SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#SaintBarth

Voiles de Saint-Barth : Phaedo 3, Comanche et Odin établissent les temps de références

jeudi 16 avril 2015Redaction SSS [Source RP]

Mercredi, les organisateurs ont profité d’une belle brise d’Est soufflant entre 16 et 20 noeuds pour lancer les Multicoques, les Maxi 1 et les Maxi 2 sur cette grande boucle jusqu’à l’île Tintimarre, et ce sont des temps de références canons qui ont été réalisés. Phaedo 3 de Lloyd Thornburg a avalé la distance en 1h53min35, Comanche de Jim Clark et Kristy Hinze Clark en 2h33min04, puis Odin de Tom Siebel en 3h38min07.

C’est donc pied au plancher que les équipages des grosses unités ont navigué, et cela a également été le cas des bateaux engagés dans les autres catégories qui ont, pour leur part, effectué un parcours de 29 milles autour de l’île de Saint-Barth via Roche Plate (les Spinnaker 0 ont enchainé une deuxième course de 20 milles).

Quelques jours seulement après avoir battu le record Record #sailingrecord du tour de l’île de Saint-Martin détenu par Steve Fossett depuis 2003, le trimaran Phaedo 3 (l’ex MOD 70 Foncia de Michel Desjoyeaux) a établi, le premier temps de référence des Voiles de Saint-Barth dans la catégorie des Multicoques. Lloyd Thornburg et ses hommes, qui ont joué la carte de la prudence au moment du départ, ont ensuite passé la surmultipliée sur le parcours du jour qui s’est joué, pour l’essentiel, au vent de travers.

« Ce que nous avons fait aujourd’hui m’a un peu fait penser au NASCAR (acronyme de National Association for Stock Car Auto Racing. C’est la discipline de course automobile la plus populaire aux États-Unis, ndlr). Il fallait aller vite et tourner à gauche ! », s’est amusé le skipper, à son retour à terre. « Nous avons mis moins de deux heures pour effectuer cet aller et retour entre Saint-Barth et Tintamarre. C’est l’objectif que nous nous étions fixé et nous l’avons atteint. C’est génial mais il est vrai que j’ai fait l’acquisition d’un MOD 70 justement dans le but de battre ou d’établir des records. Depuis que j’ai ce bateau, c’est le troisième. Forcément, je suis content »,

a déclaré Lloyd qui s’est cependant montré discret sur ses prochains challenges. « Je préfère en parler après qu’avant », a précisé le skipper Britannique qui a bouclé les 42 milles du parcours à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 22,18 nœuds, avec une pointe à 34 nœuds.

Le record Record #sailingrecord mais pas la victoire de manche

Chez les Maxi 1, c’est Comanche – qui comptait parmi ses invités du jour un certain Loïck Peyron, le parrain des Voiles de Saint-Barth, 6e du nom - qui a réalisé le meilleur chrono. Le 100 pieds, auteur d’un magnifique départ bâbord amure, au ras du bateau comité, s’est installé en tête de la flotte dès les toutes premières secondes de course et n’a ensuite fait que creuser l’écart pour finalement clore la manche en 2 heures 33minutes 04 secondes, à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 16,46 nœuds, avec une avance de trente minutes sur Rambler 88. Une avance conséquente mais toutefois pas suffisante pour réussir à combler son handicap (un rating de 1,737 attribué par le CSA). De ce fait, s’il s’est adjugé le record dans sa catégorie, il ne s’est octroyé que la troisième place de la manche en temps compensé, derrière Rambler et Bella Mente.

Du côté des Maxi 2, c’est Odin de Tom Siebel qui a été le premier à franchir la ligne d’arrivée et donc à fixer le temps de références des Voiles de Saint-Barth dans sa catégorie.

« Nous sommes partis au contact avec Comanche et Rambler 88, c’était très excitant, tout comme le reste de la course que nous avons faite aujourd’hui, et qui nous a menée jusqu’à Saint-Martin dans des conditions quasi parfaites. Nous sommes évidemment ravis d’établir le premier temps de référence des Voiles de Saint-Barth en Maxi 2. C’est le résultat d’un beau travail d’équipe », a commenté Charlie Ogletree, le tacticien du bord.

Des tendances se dessinent

Dans les autres classes, s’il n’a pas été question de record, la bagarre sur l’eau n’en a cependant pas été moins intense, même si certaines tendances commencent à se dessiner ici et là. Quelques équipages commencent, en effet, à se distinguer. C’est notamment le cas de Vesper (Jim Swartz) chez les Spinnaker 0, de Lazy Dog (Sergio Sagramoso) chez les Spinnaker 1, de Music (James Blakemore) chez les Spinnaker 3, de Martinique Première – Crédit Mutuel (Claude Granel) chez les Spinnaker 4 ou encore de L’Esperance (Sir Bobby Velasquez) chez les Non-Spinnaker. Tous ont, pour l’instant, réalisé un sans-faute et mènent logiquement la danse dans leurs catégories respectives. Mais pour connaitre la suite, il faudra maintenant patienter jusqu’à jeudi car demain, c’est le fameux Day-off des Voiles de Saint-Barth. L’occasion, pour les 1 200 coureurs en lice de profiter de la beauté de la plage de Saint-Jean et de l’esprit festif du Nikki Beach. Au programme : des courses de Stand Up Padddle, du beach Volley, du Water Polo et de nombreuses autres activités….


Voir en ligne : Info presse www.lesvoilesdesaintbarth.com



A la une