemps (GC32 Groupe Edmond de Rothschild) : « Nous avons pris un super départ, nous avons ensuite rencontré de plus en plus de mer et de vent en montant sur Belle-Ile, il a fallu gérer le bateau, ce n’était pas évident, parce que nous étions un peu surtoilés. Dans le bord de portant à l’intérieur de Belle-Ile, le bateau a commencé à voler, c’était top ! »



A la une